Le plateau de la saison 6 de The Voice Kids, actuellement en tournage. Photo: Instagram Nikos Aliagas

Nous avons assisté au tournage de la saison 6 de The Voice Kids !

Une plongée dans la vie d’un tournage télé, vu du côté public.

Nous sommes conviés à 13h30, ce vendredi après-midi, en pleines vacances de la Toussaint. Nous arrivons un peu avant l’heure du rendez-vous. Beaucoup de personnes sont déjà là, dans la rue, le long du trottoir attenant aux studios du Lendit. Ce qui nous frappe, c’est le nombre de jeunes présents, enfants et pré-ados, venus voir en famille le show. Juste derrière nous, un groupe se joint à la file. Ils sont une trentaine, venus d’un collège de Sarcelles (95). Ils sont accompagnés par deux conseillères principales d’éducation (CPE), qui ont pris de leur temps sur les vacances scolaires pour accompagner les jeunes à l’émission. Ils ont l’air ravis d’être arrivés à l’heure.

Il est 13h30. La file commence à avancer. Après le contrôle des sacs et de l’identité, nous nous rendons au vestiaire. Le règlement est formel: ne rien garder sur nous: ni manteaux, ni clés, ni téléphone. C’est compréhensible: c’est une émission enregistrée. Il serait impossible de garantir la discrétion du tournage avec des smartphones présent sur le plateau. Les friandises et biscuits sont tolérés, vu le jeune public présent et la durée du tournage. L’agence nous offre des bouteilles d’eau.

Nous nous avançons jusqu’à la porte du grand vestiaire, dernier pallier avant de se diriger vers le studio. Une des responsables de la gestion du public nous prévient: « Le premier qui pousse, il rentre pas et retourne tout derrière ». La sécurité est de mise. Le public représente tout de même plus de 400 personnes, et il faut éviter tout mouvement de foule. Enfin, la porte s’ouvre et nous quittons les vestiaires par petits groupes de 10–15 de manière très ordonnée. Les gens jouent le jeu, pas de bousculade, malgré l’impatience.

L’arrivée dans le studio

L’entrée de la cour extérieure des studios du Lendit

Nous traversons la grande cour extérieure qui mène au studio L1. Là, de nouveau une brève attente dans le hangar attenant, le temps de commencer à placer les premières personnes. Celles qui ont des besoins particuliers liés à leur santé entrent en premier dans le studio, et c’est normal. Dans ce hangar, on passe juste à côté du car régie: le centre technique de l’enregistrement de l’émission. Toutes les images du plateau arriveront ici et seront sélectionnées par le réalisateur, Tristan Carne et son équipe. Ce sont d’ici que viendront également les consignes données aux assistants réalisateurs et aux cadreurs pour démarrer chaque prise du tournage.

Vient notre tour. Nous entrons dans le L1, le plus grand des studios de l’endroit, qui en comprend cinq. Nous longeons le mur gris foncé, en matériau insonorisé, dans ce qui forme comme un couloir avec de l’autre côté le gigantesque échafaudage qui soutient les gradins du plateau où sera installé le public. On avance, puis on s’arrête. Les personnes de l’agence qui gère le public de l’émission nous demandent d’entrer dans le petit couloir qui mène au plateau (celui qu’on voit toujours à l’écran quand les talents quittent la scène) avant de se rétracter. Finalement, on va d’abord remplir l’arrière de la salle avant d’entamer le côté droit, accessible uniquement en traversant la scène. Dommage, j’avais tellement envie de passer juste à côté des fauteuils des coachs !! Ce sera pour une autre fois…

Nous empruntons l’escalier qui mène à la tribune arrière, et passons devant la grosse caméra lourde avec prompteur. On nous installe au 5e rang, juste derrière le fauteuil de Patrick Fiori. Une petite échelle, de la largeur d’un pied, descend jusqu’à notre rangée. C’est par là qu’un cadreur montera tout à l’heure pour aller s’installer dans un fauteuil suspendu au dessus des projecteurs, invisible à l’écran. Ce sera son poste pendant tout le tournage, équipé de caméras et d’écrans de contrôle. Ils sont cinq ou six répartis autour du plateau.

Le public continue de prendre place. Les collégiens de Sarcelles arrivent, et sont placés à droite du plateau. Ils doivent passer derrière les fauteuils des coachs pour rejoindre leur place, ce qui les rend assez curieux et fiers. Mais interdiction d’y toucher ni d’appuyer sur le buzzer. Des agents de sécurité y veillent, pour éviter de salir ou de dégrader quoi que ce soit avant que le tournage commence.

Le public prend la température

Enfin, tout le monde est en place. Le chauffeur de salle, Bruno, arrive et nous salue au micro. Il prend le temps de nous expliquer le déroulement de l’après-midi et les petits secrets du tournage. Et oui ! Il y a des nouveautés cette année ! Il nous demande également de faire le silence total lorsqu’un talent entre en scène, pour ne pas le perturber, et de ne faire aucun commentaire ni signe aux coachs pour ne pas les influencer. En effet, les coachs seront face à nous au début des auditions, et ne doivent pas pouvoir deviner par nos gestes ou nos paroles si le talent est seul ou à plusieurs, si c’est un garçon ou une fille, s’il est tout petit ou plus âgé … Ça permettra de les laisser se concentrer sur la voix et de garder l’effet de surprise. Finalement, on est assez contents de se retrouver derrière les coachs, parce qu’on les verra bien lorsqu’ils sont retournés vers nous, et une relation de complicité va vite se créer avec eux entre les prises…

Bruno nous fait faire quelques essais d’applaudissements avec voix pour voir si on est prêts à mettre le feu sur le plateau. D’abord tous ensemble, ensuite les filles seules, et les garçons seuls. Ce sont les filles qui l’emportent : elles sont très nombreuses cet après-midi et donnent de la voix ! Pour nous faire patienter, Bruno fait le tour des régions représentées dans le public. Certains lieux sont inconnus ou représentés par seulement deux ou trois personnes, ça donne des bonnes crises de rire !! La Belgique est également représentée. Puis vient le tour du collège qui donne de la voix, et qui ne faiblira pas de tout le tournage. Les jeunes sont tous à fond !

Quelques instants après, on tourne une bande-annonce avec un célèbre journaliste sportif de la chaîne pour un besoin de la saison 5 en cours de diffusion.

L’arrivée des coachs

On l’a appris il y a quelques semaines : les 4 mêmes coachs seront présents pour la saison 6. Bonne nouvelle, au vu de ce qu’ils nous proposent en saison 5 ! Deux des coachs arrivent maintenant, le public est conquis. Ils improvisent une battle du meilleur « chauffeur de salle » pour savoir lequel arrivera le mieux à ambiancer le public ! Ça se termine en ola généralisée dans les gradins, qui sera gentiment interrompue par le réalisateur: il est temps de commencer les choses sérieuses…

C’est maintenant le moment d’accueillir les 4 coachs pour la chanson d’introduction appelée « collégiale ». C’est celle qui sera diffusée au début de la saison. Les coachs ont revêtu une nouvelle tenue pour ces auditions de la saison 6. Nous étions habitués à les voir autrement à la télé depuis quelques semaines !

On est invités à chanter avec eux le refrain, très connu du public, et à nous laisser aller: bouger, taper des mains… Il n’en faut pas plus pour nous ambiancer: l’orchestre en live, les musiciens dirigés par Oliver Schultheis et l’acoustique sont exceptionnels sur le plateau !! On vit vraiment le moment au naturel. La chanson sera chantée à trois reprises, ce qui n’est pas pour nous déplaire. On pourra ainsi conserver la meilleure version au montage.

Les jeunes talents arrivent !

Les coachs prennent enfin place dans leur fauteuil pour le début des auditions. Très vite, le premier talent est prêt à monter sur scène. On va en voir 24 aujourd’hui !! Beaucoup plus que dans une émission diffusée un soir ! On en aura pour notre déplacement ! Le réalisateur nous prévient au micro : « Attention, silence s’il vous plaît, c’est parti … ».

L’écran led géant s’ouvre, et un kid fait son apparition, allant rejoindre le micro sur pied mis en place en bout de scène, tout devant. Tout le monde se tait et joue le jeu. Les coachs se concentrent, puis les musiciens amorcent le décompte: 3, 2, 1 … La prestation commence. Très vite, un coach se retourne, puis deux, trois ! C’est l’ovation dans le public. Bizarrement, le buzzer ne fait pas de bruit. Et logiquement, car le bruitage du buzzer pourrait gâcher la prestation et déconcentrer le talent. Il faut donc rester à l’affût sinon on pourrait facilement louper le retournement d’un coach si on est trop concentré sur le chanteur et les musiciens !

La prestation terminée, on applaudit bien fort le talent et on crie, assez longtemps, jusqu’à ce que le coach désigné pour prendre la parole commence à s’adresser au jeune talent. En effet, les coachs ont à leur disposition un petit livret où sont indiqués uniquement le titre de la chanson qui sera interprétée et le nom du coach qui parlera en premier au talent à l’issue de la prestation, qu’il se soit retourné ou pas.

Après une discussion animée avec le talent, qui dure beaucoup plus longtemps qu’à l’antenne, c’est l’heure du choix. Le talent va décider de continuer l’aventure avec … L’avantage, c’est qu’on est sûr de jamais être interrompu par la pub ! C’est ça aussi le live d’un tournage !!

Et la même coach va réussir à attirer dans son équipe les 5 premiers talents de l’après-midi, au grand désarroi de ses collègues ! Ce qui va la pousser à entreprendre une célèbre danse de la joie sur le plateau, sur du Beyonce !! Le problème, c’est que la séquence n’est pas du tout prévue. C’est ça aussi la spontanéité d’un tournage de The Voice !! Si bien que la coach demande à la réalisation si elle peut lancer la chanson en plateau, mais impossible, elle n’est pas en stock… Elle l’entonne donc a capella dans son micro. Et là, au bout de deux minutes, miracle, la régie a réussi à trouver le titre et le balance sur le plateau: c’est la folie, le public tape des mains, crie, et la coach nous fait une superbe danse de la joie depuis le fond du plateau jusqu’à son fauteuil. Ses collègues ne peuvent qu’être fair-play et applaudir. La séquence, pleine de spontanéité, devrait être excellente à l’antenne !

Entre deux, quelques talents ne sont pas choisis par les coachs. Mais, toujours bienveillants, ils vont voir le jeune kid, souvent déjà fier de ce moment passé sur la scène et préparé à cet éventuel scénario. Après avoir fait le plein de conseils, de compliments, et profité de ce moment privilégié avec 4 stars de la chanson française, avec le public qui se montre très fair-play envers eux, les jeunes talents « recalés » repartent avec des étoiles plein les yeux, heureux d’être arrivés jusqu’ici.

La pause

Après le 10e talent de l’après-midi, qui est maintenant bien avancée, la voix de Tristan Carne retentit sur le plateau : « C’est la pause ». Ça fait déjà plusieurs heures qu’on tourne. La coupure est la bienvenue. Le public interpelle les coachs, qui nous saluent, et partent se dégourdir les jambes, boire, grignoter, passer aux commodités et faire un raccord maquillage.

Le public se lève aussi et quitte quelques instants le plateau pour aller aux toilettes. Là aussi, une petite attente au bord du mur du L1, puis une traversée d’un hall vitré, où se trouvent des canapés, destinés aux familles des talents qui attendent le passage de leur protégé. Il arrive même de voir des talents ici, qui ont déjà terminé leur prestation, et qui relâchent la pression avec leurs proches dans le salon.

Au bout de 10 minutes, Bruno, le chauffeur de salle, nous demande de rejoindre notre place: on va reprendre. Il faudra bien encore 10 minutes pour que tout le monde soit revenu. Enfin, on éteint les gros néons au plafond du L1, les projecteurs et les led se rallument et nous replongent dans l’ambiance de l’émission. On peut reprendre.

Le plateau de la saison 6 de The Voice Kids, vu depuis la grue télescopique (caméra 1)

Le tournage bat son plein

14 talents vont maintenant se succéder, et tous les coachs vont réussir à en attirer dans leur équipe. Seule une courte pause aura encore lieu pour nos coachs, qui donnent beaucoup, et qui ont besoin de se rafraîchir un peu. Les coachs sont un peu dissipés ce soir ! Quand un nouveau talent entre sur la scène, c’est le public qui les rappelle à l’ordre : « Chuuut ! »

Les situations inattendues s’enchaînent au fil des prestations : Nikos qui apparaît sur la scène avec les proches d’un talent, Soprano qui disparaît quelques minutes car il a « une idée, je vais tenter quelque chose », Amel Bent et Jenifer qui réclament un « bis » à un talent qu’elle n’ont pas vu mais seulement entendu, Patrick Fiori qui nous montre un talent caché…

Entre deux prestations, les fans de Jenifer présents dans le public l’interpellent : «Jenifer !! Ton nouvel album, c’est une tuerie !! » La coach est très touchée et s’incline. En effet, c’est aujourd’hui la date de sortie de son album. Grosse journée pour Jenifer ! Entre deux chanteurs, quelques vannes « pourries » et des jeux de mots de Patrick Fiori. Soprano nous fait taper des mains: une façon de lui dire : « pas drôle ». Sauf qu’au bout d’un moment, le rappeur marseillais finit par en sortir à son tour ! Il aura le même traitement que Patrick…

Des voix exceptionnelles s’enchaînent. Les coachs appuient beaucoup sur le buzzer aujourd’hui. Certains talents font l’unanimité. C’est une vraie bataille entre les coachs pour réussir à les attirer dans leur équipe.

Bruno n’a presque plus rien à faire, à part nous dire qu’on est un public « génial ». En effet, on a pris le pli. Les applaudissements spontanés pour tous les talents, pour les remarques pertinentes des coachs, une ovation à la sortie des kids… On vit vraiment l’émission et tout reste naturel. C’est l’idéal pour la production : plus c’est spontané et naturel, moins il y a de montage à faire, et plus le téléspectateur se régale !! La saison 6 s’annonce folle !!

« On passe à la télé »

A un moment, Patrick Fiori nous regarde: « Vous savez qu’on passe à la télé là ? » Il ne parle pas de nous, dans le public, mais des 4 coachs. En effet, ce soir même, sur TF1, c’est soirée The Voice Kids, mais la saison 5, enregistrée il y a un an. Et comme il est déjà plus de 21h00, l’émission est commencée. Pour nous, ce sera replay demain soir, car pour le moment, c’est encore tournage !!

Peu après, on demande aux coachs combien de talents ils reste à passer. Amel Bent regarde son livret de bord. « Il en reste deux ». A cette heure tardive, ce sont des Kids de 14–15 ans qui se présentent. En effet, les plus jeunes sont déjà passés avant 20 heures, afin de respecter la législation concernant le travail des mineurs.

« Dernier talent » nous souffle Jenifer. Après avoir révélé son choix d’équipe pour continuer l’aventure, il repart sous une ovation dans le petit couloir argenté. Le réalisateur annonce : « C’est fini pour aujourd’hui. » Il est presque 22 heures.

Fin du tournage

Bruno prend la parole, nous remercie et nous souhaite un bon retour. La sortie se fait de manière ordonnée. Comme d’habitude, nous sortons presque en dernier car nous sommes loin de l’escalier. Le temps de proposer aux régisseurs son et lumière qui se situent tout en haut derrière nous un paquet de bonbons non entamé pour demain, offre qu’ils refuseront gentiment. Et oui, il y a tournage demain aussi, et tout ce petit monde sera de nouveau aux manettes dans moins de 16 heures…

La lumière néon remplace l’éclairage de l’émission. Il faut bien laisser reposer tous ces projecteurs qui ont travaillé pendant des heures. Le plateau est presque méconnaissable maintenant. C’est la magie de la télévision. Un grand bravo aux concepteurs et aux régisseurs qui assurent ce spectacle visuel lors du tournage. Un beau plateau contribue à faire une belle émission !

Le plateau de The Voice Kids, une fois les projecteurs éteints

Nous sortons du L1, je guette à l’arrière de la scène si il n’y a pas Nikos ou Karine Ferri qui traîneraient par là, mais non…

Arrivés près du car régie, j’aperçois Tristan Carne, tout sourire, qui débrief l’après-midi de tournage avec les membres de la production, ITV Studios France. Avec ce qu’on a vu aujourd’hui, il va y avoir de la matière pour cette prochaine saison !! Ils peuvent en être fiers !

Il est temps de récupérer les affaires au vestiaire, de rallumer notre « précieux » comme le chante si bien Soprano, et d’aller faire un tour sur les réseaux sociaux pour voir les ressentis du tournage. Mais tout le monde est plutôt discret ce soir. Direction la voiture.

En passant devant la grille de studios du Lendit, quelques fans attendent de voir leur coach préféré sortir en voiture. Mais ils ont prévenu : « On ne sort pas tout de suite, quelques photos sont prévues avant ». C’est pas grave, ils ne sont plus à 20 minutes près. Ils patientent gentiment.

Des souvenirs plein la tête

Sur le retour, la musique revient encore et encore dans notre tête. Nous rentrons ravis de cette belle expérience. En arrivant, on allume TF1. L’émission du soir est déjà bien entamée, presque terminée. Ça fait vraiment bizarre de voir à l’antenne ce plateau, alors qu’on y était assis il y a moins d’une heure !! Vivement la rentrée 2019 pour voir tout ça à l’antenne, mais en attendant, on va déjà profiter de cette saison 5 en cours, et qui est déjà exceptionnelle !!