Selon une étude scientifique, les “carrys” et “rougails” réunionnais seraient des repas anticancer par excellence

Bien manger, c’est le début du bonheur. Et de la bonne santé!

J’aime beaucoup lire. C’est toujours l’occasion d’apprendre pleins de trucs. J’ai passé les six derniers mois en mission à l’île Maurice, où, délibérément privé d’internet et de télévision, j’ai occupé mon temps à lire. De tout. Des bouquins de développement personnel, bien sûr, mais aussi des thrillers, des articles scientifiques, des revues, des romans. Parmi ces livres, un m’a particulièrement marqué : l’ouvrage du docteur David Servan Schreiber, intitulé “Anticancer”.

L’auteur, chercheur et médecin de formation, découvre en réalisant une expérience sur lui-même qu’il est atteint d’un cancer du cerveau… S’en suit un long combat, qui peu à peu devient une quête. La quête du bien-être. La quête de l’harmonisation, chercher le pouvoir de guérison en soi, et s’y aider, notamment au travers d’une alimentation adaptée.

Comprendre le cancer

C’est un mot qui fait peur, c’est vrai. Pourtant, nous sommes tous porteurs de cellules cancéreuses en nous! Si si. Tenez, regardez vos grains de beauté. De vrais minis cancers en puissance! Mais tant qu’ils sont tenus en respect par l’organisme, tout se passe comme si de rien n’était.

Les choses se gâtent lorsque ces cellules “anormales” commencent à se reproduire. On observe deux phénomènes :

  • le premier point, c’est que ces cellules anormales ne sont plus soumises à l’apoptose (mort cellulaire programmée) : c’est comme si elles devenaient immortelles;
  • le second point, c’est qu’en se multipliant, ces cellules anormales provoquent une inflammation locale — laquelle inflammation est elle-même propice au développement de nouvelles cellules cancéreuses, le début d’un cycle exponentiellement vicieux.

Face à ce problème quasi-insoluble, la médecine occidentale a créée une batterie de traitements, qu’on ne présente plus : injections, chimio… avec tous les effets secondaires qui lui sont associés.

Une leçon de médecine vieille de 3000 ans

Ce que j’ai appris dans ce livre du Docteur Servan Schreiber, c’est qu’à la lourde artillerie chimique, il existe une approche beaucoup plus douce, et beaucoup plus naturelle. Elle nous vient d’Inde; prévenir le cancer grâce à son alimentation.

Les chercheurs de la médecine occidentale découvrent aujourd’hui des préceptes dictés depuis 3000 ans par la philosophie ayurvédique. Par le choix d’une alimentation riche et équilibrée, épicée, on peut diminuer sensiblement le risque de cancer. Ainsi les Indiens de même que les Japonais ou les Chinois souffrent-ils jusqu’à 60% de moins de cancers qu’en Europe ou aux USA, où les habitudes alimentaires (gras, sucrés, salés, déséquilibrés) et le mode de vie (sédentaire et stressé, exposé aux perturbateurs endocriniens) sont favorables à l’apparition de la maladie.

Les médecins ont ainsi recensé une liste de “super aliments”. Qu’il s’agisse de légumes, de fruits ou d’épices, ils ont tous la particularité de contribuer fortement à la diminution du risque de cancer :

  • soit en “annulant l’immortalité” des cellules cancéreuses
  • soit en empêchant l’inflammation
  • soit en rétablissant un rapport 1/1 entre omégas 3 et omégas 6
  • ou encore en luttant contre les radicaux libres

Et c’est qui m’a marqué, c’est que dans cette liste… figurent les ingrédients de base de la cuisine réunionnaise!

Pas étonnant, à y réfléchir : les carrys et rougails de la Réunion ne sont-ils pas nés de l’influence des cuisines africaines, chinoises et indiennes? Petit tour d’horizon des bienfaits cachés de vos repas réunionnais préférés.

5 raisons pour lesquelles les carrys et rougails réunionnais sont des repas anticancer par excellence

Qu’il s’agisse d’un carry poulet ou poisson, d’un rougail saucisse, les ingrédients de base restent plus ou moins les mêmes : oignons, ail, thym, tomates, et curcuma.

Or ces super aliments présentent des qualités tout-à-fait remarquables dans la prévention du cancer. Regardez plutôt.

  1. Les oignons : inhibent le développement des cellules cancéreuses et sont faibles en calories
  2. L’ail : ses propriétés sont nombreuses, il est notamment antiseptique et anti-inflammatoire
  3. La tomate : lorsqu’elle est cuite, ce qui est le cas pour les carry et rougail réunionnais, la tomate libère une grande quantité d’une molécule appelée lycopène, qui lutte activement contre les cellules cancéreuses
  4. Le thym : les chercheurs ont récemment mise en évidence que les propriétés du thym ne s’arrêtaient pas à ses seuls bienfaits sur la respiration et la digestion. En effet le thymol est une substance également très active dans la prévention de l’apparition des cancers
  5. Le curcuma : aliment de base de la cuisine réunionnaise, il est présenté en Europe comme une épice révolutionnaire. C’est simple : la curcumine, molécule active du curcuma, est le plus puissant anti-inflammatoire du monde. Pas étonnant que les Indiens — gros consommateur et producteur mondial- soient en aussi bonne santé. D’ailleurs, son effet est multiplié par 2000% lorsque le curcuma est mangé avec du poivre : ce qui est le cas des repas réunionnais!

Allez, comme on sait que chacun d’entre vous apporte son petit lot de touches personnelles à ses recettes, voici une autre racine anticancer couramment utilisée :

6. Le gingembre : il booste le système immunitaire. Très efficace surtout lorsqu’il est écrasé (ce qui est le cas dans la préparation d’un carry poisson, par exemple)

Faîtes-vous du bien, faîtes-vous plaisir !

Voici donc 5 bonnes raisons de se faire plaisir autour d’une belle assiette créole. De plus, la prévention des cancers passe également par un état d’esprit positif et joyeux : ce qui est très souvent le cas pendant et après un délicieux repas :)

>> Pour déguster d’excellents carry et rougail réunionnais en Ile-de-France, vous pouvez passer commande chez Christophe , JD, MC ou encore chez Brigitte qui sont tous référencés sur APPRECIALI. Bon appétit ;)