C’est aussi des images qu’il faut avoir peur

On s’inquiète, à juste titre ou non, des avancées fulgurantes de l’intelligence artificielle. On attend avec crainte cet instant précis, la singularité, où nous serons dépossédés du monde au profit des machines. Et en attendant, on se résigne à perdre du pouvoir, du libre arbitre et des emplois au profit des robots. A tort ou à raison. Peu importe.

Mais une révolution dont personne ne se méfie semble autrement plus terrifiante. C’est celle de l’image !

Manipulation

La capacité à générer des images a fait des progrès incroyables en seulement quelques années. De Max Headrom, on est passé à des effets spéciaux d’un réalisme incroyable. Adobe a annoncé un algorithme capable de “mêler” deux ambiances d’une même photo pour recréer une réalité. Ce matin, c’est le “Reverse Prisma” qui surgit pour donner aux tableaux des allures de photographies.

Chaque semaine, l’Emission d’Antoine manipule le média vidéo pour mettre en scène les politiques dans des situations soit improbables, soit excessives. Et les techniques de réalités augmentées (ou altérées, ou diminuées) nous permettront bientôt de modifier la perception de notre environnement en direct…

“Réalités altérées”.

Plus encore que les #FakeNews, ce n’est pas la remise en cause des événements qui nous guette, mais un doute quant à l’existence même du monde. Notre consommation assidue d’écran nous avait permis de nous rapprocher de territoires éloignées, de nous faire découvrir le lointain. Une nouvelle étape dans la maîtrise de l’image va-t-elle cette fois nous éloigner de la réalité des autres ?

Un retour pour chacun à sa caverne ?

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.