Crédit temps

Plus le temps passe, plus il nous échappe. Nous ne prenons plus le temps. De lire, d’écouter, de voir, de comprendre, d’assimiler. Pis encore, la nécessité de ne rien faire, moment parfait pour l’introspection, n’existe plus. L’occupation doit être constante, ininterrompue par un divertissement dénué d’intérêts. L’instantané a pris le dessus sur la réflexion, la méditation. La quête de “la vérité” n’existe plus. Nous consommons le temps, celui qui n’existe aujourd’hui que pour nourrir nos besoins irrépressibles de consommateurs acharnés.

“Consommez ! et vous serez heureux et immortels !”

Telle est la doctrine de la sacro-sainte modernité, celle qui prend le pas sur tout et tout le monde, celle qui a tous les droits et pour qui, le temps, est l’ennemi juré. La nouveauté supprime l’effet de vieillissement. Ce bon vieux vieillissement qui jadis était synonyme de sagesse et d’expérience. Oui, le temps est vieux, le temps est dépassé, mais il est la seule constante inébranlable de nos vies et mériterait qu’on lui accorde un peu plus… de temps.

Pour continuer sur cette réflexion : https://mrmondialisation.org/momo-la-petite-fille-a-la-recherche-du-temps-vole/

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.