Un an plus tard…

L’aventure pas encore terminée de la fondation de notre bar de gaming

Quelque part au cours de l’été 2014, après plusieurs années à réfléchir et à fantasmer sur l’ouverture d’un lieu de culte combinant bière et gaming, on a finalement commencé à se mettre des pieds au cul pour que ça arrive enfin!

De mon côté je suis allé prendre un cours d’entrepreneuriat au SAJE pendant que Tony commençait à cogner à des portes pour trouver un lieu et des partenaires. C’est donc entre juillet et novembre que les premières centaines d’heures d’effort ont été mises sur…

  • L’étude du marché montréalais, des besoins de la clientèle et de la meilleure manière de les satisfaire en restant rentable…
  • L’étude de la concurrence, comment on comptait se placer par rapport au Foonzo, au Randolphe, au Lan ETS…
  • L’étude du phénomène du eSport et du gaming, comment le faire prospérer et lui donner de la visibilité grand public…

…et comment (oh god comment?) on arriverait à financer le projet.

Donc c’était parti!

In the pipe, five by five!

C’est le 9 novembre 2014 que notre équipe s’est rencontrée pour la première fois au B1 Bar. Tony pour gérer le bar, P-A pour gérer la cuisine, Gab pour construire la place et moi pour l’électronique. Avec beaucoup de motivation dans l’air et en théorie assez d’argent à nous quatre pour ouvrir la place, on était parti pour la gloire.

Deux mois plus tard: un premier nom et plan d’affaire:

Un aperçu de notre premier plan d’affaire

On allait s’appeller Versus, on avait quelques locaux en vue, des meetings prévus à la ville de Montréal avec des propriétaires… À ce point-là, il nous restait seulement à signer le local, monter la domotique, rédiger le menu et à ouvrir en avril.

“[…] il nous restait seulement à […]”

C’est pas qu’on était des imbéciles ou qu’on pensait pas avoir de problèmes… disons simplement que l’entrepreuneuriat est un chemin sinueux et pavé d’imprévus. Il y a aussi que de mettre le pied sur un marché aussi méconnu, déjà peuplé d’une clientèle turbo-connectée et méga-exigeante, n’allait pas certainement pas être de tout repos!

Nos visions différentes du bar de gaming idéal nous ont également poussé à réfléchir plus profondément. Des ordinateurs ou des consoles? Quels jeux? Qu’est-ce qui est cool? Qu’est-ce qui est trop geek? Est-ce qu’on initie le monde au gaming ou est-ce qu’on satisfait les addicts? Comme dans un band ou dans un couple, un conseil d’administration doit prendre le temps de se parler pour synchroniser des montagnes de détails.

Notre nom n’était pas libre en fait…

Fait cocasse, on s’est même fait piquer notre nom! En fait ils l’avaient avant nous… mais c’était quand même frustrant de s’en rendre compte une fois qu’on s’était tous mis d’accord. Trouver un nom d’entreprise, à quatre administrateurs, c’est étrangement compliqué. Finalement on s’est entendu sur Nexus. Très populaire dans le gaming, très techno aussi, pas un problème avec la loi 101… et voilà!

Cependant nos objectifs de business ont mené à la perte d’un premier soldat. Avec le local que nous avions trouvé et la perte de son financement, il n’était plus vraiment possible pour P-A de monter la cuisine qu’il aurait fallu pour faire rouler le volet restaurant. Je l’ai d’ailleurs croisé l’autre jour et il roule toujours son foodtruck, allez le voir s’il passe dans votre coin, ses grilled-cheese au bacon sont décadents!

Mais on avait trouvé notre local!

février 2015

Un endroit au centre-ville, collé sur St-Denis, entre une université et un cégep. Soudainement, de nombreux sacrifices deviennent acceptables quand on a l’opportunité d’être aussi bien situé. On ne se mentira pas: il ne s’agit pas du plus beau ou du plus grand local de Montréal. Et tant qu’à se dire la vérité: c’est un choix sécuritaire pour notre maigre compte en banque et pour tester notre concept.

À partir du moment où on a eu le local, une deuxième vague de coup de pied au cul nous a atteint. C’était vrai, c’était concret! Donc le 28 février, maintenant qu’on avait quelque chose à montrer on a ouvert notre page Facebook.

Voici d’ailleurs le premier commentaire que nous avons reçu quelques jours plus tard, extase pour nos yeux:

Premier commentaire reçu sur notre page Facebook

Prepare for launch… 10… 9… 8…

mars 2015

Le jour où on s’est annoncé publiquement, le temps a commencé à accélérer. Je suis allé lancer notre campagne Indiegogo au Lan ETS dans l’espoir de financer le projet. L’accueil de notre projet a été très chaleureux et le feedback que nous avons reçu a continué d’alimenter la fournaise. Au cours des semaines qui ont suivi le Lan, j’ai reçu toutes sortes d’appels et de messages…

  • Des gens qui, avant même de se présenter, proposaient de venir nous aider à venir faire notre construction, électricité, plomberie…
  • D’autres qui voulaient réserver le bar pour leur anniversaire…
  • Des dizaines d’offres d’emploi…
  • Des questions sur quelles consoles, quels tournois, quelles bières….

C’était très énergiseant de voir tant d’intérêt et de support de tout le monde mais au terme de tout ça, je suis tombé en bas de ma chaise en voyant le résultat de la campagne Indiegogo…

Après tant d’efforts investi, tant d’énergie et d’encouragements reçus de centaines de personnes, on se retrouvait avec une poignée de supporteurs et moins du dixième de notre objectif. 4 451$, moins les 9% du flexible funding, moins les frais de PayPal.

Résultat de notre campagne Indiegogo

C’était mon premier crowdfunding, et ça s’est vu. Je vous confirme que la communication et la sollicitation sur internet est réellement un métier. C’est plus de travail que ça en a l’air et en ce qui concerne les frustrations associées… eh bien vous en êtes le seul responsable! Le prochain sera assurément meilleur!

Mais en passant, mention d’honneur à tous les héros qui ont contribué à notre campagne, double thumbs up à Kevin, le Party Animal.

La famille s’agrandit…

avril 2015

Pas trop longtemps après notre annonce officielle, Robert-Louis qui fermait tranquillement sa boutique (le Manga Thé) s’est joint au projet, suite à l’invitation de Tony. De mon point de vue c’était plutôt inattendu. À la fin d’une campagne de financement ratée, on décidait de prendre un nouveau partenaire, de louer un local supplémentaire et de doubler notre gestion…

À cet instant, je ne saurais pas dire si c’était un bon choix d’entreprise, mais l’homme en question, Robert, n’est pas uniquement le véhicule d’une quantité impressionnante de cheveux. En plus d’être une bible du manga et du jeu vidéo, c’est un entrepreneur proactif et motivant. Je me suis réconcilié avec le risque parce que je suis convaincu qu’il s’agit d’un ajout pertinent à l’arsenal de Nexus.

attend 2 secondes… j’oublie quelqu’un…

Jusqu’à maintenant j’ai mentionné Tony, Gab, Robert et moi-même. Ce quatuor de joyeux lurons, c’est le conseil d’administration. Déjà en avril on était plus que ça, et aujourd’hui on est une vraie légion! Voici grosso-modo et par division les autres membres de l’équipe:

Administration: Julie, Jimmy et Nico (qui fait maintenant parti du CA)

Événementiel: Maxe et Manu

Bar & café: Carlos, Seb, Jay, Catherine et J-P

Marketing et design: Seb, Max, Pat, Anne-Marie, Pascal et Vincent

Technologie: Ken, Alexandre, Gab, Tomasz, Yannick, Kenny, Patrick, Billy, René-Alexandre et Martin

… dans le fond on est pas 4, on est 30 …

“Dans un mois!”

Soon™

Je pense avoir dit qu’on ouvrait dans un mois chaque semaine depuis avril. Toutes les tergiversations associées à notre local avaient une saveur aigre, toutes les embûches semblaient injustes et chaque fonctionnaire était le pire imbécile de l’univers.

À l’exception de la saveur aigre, le reste est évidemment faux… les embûches étaient très probablement des classiques de l’immobilier commercial et les fonctionnaires… sont simplement les conducteurs d’une vieille mécaniques dégoûtante.

Non l’essentiel de la frustration venait surtout de notre impossibilité d’ouvrir aussi vite que voulu, combiné aux loyers qui commençaient à tomber. Avec les délais encourrus par l’attente de chaque permis préalable au suivant, nous nous sommes rapidement retrouvés en mai…. puis en juin… puis en juillet…

Ce que ça voulait dire? On fait attendre notre futur staff qu’on ne peut pas rémunérer, Gab ne peut pas commencer les travaux et doit commencer d’autres contrats, les événements de gaming arrivent alors mon équipe et moi on court comme des poules sans tête, les festivals sont dans les rues et les portes de notre bar restent fermées…

Quand est-ce qu’on ouvre déjà?

Le dernier sprint

juillet 2015

“On ouvre dans un mois!”

Oui je le dis encore, mais les mots ont une saveur différente cette fois. On vient de passer la fin de semaine à l’annoncer à ComicCon et les étoiles dans les yeux des gens m’ont redonné le courage d’y croire. Et maintenant chaque jour où je passe au bar je vois la peinture qui avance, les rénovations qui avancent… rien ne peut plus nous arrêter!

Ce bar-là va simplement être fantastique.

Rendez-vous en août!

Cheers,
@elementalsc

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.