Sa féminité tue

Garry Valette
May 28, 2016 · 3 min read

Chut…

Paraît-il qu’elle s’est endormie. Paraît-il qu’elle est casanière. Elle est. Rares sont ceux qui la reconnaissent.

Cette nuit là, réveillée par l’odeur de cette tequila britannique qu’on appelle Gin, les effluves empoudrés d’une chanteuse Argentine et par l’épaisse fumée d’un cigare grillé au pied de la scène d’un club Cubain, elle est entrée d’un pas incertain donnant une impression de porter le poids d’un trop de quelque chose. Sa silhouette élancée l’a sublimé autant qu’elle donnait envie de lui ôter le poids de ce trop de quelque chose. Effectivement, je la regardais avec insistance porter ce trop de pudeur qui l’envahissait au point de continuellement chercher un moyen de cacher son entièreté derrière ses bras surfaisants. C’est difficile d’être grande quand on souhaite être discrète. Une chimère était parmi nous, l’ombre de ses cheveux lui drapant le visage.

Puis un chuchotement collégial bourdonna à son passage, “Regarde qui nous rend visite !” se distingua dans ce brouhaha de jalousie, deux, quatre tables derrière moi. Beaucoup de rumeurs circulaient sur son dos visiblement du fait qu’elle entretenait peu de contact avec eux. Ce vent de mystère la rapprocha un peu plus près du divin. C’est fou le pouvoir du silence, c’est fou comme il hypnotise. La voilà désormais à ma table. D’où vient-elle? Comment a-t-elle fait? Pourquoi moi? J’ai ridiculement sursauté. Elle s’est adressée à moi, je n’ai rien dit. Elle a allègrement commandé deux verres d’un geste ample, je l’ai remercié, et elle n’a pas attendu une seconde de plus pour se raconter. Je l’ai écouté avec les yeux, regardé du bout du nez, senti par la cadence de ses pas de danse.

Cette féminité tue est sortie de son silence. Introvertie mais pas muette, comme tous ces aveugles le prétendaient, elle murmurait de telle sorte que je puisse effleurer la tendresse de ses attentions occultées de leur sens. Elle, ne montera jamais la voix pour ne pas nourrir tous ces mal-entendants de son timbre léché. Parce que celles qui parlent en disent déjà trop, elle, ne dévoile que l’essentiel.

Observez sa gestuelle dotée d’une grâce imprécise, qui nous remémore les causes de nos chutes à un âge où le café nous faisait grimacer. Chut… Observez ses pattes d’oies courir au coin des yeux, agités comme un essaim de papillons noirs et bleus, la preuve d’un sourire mal maîtrisé. Observez la renverser son imagination, valser d’idées en idées pour trouver l’idée de la raison. Prenez le temps de toucher le velours de son regard, si elle abandonne, pour ce soir seulement, ses draps de soie.

Elle est revenue deux, quatre fois me voir.

Elle m’a conté, raconté, répété toutes ses petites et moins petites histoires. Répéter l’importe peu tant qu’on est attentif à ses trublionnements. Un spectacle teint de légèreté tel l’illusionniste de Jacques Tati interprété par l’agitation envoutante de ses trapézistes. J’étais captivé, attiré, accoudé. J’y trouvais mon compte et sa féminité un intérêt, du temps à tuer à éviter de se taire.

« Chut, tais-toi. Et demain que fais-tu? » J’étais invité à une de ses fêtes habituelles de printemps. Une nuitée de printemps où le malt nous est monté à la tête, où nous avons tenté de chanter à tue-tête jusqu’à ce que le bout de nos lèvres éhontées soient tentées à leur tour. Je m’étais pourtant tenu de m’abstenir. Sa tentation prétexta l’ivresse. Ma tentation m’invita timidement à chatouiller l’origine du monde qui est le sien…

Une chimère ne reste qu’un temps parmi les mortels, le reste du temps, elle se cache dans les détails et se tait. Suite à cette nuitée, sa féminité tue était une féminité tuée, car elle s’est tue pour l’éternité. Avant de retourner à mes activités, j’ai déposé devant sa porte comme on dépose au pied d’une stèle un tas de lys. Et ces quelques mots: Reste déesse, avant que ces gens là ne t’haïssent.

Written by

UX/UI Designer freelancer. Disruptive project seeker. Entrepreneur. Dreamer. Try to write stuff sometimes.

More From Medium

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade