Livre Blanc : Strasbourg Startup City 2020
Alsace Digitale
892

Bravo pour ce travail de synthèse et d’analyse ! Je perçois bien l’objectif du livre blanc centré sur les startups mais je m’étonne tout de même que les acteurs non startup de l’écosystème numérique n’apparaissent pas (ESN, agences web ou autres). Si les objectifs et préoccupations de ces acteurs sont différents de ceux de l’écosystème startup strasbourgeois, je vois 3 points de “contact” qui devrait inciter à les intégrer dans la réflexion :

  • Ils participent à l’acculturation au numérique des entreprises et des “gens aisés” par leur travail au quotidien. Ils nous appartient de s’appuyer sur ce travail pour pousser la culture startup
  • Leurs besoins en compétences digitales permettent de développer le marché local de l’emploi digital et de permettre l’implantation d’organismes de formation dédiés au numérique. Or, si la fermeture d’une école d’ingénieurs informatiques est un mauvais signe évident, elle ne doit pas masquer le lancement récent de plusieurs formations alternatives sur le digital: web@cademy et Wild Code School à Strasbourg, Ligne numérique à Mulhouse, franchise Simplon pour Strasbourg… Les élèves de ces formations ne seront pas tous à l’origine de nos futures startups mais ils en composeront l’ossature des équipes techniques. Et que dire de la diversité des profils des élèves de ces formations, beaucoup plus grande que celle des écoles d’ingénieurs, qui répond au besoin de diversité des profils dans les startups…
  • Enfin, ils abritent en leur sein un vivier de talents numériques qui n’ont pas tous pour projet professionnel de faire carrières en agence ou en ESN… créer ou intégrer une startup reste un rêve pour beaucoup et il faut trouver un moyen d’amener certains de ses talents à réaliser leur rêve en créant des passerelles entre ces acteurs de l’écosystème numérique et l’écosystème startup.