Les chaussettes vindicatives

Froid.

Il faisait froid.

C’est le premier constat qu’elle fit quand elle ouvrit les yeux et découvrit l’endroit qu’elle voyait pour la première fois. Le paysage était gris, un gris triste qui semblait dénué de la vie que possèdent les couleurs, du charisme qui caractérise un noir profond, ou de la pureté si particulière à un blanc immaculé.

Une brume enveloppait l’air, rendant toute vision lointaine impossible.

Elle cligna des yeux pour tenter d’y voir un peu plus clair, mais la brume semblait s’être ancrée dans ses globes oculaires.

Elle était couchée sur le sol, un peu sonnée par le choc. Elle tenta de se remettre debout, mais elle tomba dans un trou qui lui fit plier les genoux, la renvoyant immédiatement à terre. Lorsqu’elle posa ses yeux sur le sol, elle vit des milliers de trous, semblables à des terriers, qui s’étendaient à perte de vue. Elle n’avait jamais marché sur la lune, mais elle était sûre que c’est ce à quoi sa surface ressemblait. Elle avait vu ça à la télévision un soir, installée bien confortablement sur le canapé, lovée dans les pourtours d’un plaid.

Elle pensa à la lune, puis aux autres possibles planètes encore inexplorées, et se demanda si elle les foulerait un jour.

Un bruit la tira de ses rêveries. Elle crut apercevoir une ombre au loin et un frisson lui parcourut le corps. Chacun de ses poils se hérissa et elle se dit qu’il était temps de refaire une tentative pour se mettre sur pieds. L’adrénaline la tenait en haleine et malgré le froid et la peur qui l’habitait, elle se leva d’un bond, bien ancrée sur ses pieds.

Autour d’elle, du silence. Le genre de silence qui n’a pas d’écho, qui s’étend et ne se heurte jamais à aucune paroi. Un silence infini, dans un gris infini.

Et maintenant quoi ?

Elle entendit un murmure au loin : « Jamais…Jamais »

Une forme floue se tenait immobile, droit devant elle. Elle tenta de s’approcher mais la forme se recula d’un bond pour disparaître derrière la brume omniprésente.

Il y a quelqu’un ?

Un « jamais » susurré lui répondit

Je…Je ne sais pas comment je suis arrivée là. On était deux, mais je ne retrouve plus mon ami. Vous ne l’auriez pas vu ? Il fait à peu près ma taille, on se ressemble beaucoup.

Jamais

Mais, jamais, jamais quoi ?

Elle cligna plusieurs fois des yeux pour tenter de s’habituer à ce monde dénué de couleurs et de sens. La forme s’était désormais dédoublée et semblait continuer à se multiplier, encore et encore. Une armée de formes floues se tenait désormais à quelques mètres d’elle.

« Qui..Qui êtes vous ? Et où est-ce que je suis ? C’est quoi cet endroit ? »

Celui qui semblait être le chef du groupe s’avança vers elle, jusqu’à se tenir à seulement quelques centimètres de son visage. Elle pouvait sentir la chaleur de son souffle fétide sur sa peau. Il avait de multiples cicatrices sur le visage, certaines en relief, d’autres formant de véritables trous sur une grande partie de son corps.

Nous sommes… la secte des chaussettes perdues dans le sèche-linge.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Flora CISTOLDI’s story.