Aimons les problèmes !

Bon je le reconnais le titre de cet article est un peu provocateur et c’est voulu, car entendons-nous personne n’aime les problèmes ou cherche à en avoir plus… Et pourtant, les problèmes peuvent avoir un impact très positif et notre manière de les appréhender est la clé de notre progression !

On préfère le confort et la tranquillité

L’humain aime le confort et essaie continuellement d’améliorer la qualité de sa vie. Hélas, nous avons une capacité d’acclimatation très forte aux nouveautés et leurs effets bénéfiques s’atténuent très vite. Je me souviens du jour où j’ai reçu mon premier iPhone, j’étais comme un enfant qui avait reçu le cadeau de ses rêves (oui c’est très matérialiste ;). Et pourtant quelques semaines plus tard, le plaisir provoqué n’était plus très tangible…

Nous nous acclimatons très rapidement, pourtant l’humain n’aime pas vraiment les changements même s’il a cette capacité naturelle d’acclimatation ! Tu travailles, par exemple, depuis plusieurs années d’une certaine manière et qu’un événement dans l’entreprise t’oblige d’effectuer un gros changement. Ta première réaction risque d’être assez négative, car cette décision imposée attaque ton confort. Et c’est bien là que le problème réside : le confort est statique, il n’encourage pas l’évolution, il nous endort peu à peu sans que nous nous en rendions compte.

Les problèmes sources d’inconfort

A contrario, les problèmes sont inconfortables ! Pourquoi ? Car ils nécessitent une action ; il faut se positionner, investir de l’énergie et parfois exiger de soi de la créativité et de l’innovation pour trouver de nouvelles solutions. Ils confrontent nos limites, nos craintes et notre motivation. Et franchement il faut le reconnaître, ils n’arrivent pas souvent au bon moment, même s’il n’y a jamais de bons moments pour les problèmes…

Alors pourquoi faudrait-il aimer les problèmes ?

Les problèmes sont la source de notre progression

Un exemple personnel : Avec mon agence, nous avons vécu il y a quelques années un gros challenge interne. Une personne stratégique de l’entreprise a fait un burn-out. Je déteste le burn-out, pour moi c’était un constat d’échec de l’organisation d’une entreprise. Je m’étais engagé à ce que personne dans notre agence ne passe par là ! C’est pourtant arrivé, et plutôt rapidement. Les problèmes n’arrivant jamais seuls, cette situation a généré une montagne de difficultés… Confrontés à cette situation nous avons décidé d’y faire face en équipe, et franchement ce fut désagréable. Je vous passe les détails mais nous avons vécu plusieurs mois tendus.

12 mois plus tard nous pouvions faire un bilan plutôt intéressant. Cette situation avait été la source de changements profonds. Elle a provoqué :

  • La découverte de nouvelles compétences au sein de l’équipe. Face aux challenges les talents se révèlent et se mettent en action ;
  • La réinvention de notre gestion interne qui s’est ensuite révélée bien plus efficace ;
  • Des remises en question profondes sur le management ;
  • Finalement, un gain d’expériences précieux qui nous a accompagne depuis dans toutes nos prises de décisions.

Ce passage par le feu nous a permis de devenir vraiment meilleur
Dans cette situation nous avions sincèrement deux possibilités :

  • Abandonner et reconnaître notre échec ;
  • Nous confronter aux problèmes, les assumer et essayer de trouver des solutions les unes après les autres.

Ça peut paraître étrange, mais je crois que je ne regrette pas ce temps difficile. Nous n’en serions pas là où nous en sommes si nous n’avions pas vécu ces problèmes. Nous avons démontré (à nous-mêmes) que nous étions une entreprise qui savait gérer des crises profondes.

Les problèmes font partie de la vie

Photo by Jake Hills

Les problèmes sont des devoirs que la vie nous propose pour avancer, ils forment notre caractère. Nous y sommes confrontés et le serons toujours, ceci dès le plus jeune âge.

Apprendre à marcher, par exemple, est un problème à résoudre. Le confort serait de conclure que l’on n’est pas si mal couché sur le sol. Notre développement d’enfant passe par la confrontation avec nos frères et soeurs, nos parents, nos connaissances et nous permet de nous comprendre et d’apprendre à interagir. Un problème c’est la préparation obligatoire pour une progression, c’est comme accéder à un nouveau badge de compétences dans notre tableau de vie.

D’ailleurs nos compétences d’aujourd’hui sont intimement liées aux problématiques que nous avons choisi d’appréhender par le passé. Développer un caractère capable de faire face à des challenges peut nous amener à franchir les montagnes que l’on pensait infranchissables ou à choisir des postes que l’on pensait prévus pour d’autres et de réaliser, avec le recul, que finalement ce n’était pas si complexe.

Nos problèmes = notre leadership

Si notre capacité à faire face aux challenges est liée à l’apprentissage de nouvelles compétences, nous devons développer une culture qui apprivoise les challenges pour augmenter notre leadership ! Et soyons clair: le but n’est pas d’aller à la pêche aux problèmes. Car ne vous en faites pas, ils viendront d’eux-mêmes… et bien assez vite.

Mais il est nécessaire d’apprendre :

  1. À identifier les challenges qui sont faits pour nous
  2. À les recevoir positivement
  3. À accepter que la difficulté qu’ils génèrent provoquera les bienfaits de demain.

Ça ne va peut-être pas vous encourager, mais plus vous allez savoir gérer des problèmes plus on va vous en donner de grands 😉 car, par facilité, beaucoup vont se défaire de leurs problèmes sur vous. Mais vous saurez aussi mieux les gérer. Et ce sont ces mêmes personnes qui se sont privés de la possibilité d’avancer qui vous demanderont comment vous faites pour gérer ces situations complexes.

Les problèmes, une forme d’investissement

Essayons d’imaginer les problèmes sous la forme d’un investissement : ils ont leur part de risque mais normalement ils devraient générer des intérêts et/ou une plus-value intéressante. On peut choisir de ne pas prendre de risque et de se maintenir dans le statu quo. Mais si l’on veut gagner quelque chose, il faut s’engager pleinement même si c’est avec une certaine appréhension face à l’incertitude de savoir où cela nous conduira.

Lorsque les bonus arriveront, vous pourrez les réinvestir et ainsi augmenter vos gains. De la même manière, les solutions que vous aurez su créer vont vous permettre de gérer de plus gros challenges et d’avoir confiance en vos ressources créatives.

Évidemment, tout comme avec un investissement, il faut savoir éviter de prendre trop de risques à la fois et savoir choisir vos placements (challenges). Nous ne sommes pas égaux et sommes plus ou moins aptes à affronter les difficultés. Il faut donc connaître ses limites pour éviter de s’épuiser, tout en sachant que nos limites sont extensibles comme c’est le cas pour un athlète qui peut améliorer ses résultats au fil des entrainements.

Chaque problème à une durée de vie

Aussi, sachez que les problèmes passeront, chaque challenge a une durée de vie ! Et notre manière d’y répondre, ce que nous aurons réussi à développer comme compétences ou comme caractère persistera et c’est une richesse inestimable. Peut-être l’une des richesses qui a le plus de valeur…

Et ce n’est pas une question de compétences, car souvent les personnes les plus douées vont bien moins loin que d’autres bien moins talentueuses. Le sport a de belles histoires à raconter. Ces personnes se sont habituées au confort de la facilité et n’ont pas su apprivoiser la confrontation aux problèmes. De la même manière, des entreprises dans des réalités trop confortables, perdent leur esprit d’innovation et ouvrent ainsi la porte menant à leur disparition. Trop de confort peut tuer. A contrario, des situations très désagréables sont le terreau favorable à une révolution sociale, technologique ou personnelle.

Un peu d’action ?

Maintenant, je vous propose de prendre un moment et de vous remémorer les challenges que vous avez accepté ou les problématiques par lesquelles vous êtes passé. Parfois, on se focalise sur ces dernières de manière négative mais j’aimerais vous encourager à analyser les bonnes choses qu’elles ont provoquées, ce qui a été forgé en vous et l’expérience dont vous avez pu bénéficier.

C’est un peu plus compliqué, mais essayez de prendre un moment pour analyser les challenges professionnels, de vie, de couple… auxquels vous avez été confronté pour vous permettre d’avancer, mais pour lesquels vous n’avez pas su ou pu appréhender comme une étape d’avancement. Essayez d’en comprendre la raison pour vous permettre d’être plus ouvert si une situation similaire se reproduisait.

Etes-vous prêt à choisir à vous forger une mentalité capable de transformer des problèmes en solutions ?

Vous appréciez l’article ? N’hésitez pas à appuyer sur le bouton 👏 le temps que vous voulez, cela permettra à d’autres de découvrir la publication. Et si vous pensez qu’il peut plaire à d’autres personnes n’hésitez pas à le partager.

Découvrir d’autres articles
Et si l’argent c’était du temps

Nos valeurs influencent nos choix ? (part. 1)

Nos valeurs influences nos relations (part.2)

Me suivre : twitter.com/fabienbesson1

Like what you read? Give Fabien Besson a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.