On a une bonne et une mauvaise nouvelle

Le projet Zoom a été la tentative ambitieuse, passionnée et passionnante d’inventer une chaîne d’un nouveau genre : mobile, personnalisée, numérique, pensée en fonction des usages de ses utilisateurs, construite dans l’échange permanent avec eux. Depuis le début, tout a été pensé et construit ensemble : l’édito, l’ergonomie, l’identité graphique, le ton, l’UX, la méthode de conception et de développement. Tout cela a été le fruit du travail d’une équipe passionnée, motivée, créative, soudée, qui y a mis du sien, et encore plus.

Aujourd’hui le projet change de nature, le site et les applis ferment, et Zoom se réoriente sur les réseaux sociaux. Ce choix est dicté par le besoin de consolidation de l’offre de France Télévisions, par la nécessité de rationaliser les investissements et de se concentrer sur les carrefours d’audience. Zoom continue donc sur les réseaux sociaux, ici et pour commencer. On garde le même esprit, le même ton, la même envie d’être en lien permanent avec le public.

Nous souhaitons néanmoins valoriser les acquis et les innombrables apprentissages du projet. Une partie du code et de la documentation est donc mise à disposition du public (), car Zoom est un projet public et ouvert, c’est normal que l’on partage ce qu’on a appris. Par ailleurs, les apprentissages techniques, fonctionnels et éditoriaux seront intégrés dans les autres projets France Télévisions en cours et à venir.

En plus du code et de la doc, quelques autres « learnings », rigoureusement en vrac :

  • En édito, faire toujours court, sans « gras ». Et dans le doute, faire encore plus court, encore plus concentré.
  • La « core team » Zoom a moins de 30 ans de moyenne d’âge, plutôt féminine. Le cœur de cible de Zoom a exactement le même profil. Le profil d’audience d’une offre serait donc strictement égal au profil de l’équipe qui l’anime. Ça a l’air évident, mais c’est un peu ouf quand même.
  • On pensait sortir un produit en rupture avec le marché, et on a assez vite compris que les autres s’y mettaient aussi. Qu’on était dans un mouvement de fond pour ainsi dire.
  • Dans le doute, demandez aux utilisateurs, ils sauront mieux que quiconque.
  • Un moteur de recommandation c’est bien. Un moteur de recommandation boosté par des humains, c’est encore mieux.
  • On nous avait dit pendant des mois qu’il fallait sortir une playlist sexo, que ça allait marcher. A la fin on l’a sortie, et ça a marché. Ça calme.
  • Le lean start-up fait du mal à l’égo, mais plein de bien aux projets et aux produits : c’est dur de réaliser régulièrement qu’on s’est planté, mais ça fait avancer très vite.
  • L’hyperpersonnalisation est très difficile à réaliser dans les faits : on n’a pas complètement réussi à remplir la promesse, même si on a tenté très fort.
  • C’est un peu bateau, mais néanmoins très vrai : les téléchargements sans récurrence d’usage ne servent strictement à rien.
  • On a littéralement découvert, et fait découvrir, une manne incroyable de contenus puissants, beaux, passionnants dans le catalogue de France Télévisions. Cela devait être une des missions du produit, c’est probablement celle qu’on a le mieux accompli.

Les gens qui ont contribué à Zoom

Les personnes qui sont passées, restées, parties, revenues pour faire grandir Zoom pendant ces deux dernières années :

William Archimede, Michael Baeyens, Coline Benoist, Florent Besse, Anne Boisseleau, Philippe Bourquin, Elodie Buronfosse, Alain Buzzacaro, Xavier Callens, Yann Chapellon, Laura Dellac, Arnaud Delacroix, Judith Delsarte, Marie-Alix Deval, Guillaume Dimitri, Marc Doumid, Clément Gautier, Charles-Eric Gorron, Charlène Gourmand, Antonio Grigolini, Amaury Hubault, Séphora Jérémie, Anne-Laure Ledoyen, Bryann Le Moigne, Henry Lim, Eva Longuechaud, Gaël Métais, Mélanie Mireux, Stéphane Mora, Mickaël Morier, Christophe Morisse, Bruno Patino, Stéphane Pessin, Alain Rabatel, Romain Richard, Juliette Robert, Damien Saillard, Gaëlle Saldumbide, Eric Scherer, Ivan Thomas, Thierry Thuon, Audrey Tonnelier, Benoit Trantoul, Frédéric Turcant, Florian Valence.

Ceux qui ont passé une tête, mais bien faite : Joseph Jacquet, Boris Razon, Jean-Baptiste Brumelot, Alexandre Marionneau.

Ainsi que les teams FTV : Team Programmes, Team Player, Team SI Vidéo, Team Marketing, Team Studio, FTP, Direction artistique de France 2.

Toute l’équipe de Cognik.

Les équipes d’Upian.

Et les équipes de TNS-Sofres et Usabilis.

Merci à tous ceux qui ont soutenu et apprécié le projet. Les vrais savent ❤.