Facebook nous traque sur tout l’internet. WhatsApp partage nos données. Pendant que les autres pays agissent en imposant des amendes de plusieurs millions de dollars… le « gendarme » canadien de « protection » de la vie privée n’a aucun moyen d’action !

Le problème est bien connu. Le Canada a plusieurs lois protégeant nos renseignements personnels, mais le commissaire à la protection de la vie privée du Canada n’a pas les pouvoirs d’application nécessaires pour en assurer l’effectivité !

À une époque du « tout données », voulons-nous vraiment compromettre la vie privée des Canadiens ?

Pour assurer une protection adéquate, le commissaire à la protection de la vie privée a besoin de pouvoir prendre des ordonnances contraignantes ainsi que d’imposer des amendes dissuasives aux organisations qui portent atteinte à nos droits. […]

Lisez la suite dans La Presse+ du dimanche 28 mai 2017.

Pour plus de contexte, vous pouvez également consulter mes commentaires ainsi que le mémoire déposé dans le cadre de l’étude de la LPRPDE.