Crimée : la délégation française débarque en plein nettoyage

Fabrice Deprez
Aug 1, 2015 · 7 min read

Le Quai d’Orsay n’a que peu goûté l’exploit : le 24 et 25 juillet, un groupe de parlementaires français s’est rendu en Crimée dans ce qui fut le premier déplacement d’une délégation parlementaire dans la région depuis son annexion par Moscou, en mars 2014.

Pour Thierry Mariani, peu importe l’ire de Laurent Fabius. A la tête d’un groupe de députés de tous horizons, il voulait « se rendre compte de la situation sur le terrain » et goûter l’atmosphère locale, un peu plus d’un an après son rattachement à la Russie. Et d’après lui, tout va bien : « Ce que j’ai vu en Crimée c’est qu’il n’y avait rien à voir, les gens sont visiblement heureux d’être revenu en Russie, il n’y a pas de police -pas plus que chez nous en tout cas-, pas de « forces d’occupation »… c’est une situation totalement normale ».

Pourtant, depuis quelques semaines, une vague d’arrestation laisse à penser que la délégation française est arrivée dans la péninsule au beau milieu d’une opération de serrage de vis : après un an de lune de miel, fait d’élans patriotiques mais aussi de détournements massifs de fonds publics, la Crimée est en train d’être mise au pas par Moscou.

Scandale en République de Crimée

Comme souvent en Russie lorsque l’on parle de lutte entre officiels, tout commence par des affaires de corruption. Le 29 juin, les services de sécurité russes procèdent à l’arrestation du ministre de la politique industrielle de la République de Crimée puis le lendemain, de l’inspecteur en chef régional du Service Fédéral des Impôts.

Le jour suivant, c’est le dirigeant du Port de Yalta qui subit le même sort. Les accusations sont multiples : fraude d’un montant de 48 millions de roubles pour le premier, tentative de corruption d’un officiel pour le second et abus de pouvoir pour le dernier. Quelques jours plus tôt, l’agence fédérale des routes s’était indignée de l’incapacité du Ministère des constructions criméennes à documenter l’utilisation de 368 des 582 millions de roubles qui lui avaient été attribués en 2014. Dit autrement : l’argent s’est évaporé.

C’est donc une véritable avalanche d’accusations qui a submergé début juillet les autorités locales de la République de Crimée, et plusieurs médias d’Etat russes se sont enthousiasmés de cette illustration de la volonté du pouvoir central de lutter contre la corruption. Mais pour Mark Galeotti, un universitaire américain spécialiste du crime organisé en Russie, cette vague d’arrestation représente avant tout un premier avertissement envoyé par Moscou aux autorités locales : « Il y a une certaine étiquette, un ensemble de règles, qui entoure le détournement de fonds et la corruption en Russie. Et en Crimée, les fonctionnaires locaux n’ont pas respecté cette étiquette, ils ont volé plus qu’ils n’avaient le droit de voler. Les élites locales ont bénéficié d’une certaine immunité jusqu’à présent, mais maintenant, Moscou leur rappelle qui dirige ».

Le passage de simples affaires de corruption à un conflit ouvert entre les autorités locales et le pouvoir fédéral va être entériné par les déclarations fracassantes de Sergueï Aksionov, le sulfureux président du conseil des ministres de la République de Crimée. Loin d’être intimidé par les hommes du puissant Service Fédéral de Sécurité qu’il accuse d’être des « provocateurs » et de vouloir « ternir l’image de la Crimée », Aksionov défend Andreï Skrynnik, son ministre des politiques industrielles, contre des accusations qu’il qualifie de « fabriquées ». « Le ministre ne quittera pas ses fonctions tant que des preuves concrètes n’auront pas été apportées », lance-t-il, défiant ouvertement les autorités.

Soumission au Kremlin

Sergeï Aksionov est un personnage controversé. Sa réputation est celle d’un membre de la mafia locale dans les années 90, un criminel surnommé « le Gobelin » qui va rentrer en politique en 2008 en unifiant trois partis pro-russes. Sa nouvelle formation, « Unité Russe », ne parviendra pas à décrocher le moindre siège aux élections parlementaires de 2012 (son meilleur score sera de 9%). Cela n’empêchera pas son dirigeant d’être propulsé à la tête de la Crimée dès l’intervention des « petits hommes verts », ces soldats russes dénués d’insignes qui vont, en mars 2014, prendre possession du Parlement de Crimée et encercler les bases militaires ukrainiennes, permettant la bonne tenue du référendum qui aboutira à la « réunification » de la région à la Russie.

Sergueï Aksionov, dirigeant de la République de Crimée

L’euphorie du rattachement semble aujourd’hui bien lointaine pour les autorités locales. En lutte contre des services de sécurité désirant selon lui « déstabiliser la situation » et « présenter la Crimée comme une région corrompue », Aksionov réitère en juillet sa confiance totale envers les fonctionnaires de Crimée et annonce la création d’une commission spéciale pour surveiller le bien-fondé des enquêtes pour corruption visant des fonctionnaires locaux.

Malgré son ton défiant et la mise en cause de quatre de ses ministres, Aksionov ne semble pas –pour l’instant– visé directement. « Aksionov est avant tout un représentant local », explique Mark Galeotti. « Moscou ne peut pas simplement parachuter quelqu’un de l’extérieur, ils ont besoin d’une personne qui puisse discuter avec les intérêts politiques, économiques et criminels locaux ». Aksionov, habitué à se mouvoir dans les univers très poreux de l’économie et du crime organisé criméen, est la personne idéale pour cette tâche.

Mais même lui n’est pas intouchable : le 13 juillet, celui-ci rétropédale sur son idée de commission spéciale sur les crimes de corruption, voulant « éviter des ambiguïtés » et « rester en accord avec la constitution de la Fédération de Russie ». Sergueï Aksionov vient de comprendre que s’il peut vociférer et taper du pied, les choses ne doivent pas aller plus loin.

« A l’heure actuelle, les leaders locaux ont le droit de se plaindre, de rouspéter un peu. Ce n’est pas spécifique à la Crimée, dans toute la Russie les officiels locaux disposent d’une marge de manœuvre et peuvent, dans une certaine mesure, avoir des mots durs contre le pouvoir central. Aksionov doit pouvoir montrer à sa clientèle qu’il n’est pas entièrement soumis à Moscou, qu’il est prêt à défendre leurs intérêts. Mais, il faut que ça en reste aux mots. »

Comme pour sonner la fin de la récréation, Vladimir Poutine annonce le 15 juillet le démantèlement du Ministère des affaires criméennes, qui avait été instauré l’année précédente dans le but de faciliter l’intégration de la nouvelle région à la Russie. Pour le Kremlin, l’intégration ayant eu lieu, l’existence de ce ministère n’était plus nécessaire. Mais ce démantèlement est aussi une manière d’annoncer la fin de la période de transition : la Crimée est maintenant une vraie région russe, avec la soumission au pouvoir central que cela implique.

L’arrivée des commissaires

La reprise en main de la région ne s’arrête pas là. Le 21 juillet, le quotidien russe Kommersant annonce la préparation par Moscou d’une mesure supplémentaire visant à mettre au pas les élites locales de la République de Crimée. D’après des sources anonymes au sein du gouvernement russe, Moscou aurait entamé le recrutement de fonctionnaires qui seraient envoyés en Crimée en tant que bras armé de l’exécutif dans la région. Des sortes de super-préfets, chargés de vérifier la bonne mise en place des politiques fédérales tout en contrôlant le pouvoir local.

D’après Kommersant, « toutes les décisions clés seront obligatoirement prises en consultation avec les officiels envoyés par le centre », c’est-à-dire, Moscou. Et pour un officiel cité par le quotidien, « on ne parle ni plus ni moins que d’une renaissance des commissaires », ces envoyés du pouvoir central soviétique chargé de veiller à la bonne loyauté des groupes sous leur autorité. Une mesure qui illustre la nécessité pour le régime de Vladimir Poutine de ne pas laisser une région à l’importance symbolique autant que stratégique échapper à son contrôle.

« En Crimée, les élites locales ont commis une erreur majeure » note Mark Galeotti. « Elles pensaient que parce que la région était si importante pour Moscou, l’argent coulerait à flot et il serait possible d’en détourner une part importante sans que cela ne gêne vraiment. Tout le monde s’est mis à prendre tout ce qu’il était possible de prendre, tout le monde avait l’impression qu’il n’y avait aucun risque, aucune limite. Maintenant, Moscou fait clairement comprendre qu’il y a une limite, et que ceux qui la franchissent en subiront les conséquences. »

Les trois ministres et dirigeants arrêtés début juin connaissent des fortunes diverses. Le 31 juillet, l’agence de presse russe RIA Novosti annonçait que la procédure pénale contre le chef du Service Fédéral des Impôts était en cours, et que son dossier passerait bientôt en justice. Dimitri Petrov, le chef du port de Yalta arrêté pour « abus de pouvoir », a été remplacé à la tête du port criméen, sans qu’il soit possible d’en savoir plus concernant les poursuites pénales qui le vise. Seul Andreï Skrynnik, le ministre des politiques industrielles, semble être toujours indemne : le 31 juillet, il participait à une réunion officielle avec Sergeï Aksiniov, immortalisé sur le site officiel de la République de Crimée.

« Il y aura peut-être encore quelques arrestations, un ou deux procès qui n’aboutiront peut-être à rien... L’important pour Moscou c’est de faire du bruit ». Et ainsi de s’assurer que le message est bien passé.



Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade