La publicité entre réalité & fiction

« L’avantage avec la nouveauté, c’est qu’elle ne reste jamais neuve. Il y a toujours une nouvelle nouveauté pour faire vieillir la précédente », Octave PARANGO (alias Jean Dujardin), “99 Francs“

Le film “99 Francs” a pour objectif principal de faire une satire du monde de la publicité en général ainsi que tous les vices qui y sont rattachés. Il ne lésine pas sur les clichés des métiers liés à ce secteur. Cependant, établit-il toujours toute la vérité sur ce milieu ?

Le métier de concepteur-rédacteur

C’est un pro de la syntaxe et de l’orthographe, mais surtout, il sait rédiger un message clair, incisif et percutant, calibré pour atteindre le public visé par son client, en faisant preuve de créativité. Il établit des concepts de communication, les décliner dans divers outils de publicité-marketing, pour séduire, convaincre et fidéliser un public, à propos d’un produit, d’un service, d’une personne, d’une opinion ou d’une idée. En outre, il est chargé du contenu de marque pour les sites web :

· Accroches

· Slogans

· Scénarios et dialogues pour plusieurs supports médias (Publicités, radio, TV, internet, médias sociaux)

· Publireportages

· Textes de sites web et de blogs pro.

La publicité selon “99 Francs”

Ce livre a été perçu comme une déclaration de guerre à la publicité retranscrit ultérieurement à travers un film. Il s’agit de l’histoire d’un concepteur-rédacteur qui n’arrive pas à faire correctement son métier, frustré et humilié parce qu’il n’arrive pas à vendre une bonne idée, face à des décideurs cyniques, racistes, méprisants, dangereux, nihilistes, misogynes. En bref, un monde peuplé de créatifs sous cocaïne, de bimbos, d’argent facile, de délires visuels, mais aussi de bad-trips. Tout est basé sur le cliché des métiers de la pub. On peut parler de critique cynique du cynisme.

Le portrait dressé de cet univers dans la société de consommation illustre une partie de la vérité. En effet, le marketing publicitaire peut paraître hypocrite au fond car il y a cette volonté de ne pas être dupe mais d’être impliqué dans ce système capitaliste et d’y contribuer tous les jours. On maquille la réalité pour sublimer un produit ou un service dans l’optique de vendre toujours plus.

La réalité de la publicité

“99 Francs” a fait un mauvais coup de pub pour la pub ! Évidemment, la consommation excessive de substances illicites, d’anti-dépresseurs, de burn-outs, d’escorting, de collègues de travail malsains et de clients exécrables ayant toujours raison existent probablement comme dans tous milieux professionnels confondus mais il ne faut pas vulgariser à ce point. Cependant, il est vrai que c’est un univers de requins dans lequel tous les coups bas sont permis pour s’attirer les mérites d’une idée spectaculaire ou espérer accéder à un poste à plus haute responsabilité. Les stéréotypes relatives à l’image de la femme dans la société sont également toujours d’actualité (femme fatale, objet, au foyer etc.) De plus, les créatifs (Concepteurs-rédacteurs et DA entre autre) ont cette tendance à être portés sur l’humour gras mais il n’y a ni de pétards en réunion, ni de hamster, ni de pistolet à fléchette, ni de photos compromettantes échangées par mail …

Tout est question de demi-mesure. Désolé de vous décevoir mais la réalité de ce quotidien est moins abracadabrantesque et trash. Il y a certainement une consommation de café plus importante que de drogue et autres vices !

Like what you read? Give Ave Pluzz a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.