Les armoires normandes

On dit de Dieu qu’il reconnaitra les chiens et on dit du chien qu’il est le meilleur ami de l’Homme. On dit de la Navarre qu’elle est un territoire du nord de l’Espagne, situé sur les deux versants de l’extrémité occidentale de la chaîne pyrénéenne. Mais tous ces « on-dit » ne nous en disent pas plus sur l’amour et les armoires normandes ni même sur Dieu, l’Homme et le chien… Quel rapport me direz-vous? Patience…Poursuivons: l’armoire normande est l’une des icônes du mobilier régional français, elle est de grande dimension et ses lignes ne manquent pas de forces. Mais « Les armoires normandes », c’est aussi le titre de la dernière pièce des Chiens de Navarre et vous comprenez maintenant où je veux en venir.

Les Chiens de Navarre sont de retour au théâtre pour le plus grand bonheur de ce dernier et de ses spectateurs. Ils remplissaient de sable tout récemment le plateau des Bouffes du Nord. Retour sur un spectacle bac à sable de grande dimension aussi jouissif que génial.


Pour Christophe Meurisse, metteur en scène du gang des chiens de l’extrémité occidentale de la chaîne pyrénéenne, « On n’est jamais aussi con que le premier jour du printemps. On palpite, on espère, on tombe ou on devient un cheval fou. Le tout avec les mains moites et un petit bout de salade collé entre les dents ».

“ Avec un humour dévastateur, des mains moites et de la salade entre les dents donc, les comédiens explorent ici l’attirail de nos relations amoureuses et les danses typiques des palmiers sauvages de l’Alaska…”

Depuis 2005, le théâtre des Chiens de Navarre est un brûle convenance, un démonte pneus anti coincement, une célébration du ça, de la pulsion et de ces choses que l’on aime pas regarder en face, même au théâtre ; ces choses que l’on se garde pour soi, coincées dans nos hontes et nos peurs.

Dans Et dire qu’on vieillir ensemble, leur avant dernière création qui se jouait également aux Bouffes du Nord en 2014 (voir Kiblind Magazine #51), la troupe d’acteurs hors normes explorait le non sens, la violence des mots et la bonne conscience des protocoles à la con qui prennent place dans nos réunions d’associations, nos entretiens chez pole emploi, nos formations d’entreprises et nos discussions conjugales en bagnoles. Dans ces Armoires Normandes, dernière création en date, on retrouve cette même énergie qui vient aujourd’hui gratter les couches de nos sentiments amoureux. Avec un humour dévastateur, des mains moites et de la salade entre les dents donc, les comédiens explorent ici l’attirail de nos relations amoureuses et les danses typiques des palmiers sauvages de l’Alaska…

À onze joueurs, en enchainant diverses scènes où l’on voit des culs, des slips, du sang, des larmes et où l’on entend un Evenou Shalom Alerem d’anthologie, les chiens de Navarre inspectent nos doutes quant à nos sentiments amoureux, la manière dont se construisent nos histoires d’amour, les façons dont elles se déconstruisent, mais il explorent également et s’amusent de toutes ces choses pipi caca qui nous font tant rire. Peut être qu’au fond, comme William Sheller, les chiens de Navarre se demandent pourquoi les gens qui s’aiment sont-ils toujours un peu cruels? Quand ils vous parlent d’eux, a a quelque chose qui vous éloigne un peu. Ce sont des choses humaines que voulez vous?…

À voir d’urgence.


Les armoires normandes

une création collective des Chiens de Navarre dirigée et mise en scène par Jean-Christophe Meurisse.

Avec Caroline Binder, Solal Bouloudnine, Claire Delaporte, Céline Fuhrer, Charlotte Laemmel, Manu Laskar, Thomas Scimeca, Anne-Élodie Sorlin, Maxence Tual et Jean-Luc Vincent et la participation de Robert Hatisi.

www.chiensdenavarre.com