Portrait d’un Léon Homo
Michael Ortali
463

Il y a des choses qui bougent en France, principalement au niveau des startups… mais je pense que pour la plupart des entreprises, elles mourront bien avant de changer.

Je pense qu‘une chose qu’un Français expatrié peut faire quand il veut revenir, c’est regarder où le dirigeant de l’entreprise a été formé. S’il n’est pas issu du sérail ou des grandes écoles françaises, ou s’il a fait ses premières armes à l’étranger, il y a de bonnes chances de ne pas tomber dans les travers de l’entreprise française. Quand on entre dans une entreprise, on devrait toujours regarder le CV de son patron…

Nous avons besoin que vous, les Léon, reveniez pour créer vos entreprises et jeter dehors toute cette clique vieillissante. Contrairement à ce qu’ils disent (en regardant les salaires moindres et les licenciements faciles ailleurs), la France offre beaucoup d’avantages pour les entrepreneurs, en particulier ceux qui veulent jouer le jeu de la coopération avec les employés.

Like what you read? Give Florence Herrou a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.