Le journal d’Henri — 31 mai 1940

Réveil même heure que d’ordinaire puis il fallut produire des listes des armes manquantes ou hors d’usage, des effets perdus et à remplacer. Et du manquant dans la dotation en chargeurs de FM. Diner encore épatant, puis par section, remplacement des effets, des armes et distributions des chargeurs. Et enfin revue d’armes. Le repos changeait déjà de tournure!

Entre deux j’avais été appelé par le Capitaine ainsi que le Lt Genay et le chef Carniaux pour témoigner des affaires Hérault et Alphonse qui devaient être traduits devant le tribunal militaire pour les raisons déjà citées. Ils n’étaient pas que deux, il y avait également dans les autres sections D’Heilly, Glass, Radiguet qui devaient comparaître pour des raisons à peu près identiques à celles de leur camarades.

Depuis notre arrivée à Castel Chéhéry ceux-ci étaient prison et devaient dans la soirée être enlevés par la prévôté qui se chargeait de les conduire au fort du Chana, près Verdun, pour y attendre leur comparution.

Soirée sans histoires. A 20 heures, la voiture cellulaire vint chercher nos cinq préventionnaires et les emporta vers leur triste destin. Je m’en fus ensuite me coucher.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Fabien Hénaut’s story.