Pourquoi j’ai lancé ma Start-up à 20 ans ?

Eliott Mogenet

Pour beaucoup, l’idée paraît saugrenue.

En tout cas, c’est la réaction de mes parents, quand au lendemain de mes 20 ans, je leur annonce mon intention de créer ma Start-up 🚀. C’est d’abord cette éternelle question qui revient toujours : “Pourquoi ?” Evidemment, avec ses déclinaisons : “Pourquoi ne pas attendre d’être diplômé ? D’avoir un travail ? Plus d’expérience ? Pourquoi maintenant ?”

Pour cette raison, j’ai voulu commencer cet article par le “pourquoi” et non le “comment” de l’entrepreneuriat étudiant. Voici donc quelques motivations, qui m’ont poussé, à 20 ans, à me lancer. 🚂 🔜

1) Apprendre plus vite qu’à l’Ecole 🏎

Bien sûr, entreprendre n’implique pas d’abandonner ses études (j’y reviendrais plus tard dans l’article). Mais créer sa Start-up offre ce que l’Ecole échoue (parfois) à nous donner : de vrais compétences professionnelles. Pour y parvenir, l’Ecole nous inculque des compétences théoriques (et c’est nécessaire), mais si nous les couplons avec des compétences professionnelles acquises par nous même, alors nous prenons une longueur d’avance sur la vie 🙌

Certains métiers aujourd’hui plébiscités dans les Start-up n’ont même pas de formations attitrées dans les universités. Exemple du “product manager” (qui gère les équipes design et techniques pour construire le produit). Pour devenir product manager, pas de secret : Soit vous apprenez à coder (cf Le Wagon) ou soit vous créez votre Start-up dans le digital (software, Saas…) et vous construisez le produit avec votre équipe. Cerise sur le gâteau 🍒 : quand vous créez votre Start-up, vous avez le droit d’apprendre ce que vous voulez sans passer d’entretien d’embauche ! (et d’ailleurs cela augmente considérablement vos chances devant le prochain recruteur 😉 ).

2) Plus jeune, moins de risque, mais autant de plaisir 🍾 😃

A 20 ans, encore étudiant, le risque est nécessairement moins élevé qu’à 30 ans, marié avec 2 enfants et un crédit à rembourser. Surtout, on est beaucoup plus “libre”, dans le sens où notre vie n’est pas ou peu contrainte. C’est donc le meilleur moment pour agir !

D’ailleurs, quand on parle de “risque”, notez qu’il s’agit seulement et uniquement du risque financier. Autrement dit, la seule chose que vous avez à perdre en créant votre entreprise, c’est… de l’argent 💵 A condition que vos dépenses soient raisonnables, avouez le, cela ne vous tuera pas. D’autre part, il existe aujourd’hui de nombreux outils pour lancer sa Start-up avec un très (très) faible budget. Je vous conseille cet article Maddyness à ce sujet.

Tester son idée sans budget est toujours la meilleure façon de commencer !

3) Se tromper aujourd’hui pour mieux réussir demain 🏋️

C’est étonnant de vouloir se tromper, n’est-ce pas ?

Je vous rassure, si vous être entrepreneur, l’erreur est inévitable. Votre métier consiste à faire des choix chaque jour, donc nécessairement, il arrive de faire des mauvais choix. Le but du jeu, c’est de garder les bons, et de ne pas reproduire les mauvais . Il faut donc relativiser, n’ayez pas peur, vous allez vous trompez, mais vous allez apprendre ! (et pas seulement à 20 ans, mais à n’importe quel âge 😉 ) Néanmoins, il est courant de d’entendre qu’avec l’âge vient l’expérience, qui réduit la possibilité d’erreur. C’est vrai. Mais on oublie de vous dire que l’expérience s’acquière par l’échec. C’est souvent en se trompant la première fois que l’on réussit la deuxième.

L’entrepreneuriat n’est pas une sciences exacte. Se tromper est normal et souvent bénéfique, à condition de ne pas répéter ses erreurs. A ce titre, je vous conseille de lire le super article de Maxime Blondel sur les vertus de l’échec en Start-up, et les moyens pour rebondir ! 💪

4) Transformer sa Start Up en laboratoire d’idées nouvelles💡 🔬

A 20 ans, nous avons une chance inouïe, sans même le savoir : nous n’avons (presque) aucune expérience professionnelle. Pourquoi est-ce une chance ? Car le monde de l’entreprise est trop souvent dominé par les conformismes (réunions à rallonge, brainstorming inutiles, hiérarchie institutionnelle parfois étouffante…). 🤦‍ A 20 ans, vierge de ces pratiques, vous pouvez réinventer et construire le futur de l’entreprise et du travail. Par exemple, je pense à Jeff Bezos et son interdiction du Powerpoint chez Amazon, à Guillaume Gibault fondateur du Slip Français, qui organise des grandes réunions créatives chaque semaine pour libérer les énergies et les idées (et que je prévois de mettre en place dans ma Start Up !) ou encore l’excellent petit ouvrage “Rework” des américains Jason Fried et Jason Heinemeier-Hansson qui vient bouleverser complètement le monde de l’entreprise. A 20 ans, l’entreprise est un terrain de jeu (tout en restant sérieux), et c’est particulièrement grisant ! 🎮


Quelques conseils avant de se lancer… ⚒

1) Savoir vraiment ce que l’on veut 🤔

Aujourd’hui, tout le monde a des idées. Les business-plans naissent à foison, les projets se succèdent et se ressemblent, à tous les coins de rue, on crie à l’innovation disruptive et aux énormes marchés à conquérir. Ce n’est pas un mal. Il faut même se réjouir d’une telle explosion d’idées. Pourtant, ce n’est pas le plus important. Avant même de réfléchir au business ou à l’opportunité de marché, vous devez savoir jusqu’où vous voulez mener votre projet, à quel niveau d’ambition. Pas seulement sur le papier, mais aussi en tant qu’individu.

Honnêtement, quand vous lancer votre activité, vous pouvez espérer à 3 niveaux d’ambition :

  • 1°) Récréer une activité professionnelle 🏄 Vous souhaitez alors établir un business que vous pouvez gérer seul, ou à plusieurs associés, sans trop de difficultés (c’est le cas des activités de freelances, des sites e-commerces de petite taille, de certains blogueurs ou influenceurs qui créent leur marque).
  • 2) Créer votre Start Up 🚀 Ici, vous cherchez une croissance exponentielle. Vous souhaitez construire une organisation structurée, avec nécessairement plus de responsabilités. Car tout d’un coup, d’autres personnes (stagiaires, salariés…) dépendent de vous. (Et ça change tout !)
  • 3) Construire une “licorne” 🦄 Dans ce cas, c’est un engagement réel sur les dix prochaines années de votre vie (au moins). Vous voulez construire une entreprise de taille mondiale, un produit utilisé par tous. Vous êtes prêt à laisser de côté beaucoup pour ce projet.

Il n’y a pas de mauvaise ou de petites ambitions. Mais chaque ambition implique des choix. Des choix sur tous les aspects de la vie : amis, famille, soirées, études… Et quelque soit votre décision, il faut être conscient de ces choix. A titre personnel, j’avais envie de construire une vraie structure en parallèle de mes études (ce qui a demandé d’adapter mon planning, de changer mon organisation…), pour autant mon intention n’était pas de tout abandonner pour ma Start-up. Avant de vous lancer, il faut donc bien savoir ce que vous voulez 😉

2) Sauter oui, mais avec un parachute 🍀

Plus que jamais, je vous encourage à entreprendre. A 20 ans, vous avez toutes les ressources pour le faire. A quoi sert d’attendre ? Sinon à regretter de ne pas l’avoir fait avant ?

Pour autant, être entrepreneur n’est pas être kamikaze. Et d’ailleurs, tout le monde n’est pas entrepreneur (et tant mieux !). A 20 ans, votre meilleur atout restera toujours vos études, avec une forte dose de curiosité, cela dit 👀

Alors allez y, entreprenez, créez, inventez, mais gardez les pieds sur terre 🙂


Si vous avez apprécié cet article, appuyez sur les petits 👏 ci-dessous (vous pouvez applaudir plusieurs fois) et partagez-le à vos amis.

Eliott Mogenet

Written by

Jeune entrepreneur - 21 ans - CEO & Fondateur de Smart Prépa 🚀✌

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade