Du nouveau pour le projet du Centre Leclerc de Tournus (71)

http://tournugeoisvivant.de-tournus.com/

Le 20 juin dernier, Claude Roche, maire de Tournus, profitait d’une réunion publique pour annoncer le lancement d’un projet titanesque d’implantation d’un centre commercial et économique en zone nord de Tournus, sur près de 20 hectares de terres agricoles en cours de rachat. Un projet porté par Alain Landais, à hauteur de 40 millions d’investissements et avec la promesse de 500 emplois créés. L’objectif annoncé du promoteur est simple : récupérer 45 millions d’euros “d’évasion commerciale annuelle”, dans un périmètre de 15 km autour de Tournus, incluant Sennecey le Grand, Cuisery, Romenay et Cormatin. Alors que les conséquences d’un tel projet pour le territoire s’annoncent dramatiques pour le commerce existant, que la municipalité refuse toute concertation et que la crainte des petits commerçants s’est installée, le projet devrait malgré tout prendre de la vitesse dans trois jours.

Coup d’accélérateur
En effet, c’est une avancée majeure qui devrait se jouer le 23 novembre prochain lors du conseil municipal en mairie de Tournus. En cause, la 5è délibération inscrite à l’ordre du jour, qui invite les conseillers à “l’ouverture à l’urbanisation des 20 hectares de terres agricoles situées en zone nord de la ville, nécessaire à la poursuite du projet du porteur du projet qui a déjà procédé aux acquisitions foncières.” Pour un juriste : “ce vote constitue l’étape clé, à l’échelle municipale, dans le processus d’autorisation de ce projet. Si cette délibération est accordée, c’est un véritable tapis rouge qui est déroulé pour l’investisseur du groupe Leclerc, en lui confiant les clés pour aménager un centre commercial de 27 000 m2 sur 10 hectares de terrains.”(extrait du compte-rendu de l’Assemblée générale extraordinaire du 17 novembre de Tournugeois Vivant)

Déni de démocratie, le maire persiste
Sans aucun souci de transparence et en mettant à mal la démocratie, le maire de Tournus persiste dans son mutisme. Celui-ci refuse d’apporter réponse aux nombreux courriers qui lui ont été adressés. Plus grave, il refuse l’accès au dossier du projet déposé préalablement en mairie de Tournus par le promoteur. Un document pourtant consultable par n’importe quel citoyen, d’après la loi. En conséquence, l’association Tournugeois Vivant a décidé de saisir la CADA (Commission Administrative d’accès aux Documents Administratifs). Jusqu’où ira le maire dans sa démarche autocratique ? Premier élément de réponse le 23 novembre prochain lors du Conseil municipal. Une chose est certaine, la mobilisation contre ce projet ne désemplit pas à l’heure où Tournugesois Vivant revendique 300 adhérents.

Pour suivre l’actualité de l’association, c’est par ici.

Like what you read? Give Esteban Lopez a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.