Toujours slasheuse, bien plus heureuse #1

Il y a un an, j’écrivais mon Petit Manifeste d’une slasheuse heureuse, lasse qu’on me pose toujours cette même question : « Mais tu fais quoi dans la vie ? J’ai pas bien compris. » Qu’en reste-t-il, après quelques allers retours à Lisbonne ou ailleurs, avec un livre en cours d’écriture et le plein de projets foisonnants ? Premier billet sur mes activités en freelance.

C’est un petit texte, écrit peu de temps après mon retour des Cévennes, dans la maison où m’accueillaient Boris et Emilie. Un moment où la question de mon « métier », de « ce que je fais dans la vie », revient sans cesse, et où je ne trouve pas toujours la juste posture.

Petit manifeste d’une slasheuse heureuse 2.0

Catherine, mon amie fondatrice du média positif L’Optimisme, me provoque : « Depuis que t’es rentrée, est-ce que t’as produit quelque chose ? ». Dans le mille. Pondu en deux heures, ce petit texte a été ma réponse, ma manière d’assumer une complexité parfois confuse et difficile à résumer en une phrase.

Quand je l’écris, je n’imagine pas tout ce qui va changer dans ma vie en quelques mois. J’y retrouve pourtant avec un peu de recul les discrètes traces de ce qui va suivre. Le sens, qui se clarifie. L’incertitude, que j’accueille mieux. La beauté des rencontres, qui s’intensifient. Je me revois décider de partir à Lisbonne, un jour d’été, l’an dernier. Sans bien comprendre pourquoi, ni pour combien de temps j’y pose mes valises, je sais qu’il faut y aller. Quelle bonne idée ! Bien sûr, il y a des petits moments de doute, de solitude, mais c’est une si joyeuse parenthèse ensoleillée…

Je me vois refaire un saut, au tournant de l’année 2017, dans les Cévennes, et y écrire mes 10 kifs de 2016. Presque surprise que mes efforts paient, lucide du chemin qu’il reste à parcourir pour être une meilleure personne. Depuis, je continue de slasher, c’est-à-dire d’avoir plusieurs métiers, plusieurs activités avec lesquels je jongle. « Mon enjeu : articuler mes centres d’intérêt variés et mes compétences professionnelles ; ne pas rentrer dans une case, mais inventer mes propres cases, qui répondent aux besoins multiples de mes futurs clients. », écrivais-je dans le Petit manifeste.

Alors, la version 2.0 de la slasheuse heureuse, elle raconte quoi ? J’ai tenu mon cap et trouvé de plus en plus de projets alignés avec mes envies d’action concrète et d’engagement. Mais c’est loin d’être de tout repos ! Le séjour à Lisbonne m’a fait un bien fou. Un pas de côté salutaire qui m’a aidée à écouter davantage mes envies, à affuter mes compétences, la compréhension de mes atouts et l’acceptation de mes petites et grandes imperfections — pour mieux y remédier.

Je travaille toujours sur plusieurs sujets en parallèle. Ma manière de me concentrer, c’est parfois de me décentrer, au risque de paraître dispersée — et/ou de l’être. Mais je me connais mieux. Je trouve des outils qui m’aident à m’organiser. Je m’entoure mieux aussi, et j’apprends à (me) dire non. Je sens quand la pente est trop douce ou trop dure. Si je peux encore accélérer ou si je dois ralentir…

Stratégie digitale, community management, création de contenus, événementiel, crowdfunding : de retour à Paris, me voilà en mission pour plusieurs projets, pluridisciplinaires et complémentaires. Une rentrée intense qui valait bien de délaisser les plages lisboètes.

Le projet Hermitage

C’est sans aucun doute le temps fort de mon année professionnelle : la campagne de crowdfunding du Projet Hermitage, dont j’ai assuré l’animation sur les réseaux sociaux en mai-juin avec une équipe déterminée. Un laboratoire d’initiatives citoyennes dans un ancien hermitage de plus 30 hectares et 20 bâtiments, à Autrêches, près de Compiègne (Oise) autour de 4 axes complémentaires : transition énergétique, agroécologie, data/numérique et vivre-ensemble. On a levé plus de 102000€ grâce à 1220 citoyens, pour donner vie à ce lieu inédit.

Après un été un peu plus calme, les premiers résidents s’installent. Les activités ont repris et les premiers événements se profilent. Nous sommes entrés dans une phase de co-construction concrète avec ses fondateurs et sa communauté. Je reste en soutien à l’équipe en freelance, pour la gestion des réseaux sociaux.

@ProjetHermitage / Projet Hermitage

Reboot

C’est l’une des raisons de mon retour parisien. Reboot. Un programme commun à 5 écoles et 5 lieux créatifs de région parisienne - dont la Paillasse et Creative Valley — pour faire travailler les étudiants de manière pluridisciplinaire, les sensibiliser aux pratiques numériques et à l’entrepreneuriat sur des défis impulsés par des entreprises et associations partenaires.

En charge de la création et de l’animation de la communauté sur la plateforme dédiée et les réseaux sociaux, je prends en charge une grande partie opérationnelle du programme (coordination, communication, événementiel…), dont le lancement officiel aura lieu d’ici mi-novembre. Vous en saurez vite davantage !

Jawg Maps

Parce que je me suis découvert une vraie curiosité “tech” et que L’Hermitage m’a fait rencontrer Loïc Ortola, je commence aussi à accompagner sa startup Jawg Maps dans leur communication digitale. En plein développement, cette plateforme permet de créer ses cartes personnalisées. Comme Google Maps, mais en version open source, basée notamment sur le travail incroyable des contributeurs d’OpenStreetMap.

L’équipe est top, le projet enthousiasmant. Vous êtes une startup, un indépendant ou une entreprise ? Allez donc découvrir leur site, inscrivez-vous pour avoir accès au tout nouveau Jawg Lab, téléchargez leur livre blanc. Et si vous voulez en savoir plus, contactez-moi !

@jawgio / Jawg Maps

Pédagogie de l’altérité et de la coopération

Christine Marsan est de ces personnes dont l’engagement multiple et la créativité vous donnent envie d’y joindre vos forces pour faire bouger les lignes. Son dernier-né, en belle compagnie, est la Pédagogie de l’Altérité et de la Coopération.

7 modules de formation, sur des territoires et avec des partenaires variés; des parrains de choix, comme Patrick Viveret ou Abdennour Bidar; une pédagogie de la mutation pour tisser des relations plus durables et des dialogues plus féconds dans des contextes, aussi plus complexes.

@AlterCoop / Pédagogie de l’alterité et de la coopération

D’autres missions ponctuelles

Le retour à Paris signe aussi celui des collaborations régulières appréciées. Je m’occuperai bientôt avec Aurélie Gastineau de la couverture numérique d’un événement pour PLAN International. Et je prêterai main forte sur ces aspects à l’agence de communication responsable Econovia.

Je continue à m’épanouir dans un environnement professionnel où l’on parle davantage des causes que l’on défend que de l’argent que l’on amasse. Je fais plus qu’avant ce que j’aime, avec des gens dont je partage les valeurs, et ça, ça n’a pas de prix. Mais ça sera l’objet du prochain billet, où l’on causera “tribus” !

Vous avez envie d’en savoir plus ? Vous avez un bon contact qui peut faire avancer un de mes schmilblick ? Ecrivez-moi!

Like what you read? Give Flora Clodic a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.