Maison Mixmelô, quand la mode devient solidaire…

Fatimata Bailly
Feb 19 · 7 min read

La vie ordinaire d’une jeune femme

Je suis Fatimata, 38 ans, maman de deux garçons, citoyenne du monde. Et j’ai décidé d’entreprendre pour une cause qui me tient particulièrement à coeur : l’empowerment féminin et la transmission des savoirs.

J’ai grandi au Mali dans un environnement familial dans lequel l’éducation est le socle des valeurs. Une famille patriarcale moderne, dans laquelle le dialogue, la confrontation d’idées et le partage ont été les principes fondamentaux de son équilibre.

J’ai eu la chance de venir en France étudier, du lycée à l’école de commerce. Mes parents m’ont donnée cette chance ainsi qu’à mes 6 autres frères et soeur.

Après la naissance de mes deux garçons, mon corps a évolué, je suis passée du 38 au 42 !

Je ne me retrouve pas dans la mode « mass market » : on y trouve les mêmes coupes sans âmes, des finitions bâclées, des matières “cheap” et à des prix injustifiés. Me voilà rendue dans les magasins spécialisés grandes tailles : je n’avais désormais droit qu’au noir, bleu, gris que des couleurs sombres car il paraît que cela amincit les « rondes ». Mes quelques kilos en plus m’interdisent-ils de porter des imprimés et de la couleur ?

Lassée de cette mode, je me permets de rêver et de revenir à une envie profonde de créer une marque. De créer un modèle économique qui place l’humain au centre du projet en toute transparence et qui privilégie la qualité à la quantité.

Créer des vêtements colorés, qui me ressemblent, et que je peux porter à toute occasion et en toute saison. Et surtout très bien coupés et avec des matières qui durent. Des vêtements qui me rendent singulière.

Les fondements de Maison Mixmelô

Créer une marque pour juste en créer une, n’a pas de sens. Ce qui m’anime au plus profond, c’est de partager, faire du bien autour de moi. J’ai eu cette chance inouïe dans ma vie, et une chance de pouvoir vivre mon rêve, alors autant lui donner un sens : donner la possibilité à d’autres jeunes femmes, plus démunies que moi et déscolarisées de mon pays d’origine, le Mali, d’avoir une vie meilleure en bénéficiant d’une des ressources les plus importantes du pays, le coton.

Créer des programmes, leur permettant de s’approprier ainsi cette ressource qui est exportés à 90% dans les pays occidentaux.

Je quitte donc mon CDI confortable dans l’univers de l’hôtellerie haut de gamme, après 15 années, pour me lancer dans une magnifique aventure entrepreneuriale.

Fière de mes origines, je me revendique comme une femme multiculturelle, citoyenne du monde, une femme du monde nourrit de voyage, de rencontres, de découvertes. C’est le fondement de Maison Mixmelô, une marque de mode qui mixe avec subtilité les codes ethniques à l’élégance à la française.

Maison Mixmelô est pour vous qui osez et assumez votre corps, que vous soyez rondes, minces, petites, grandes, brunes, rousses… Vous qui souhaitez une mode différente, tout simplement : consommer moins mais mieux tout en faisant du bien aux autres !

Et j’ai décidé de m’engager auprès des femmes.

Pourquoi s’engager pour d’autres femmes ?

Le malien, un peuple en souffrance…

  • Le Mali compte 18 millions d’habitants pour une superficie égale à 2 fois la France.
  • 48% de la population a moins de 18 ans.
  • Le taux de chômage est le plus élevé au monde avec 21,6% dont 11,8% sont des femmes (on atteint plus de 15% dans les milieux ruraux).
  • 46% des jeunes filles ne sont pas scolarisées (55% dans les milieux ruraux)
  • Le Mali est un pays les plus pauvres du monde, avec un taux de pauvreté estimé à 42%.
  • 49% de la population vit avec moins de 1,90 $ par jour.

Pouvons-nous imaginer un instant se représenter vivre avec moins de 1,90 $ par jour ?

Ces chiffres font terriblement froid dans le dos. Une fois, connus et vécus, on ne peut plus les ignorer. Retourner à ma vie, comme si tout allait bien, était devenu impossible.

Tel un colibri, je voulais trouver une solution à mon niveau et planter les premières actions.

Avec tout le paradoxe d’une société patriarcale, la femme malienne est le socle de la famille. C’est sur elle que se pose l’équilibre, le quotidien, le maintien, et la vie de la famille. Alors qu’elle est plus touchée par cet état d’extrême pauvreté.

La décision est tombée comme une évidence : c’est auprès de ces femmes et pour ces femmes que je souhaite m’engager et apporter le supplément d’âme à la mode, pour leur faire du bien.

Pendant plusieurs années je fouilla au plus profond de mes tripes, comment je peux leur venir en aide.

Le coton malien, une filière non vertueuse

Un deuxième constat et vous verrez, l’aberration même d’un monde qui ne tourne plus très rond !

Le pays est 1er producteur en Afrique & 10ème dans le monde.

Or 90% du coton malien est exporté depuis l’indépendance pour revenir ensuite dans le pays une fois transformé. Le malien est grand importateur de wax hollandais (à gauche) et surtout de bazin allemand (à droite).

Ainsi la fleur de coton malien aura parcouru plus de 46 700 kms avant d’arriver au consommateur final.

Pourquoi la quasi totalité des ressources du pays est exportée ?

Depuis son indépendance, le Mali a connu des dirigeants successifs, qui n’ont pas su mettre en place une politique d’industrialisation du pays.

Or ce qui rapporte à un pays, c’est sa capacité à transformer ces ressources, pour créer de la valeur, et créer des emplois.

De plus, des contrats signés depuis l’indépendance pour fournir les marchés boursiers occidentaux lient le Mali.

Il n’y a aucune volonté de changement des gouvernements successifs qui y gagnent un cash flow garanti.

La solution du revirement : Le circuit court et la transmission du savoir-faire artisanal

Il existe une vraie ressource de main d’œuvre pour favoriser le circuit-court et la transmission du savoir-faire par les femmes.

Je vais donc m’allier à une coopérative locale Djiguiyaso, dont la qualité de travail a été reconnue par l’UNESCO. Elle s’est donnée comme mission :

1/ venir en aide aux jeunes femmes en profonde précarité

2/ transmettre les savoir-faire ancestraux pour créer de la valeur

Le programme économique et social qui est la base même de mon engagement et de la création de Maison Mixmelô c’est :

  • Revenir aux techniques artisanales anciennes pour transformer le coton
  • Former des femmes aux métiers de la filière de transformation du coton par le savoir-faire artisanal : cardage, filage, tissage, teinture naturelle et couture
  • Intégrer la production dans la chaîne d’approvisionnement de Maison Mixmelô pour garantir un revenu minimum
  • Créer un cercle vertueux de circuit-court pour le recul du chômage et de la pauvreté
  • Favoriser l’entrepreneuriat féminin au Mali pour permettre aux femmes de gagner en autonomie financière

Parce que je suis convaincue que c’est grâce à l’empowerment des femmes que la pauvreté reculera dans son pays d’origine.

Je m’engage à lancer une dynamique à mon niveau.

Voici donc la base du projet ambitieux auquel je tiens tant.

Une autre mode à impact social positif

Ma raison de vivre : faire du bien autour de moi en tentant à son niveau de rendre meilleure la vie des jeunes femmes descolarisées et en situation de profonde pauvreté.

Maison Mixmelô est née avec l’envie d’habiller élégamment toutes les femmes, sans détraquer la planète, donnant du sens à nos achats, et en rendant le commerce plus équitable.

Pour cela, je m’engage pour toujours respecter 3 grandes valeurs : l’authenticité, la pluralité et le partage.

La mode est la 2ème industrie la plus polluante, on l’a déjà répétée. Or s’habiller est un de nos besoins fondamentaux. Vivre nu reste la solution radicale pour faire attention à la planète et aux hommes.

Sinon, réinventer les choses de manière sensée est une des solutions possibles.

Maison Mixmelô est une ligne de prêt-à-porter féminin fabriquée en Europe à partir du mixage de matières durables et des coupes inspirées du savoir-faire des maisons traditionnelles de coutures des années 50 et 60. Elle s’adresse à la femme moderne de 39–50 ans, attachée aux traditions.
C’est aussi une marque de prêt-à-porter féminin qui a créé un circuit solidaire avec le Mali.

A chaque article vendu, Maison Mixmelô versera 2 € dans une cagnotte solidaire qui servira à financer les premiers programmes de formation avec la coopérative Djiguiyaso.

Après un an d’activités, cette cagnotte s’élève à un peu plus de 1000 €. Une belle somme qui financera la formation de 5 femmes.

Vous avez aimé mon histoire, vous allez adorer les vêtements que je réalise pour vous.

Pour votre première commande, j’ai le plaisir de vous offrir la livraison ainsi que 10% de remise valable sur l’ensemble de la boutique , avec le code :
MONACHATADUSENS

Fatimata BAILLY, Fondatrice & CEO de Maison Mixmelô

Thanks to Boris Mounet and Valentin Décarpentrie

Fatimata Bailly

Written by

Fondatrice & CEO Maison Mixmelô

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade