Emmanuel Lange : « QuizFlip réhabilite le savoir »

Aider les jeunes à déployer leur plein potentiel en apprentissage et à se concentrer à l’ère numérique, voilà ce qui anime l’entrepreneur Emmanuel Lange. Entouré d’une équipe de choc au sein de sa jeune entreprise QuizFlip, il se prépare à lancer début 2018 le Flip, la première flashcard (fiche de révision) électronique au monde. Interview.

Emmanuel, qu’est-ce qui te fait courir ?

Changer le monde à mon échelle, le rendre meilleur en aidant les jeunes à réaliser leur plein potentiel. Cela passe par fluidifier leur relation avec le savoir. Alors que le monde devient sans pitié avec l’idiot du village, il faut maîtriser un corpus de connaissances, de concepts fondamentaux avec lesquels on peut jouer.

Mon ambition est de rendre le temps d’apprentissage des jeunes efficace pour leur permettre de réussir leurs études et ensuite choisir une voie qui les épanouit. Il y a beaucoup de facteur chance dans la vie, mais comme disait Louis Pasteur « La chance ne sourit qu’aux esprits bien préparés. ». QuizFlip est là pour préparer les esprits ambitieux.

L’autre enjeu pour réhabiliter le savoir, c’est d’aider ces jeunes à se concentrer à nouveau dans leur processus d’apprentissage. Ils passent de plus en plus de temps sur les écrans, à zapper d’une information à une autre, d’une lucarne à une autre. Avec QuizFlip, je leur propose de revenir à un écran moins interactif, monotâche et bienveillant. C’est à contre-courant mais ça me parait essentiel !

Emmanuel vs les distractions numériques qui parasitent l’apprentissage.

Tu nous en dis un peu plus sur le Flip ?

Le Flip est la première flashcard électronique au monde. Il s’agit d’un appareil qui s’inspire des cartes papier “question-réponse” très utilisées pour les révisions d’examens aux Etats-Unis. Un écran affiche une question et un autre écran la réponse, et à chaque question l’utilisateur va chercher dans sa mémoire la réponse puis s’auto-évalue en retournant la carte, et ainsi de suite.

On s’inspire notamment des sites web communautaires comme Quizlet — utilisé par la moitié des lycéens et un tiers des étudiants américains aujourd’hui — et dont le contenu des 214 millions de sets (les paquets de cartes) est créé par les utilisateurs eux-mêmes. On a voulu privilégier l’ergonomie intellectuelle et physique, en proposant une interface radicalement innovante. Sans bouton, elle est gérée entièrement par gyroscope, comme une télécommande de Wii.

On utilise aussi la recherche en sciences cognitives pour aider les jeunes à apprendre. Les recherches sur les technologies de la mémoire l’ont prouvé : la meilleur façon d’apprendre, c’est d’aller chercher dans la mémoire quelque chose qui y est déjà, de réactiver le chemin neural pour le renforcer. C’est un peu comme un sentier dans la campagne : plus les gens marchent dedans, plus le sentier est profond. On investit beaucoup dans la recherche et développement, et un docteur en sciences cognitives va d’ailleurs bientôt venir étoffer notre équipe.

D’où t’es venue l’idée d’un tel produit d’apprentissage ?

Cela fait près de quinze ans que je travaille dans l’industrie électronique. Après mes études à Supélec, j’ai développé mon expertise en électronique, robotique et gestion de la sous-traitance dans des entreprises comme Aldebaran Robotics (aujourd’hui Softbank Robotics) ou SES, le leader mondial des étiquettes électroniques de supermarché. En tant que vice-président chargé des stratégies supply chain, j’y supervisais la fabrication de millions de pièces.

Avec ma femme, aussi ingénieure, nous cherchions à créer un produit hardware utilisant les écrans e-paper. On a d’abord pensé à un jeu de société qui aurait pu permettre d’apprendre le mandarin, mais le coût de l’écran était prohibitif. Puis pendant l’été 2016, ma femme a pensé à créer une flashcard électronique. C’était LA bonne idée !

Avec QuizFlip, on se réapproprie un produit déjà existant et on l’amène à l’âge de l’électronique. On offre à nos utilisateurs tout le confort moderne : ils ont à disposition des milliers de fiches sans avoir à les porter, mais également la capacité de les partager sans les perdre.

Quelles sont tes ambitions avec QuizFlip ?

Ma vision, c’est que le Flip devienne aussi universel qu’une calculatrice. Chacun doit pouvoir développer ses capacités cognitives et mémorielles pour s’accomplir avec le savoir, et ce peu importe son âge ou sa condition sociale.

A court-moyen terme, QuizFlip va s’attaquer à ses marchés les plus pertinents, qui se trouvent en Amérique du Nord et en Chine. Contrairement à la France où les examens dans l’enseignement supérieur sont très centrés sur la dissertation, la flashcard est bien ancrée dans les modes d’apprentissage anglo-saxons où les tests QCM sont très répandus. La Chine est également un marché très prometteur. Les jeunes Chinois de quatre à douze ans doivent mémoriser près de 6000 caractères pour pouvoir lire et écrire leur propre langue.

Tu as recruté une partie de ton équipe dans les locaux d’Officience, un coworking en normes sociales où tu m’as aussi rencontrée. Qu’est-ce qui vous réunit et comment vous complétez-vous ?

Je suis arrivé à “Offy” il y a plus d’un an, avec mon idée de flashcard, tout en étant consultant. J’y ai trouvé une communauté de sens, de bonnes idées et des relations. Des gens de grande qualité, ouverts aux autres et prêts à partager. La plupart d’entre eux ont un potentiel souvent en partie réalisé, une réussite matérielle, qu’ils sont prêts à remettre en question pour aller plus loin.

Emmanuel et son co-fondateur Yanaï.

Quand on travaille dans un grand groupe, on croit qu’on a beaucoup à perdre en en partant. Mais quand on saute le pas, on réalise qu’on est beaucoup plus libre qu’on ne le croyait. Et que, si jamais c’était vraiment un mauvais choix d’en partir, on pourrait facilement retrouver un poste dans un groupe du même genre.

J’ai rencontré Yanaï Zaicik et Pierre Tâm-Anh Le Khac à “Offy”. Ils pourraient faire tous les deux des carrières brillantes et prestigieuses, mais ils trouvent plus de sens à travailler avec moi à développer QuizFlip. Alors que je conçois le produit, d’un point de vue logiciel, électronique et mécanique, mon co-fondateur Yanaï m’apporte la vision marketing. Grâce à lui, je passe de créer un objet à concevoir un produit. Il challenge aussi mon travail au quotidien. Pierre Tâm-Anh enrichit notre binôme de ses compétences en communication. On travaille beaucoup en dehors de “Offy” aussi, notamment parce qu’on doit gérer de nombreux freelances et sous-traitants.

La dimension spirituelle semble importante pour toi. Dans quelle mesure inspire-t-elle ton action ?

Cette dimension m’inspire dans mes actions et mon travail. J’essaie d’apporter ma pierre en réhabilitant le savoir et en concevant le monde tel qu’il est, sans dogmatisme. QuizFlip est aussi le produit de cette envie.

QuizFlip passe à la vitesse supérieure et recrute ! C’est aussi pour cela qu’ils sont venus chercher ma plume... Vous voulez en savoir plus ? C’est par ici !

Flora Clodic

Written by

Plume raconteuse d’histoires. Jardinière de communautés. #Tribus Happycultrice #AuBonheurDesZèbres Collapso-something #Effondrement #Résilience

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade