on devient les coachs insupportables de notre propre vie
Quand les statistiques guident nos vies
Sylvain Paley
51

Pour Sloterdijk, le coach est “celui qui veut que je veuille”. Du coup, être son propre coach ce serait vouloir vouloir. Et ça colle pas mal à notre culture du “peu importe la passion mais fais-le avec passion”, qui nous pousse alors à la sur-performance et surtout à leur partage !

Like what you read? Give Gautier a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.