Existe-t-il un besoin pour une solution de location de meubles?

Comme je vous l’ai expliqué dans l’article précédent, en 2015 on avait une idée: tout comme il est possible de louer une maison ou un appartement, on voulait proposer un service de location de mobilier. Et c’est ça qu’on concrétisera cette année.

Durant des mois, on a partagé notre idée à un grand nombre de personnes (famille, amis, collègues, créateurs d’entreprises, incubateurs et accélérateurs de startup, etc.) et je dois vous avouer que cette idée a eu un grand succès.

On est passé dans la deuxième phase: celle de la concrétisation de cette idée.

Comment débuter ? Par où commencer les fondations du projet?

La toute première étape a été d’identifier des clients potentiels, une cible de personnes, caractérisée par un besoin spécifique et qui serait potentiellement interessée de louer du mobilier plutôt que de l’acheter.

Qui alors?

Si on reprend l’analogie de la location de maison ou d’appartement, pourquoi des gens sont-ils intéressés de louer une maison plutôt que de l’acheter?

Par facilité: si vous avez déjà acheté une maison ou un appartement, vous n’êtes pas sans savoir que les démarches administratives, juridiques et financières sont vraiment très lourdes. Chercher une habitation, faire une offre au propriétaire, signer le compromis de vente, la recherche de financement bancaire, etc. C’est clair que ça en vaut souvent la peine mais c’est un parcours du combattant qui prend généralement des mois. C’est quand même plus facile de louer un appartement que de l’acheter, non?

Pour une question d’argent: on entend souvent: “Mais tu ne vas pas louer un appartement quand même? C’est de l’argent jeté par les fenêtres ! Tu ne préfèrerais pas payer pour quelque chose qui t’appartienne? C’est pas faux. Seulement, le prix moyen d’une maison à Bruxelles est de 365.000€, et celui d’un appartement 224.000€). Rajoutez environ 15% de frais de notaire et de droits d’enregistrement (impôts) et considérez également que vous devrez apporter en fonds propres au moins 20% de la valeur de l’habitation si vous voulez que votre crédit soit accepté. Les taux sont bas mais les conditions d’accès sont plus contraignantes. Et ne parlons pas de travaux de rénovation éventuels à effectuer, ce qui arrive quand même assez régulièrement. Donc, nous on clame très fort que louer revient parfois moins cher que d’acheter, surtout quand il s’agit d’habiter dans un endroit qui nous plait réellement !

Par contrainte d’argent, combien de personnes sont amenées à acheter une habitation qui ne correspondent pas à ce qu’ils désirent, uniquement poussées par le désir de posséder une habitation, quelle qu’elle soit?

Parce que c’est un besoin/une envie temporaire: pas besoin de s’étaler longuement la dessus tellement c’est flagrant. On loue un appartement 3 ans (ou plus) parce qu’on se trouve dans une situation qui demande temporairement d’avoir cette appartement (étudiant, jeune cadre dynamique qui rentre sur le marché du travail, jeune couple qui emménage pour la 1ère fois ensemble, etc.)

Mais revenons à nos moutons.

Qui donc désirerait potentiellement se faciliter la vie, dépenser peu d’argent et aurait un besoin/une envie temporaire de mobilier ?

  1. Les futurs parents

Une naissance, quel merveilleux évènement pour les parents et la famille ! Mais pas trop pour le portefeuille. Un bébé peut passer de 2 à 18 kg et de 45 à 95 cm en 3 ans (c’est durant cette période que la croissance d’un être humain est la plus importante) et cela se répercute dans l’organisation de la chambre d’enfant.

Un berceau, on l’utilise 6 mois max. Un lit à barreaux, 36 mois. Les autres types de mobilier? Ça dépend. Du bon vouloir des parents et de leurs envie de changement par rapport à la chambre de leur enfant.

2. Les étudiants en kot

Ceux pour qui le mot “kot” n’est pas familier, sachez qu’il s’agit tout simplement d’un logement privé (appartement, studio, etc.) loué à un étudiant pendant l’année scolaire ou universitaire. On utilise ce terme plutôt en Belgique.

Parfois les kots sont déjà meublés. Souvent, il est demandé à l’étudiant (ou plutôt à ses parents) d’acheter les meubles qui agrémenteront l’espace loué. Les kots sont généralement loué à l’année et un étudiant est régulièrement amené à changer de lieu plusieurs fois au cours de ses études.

Le lieu de prédilection des étudiants pour aller chercher le mobilier de leur kot? Je vous le donne en mille: IKEA.

3. Les expatriés

En Belgique, on a la chance (hum?) d’avoir pas mal d’institutions européennes et un grand nombre d’unités d’exploitation de grandes multinationales. Il est donc demandé régulièrement à des travailleurs étrangers (expatriés) de venir temporairement dans notre plat pays pour y passer quelques mois ou années le temps d’effectuer une ou plusieurs missions. La plupart de ces travailleurs étrangers louent une maison ou un appartement, qu’ils doivent bien évidemment meubler, le temps de leur présence en Belgique.

A terme, la location pourrait concerner tout le monde.

Quiconque désirerait aménager librement l’intérieur de son habitation avec du mobilier 100% durable, de qualité, d’un style particulier, conçu et produit localement aurait la possibilité de le faire simplement et à moindre coût via la location.

Lit bébé à barreaux conçu en bois de palettes

Alors cette année, on va concentrer nos efforts sur la catégorie de clients que sont les futurs parents et définir une solution qui soit adaptée à leurs besoins. A vrai dire, on a déjà bien avancé sur la compréhension de leurs besoins et de leurs préoccupations. On vous expliquera ça la prochaine fois :)