Nos valeurs et celles de l’entreprise: pont infranchissable ?

Il existe maints articles relatant les difficultés des gestionnaires du XXIe siècle. La conciliation travail-famille, la gestion du stress et le recrutement compliqué occupent une part de soucis importante dans la vie du dirigeant d’aujourd’hui. Sans compter l’hyper connectivité de nos joujoux technos qui créent ainsi un lien en continu avec le bureau. Tel le scout, toujours présent !

Mais ce qui me tracasse davantage aujourd’hui c’est plutôt la place faite à nos valeurs au sein de l’entreprise. Lors de l’obtention d’un nouvel emploi, il est normal de connaître l’effervescence de la nouveauté et des nouveaux collègues de travail. Nous avons pris un grand soin de bien nous informer sur la nature de l’organisation, sa crédibilité et sa réputation. Après tout, nous ne voulons pas nous associer à une organisation qui ne reflète pas ce que nous sommes. Telle la bouteille de cola tout juste ouverte, les bulles émanant de celle-ci nous empêchent de voir au-travers. Mais la période des bulles ne dure qu’un temps.

Alors le temps passe. Nous avons pris soin de noter la mission de l’entreprise inscrite dans ses bulletins ou mieux encore sur son site Internet. Puis, malgré nos précautions, nous avons observé lentement une divergence entre la mission sur papier et celle sur le terrain. Que s’est-il passé ? Avons-nous été aveuglé par des promesses non tenues ? Ou est-ce encore à cause de notre manque de vigilance ? Avons-nous accepté une situation dans le passé contraire à nos principes ? Avons-nous déjà fermé les yeux sans rien dire ?

Comment rester fidèle à ce que nous croyons et à ce que nous sommes ? Ce n’est pas tout le monde qui peut quitter son boulot dès que nos valeurs sont compromises. Je pense qu’afin de se respecter entièrement en tant qu’individu et de respecter l’entreprise pour laquelle nous travaillons, nous devons faire preuve de transparence. Devant une situation qui nous apparaît inacceptable, je suggère de mentionner à son supérieur immédiat ce que nous ferions, nous, dans cette situation précise. Prendre le temps de lui expliquer les tenants et aboutissants de notre argument et voir ensuite la suite des choses. Changera-t-il son idée ? Peut-être, peut-être pas. Mais au final, nous nous sommes investis en fonction de notre personnalité et nos croyances. Le résultat final ne nous appartient pas.

Mais cela suffira-t-il ? Pas nécessairement. Alors, il nous reste à partir avec dignité.

Pour Sylvaine Pascual , d’Ithaque Coaching : Pourtant, aller à l’encontre de ses valeurs en acceptant un job qui ne les honore pas, c’est ne pas se soucier de sa propre intégrité.
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.