Lettre ouverte à mon(ma) député(e) sur le projet de loi anti-terroriste

Cher(e) député(e )qui me représente.

Vous êtes membre du parti socialiste actuellement majoritaire à l’assemblée nationale. Je n’ai pas voté pour vous au premier tour des législatives en 2012. Devant les dérives liberticides et anti-républicaines de la précédente majorité, j’avais alors décidé de mettre un mouchoir sur mes doutes et de vous donner une voix supplémentaire au second tour.

Je n’avais que peu d’illusions sur la politique économique qui allait être menée. “Il n’y a pas d’alternative”, cette maxime de Margaret Thatcher avait déjà fait son chemin depuis pas mal de temps au sein du PS. Cependant sur l’aspect sociétal et républicain il me restait quelques doux rêves. J’ai laissé passer, en protestant mollement, les attaques sur les Roms, les chômeurs et autres précaires (propos isolés de militants en roue libre cherchant l’attention médiatique ai-je pensé pour me donner bonne conscience).

Aujourd’hui, c’est le projet de loi anti-terroriste qui vient achever ce qu’il me restait de confiance en vous. L’actualité a apporté son lot de faits divers particulièrement choquants. Un fait divers, une loi : étrange impression de retour en arrière. Condamnée par l’opposition d’alors, cette pratique devient acceptable quand elle arrive au pouvoir. Quelques minutes de recherche sur Internet et on retrouvera vos cris d’effroi devant cette façon de procéder.

Qu’il faille lutter contre le terrorisme, je peux le comprendre, mais il faudra avant tout le définir. Au cours de l’histoire, les terroristes ont été tour à tour les militants anarchistes espagnols, les résistants de la seconde guerre mondiale, les indépendantistes Kanaks, etc… L’actualité a eu vite fait de transformer des combattants contre Bachar El Assad en terroristes djihadistes.

Que va nous apporter cette nouvelle loi ? L’arsenal juridique anti-terroriste a déjà été durci à de nombreuses reprises ces vingt dernières années. Comme l’a déclaré M Cazeneuve en débat d’ouverture, les résultats sont là. Cette nouvelle loi va permettre de “contrôler internet” où se radicaliseraient, selon les rédacteurs du projet de loi, les apprentis terroristes. Effectivement, Internet met à disposition de tout un chacun des informations, notamment sur la fabrication d’une bombe. Cependant comme le fait remarquer Stéphane Bortzmeyer sur son blog[1], cette information est aussi disponible dans bien d’autres médias et ce depuis longtemps. Faut-il pour autant contrôler les bibliothèques, les brocantes et le courrier postal ?

Cette volonté de contrôler, filtrer ou restreindre l’accès à Internet refait surface régulièrement depuis le début des années 2000. À chaque fois sous le prétexte d’un mal communément admis: pédopornographie, terrorisme, etc. S’il est compréhensible qu’Internet ait pu faire peur à ses débuts, c’est une réalité avec laquelle nous vivons depuis plus de 20 ans. Et non, le terrorisme n’a pas explosé en France.

Benjamin Bayard sur le blog[2] de FDN (un fournisseur d’accès à Internet associatif), explique que le filtrage administratif, s’il est techniquement possible, sera aisément contournable et ne fera que masquer les problèmes.
Ce filtrage, a d’autre part, l’inconvénient majeur de pouvoir bloquer plus que le contenu visé, l’ensemble d’une plateforme de blog au lieu d’un article, et de fragiliser la résistance aux pannes d’Internet en France en concentrant le trafic en certains points. Je vous renvoie au livre vert[3] d’un labs hadopi.

Je n’ai pas l’impression que la pédopornographie ait disparu depuis qu’elle peut être bloquée par la loi LOPPSI. Le terrorisme existait avant Internet et continuera après cette loi. Le recrutement de djihadistes se fait également dans les prisons, et dans tous les lieux où la république a oublié de jeter un œil ces dernières années. Lutter contre l’exclusion, la pauvreté ou encore le financement des mouvements djihadistes pourrait être efficace, mais malheureusement cela ne rentre pas dans le spectre de cette loi.

Je vous invite à vous reporter aux analyses[4] de l’association citoyenne la quadrature du net, à l’article[5] de Jérôme Hourdeaux de Mediapart, ou à cet éditorial[6] du Monde. L’avis[7] du conseil national du numérique sur ce projet de loi est également défavorable.

Je vous demande, Madame, Monsieur, de bien vouloir vous opposer à cette loi, qui porte atteinte aux libertés individuelles et qui, de surcroît, est inefficace. Cette même loi aurait provoqué l’indignation du PS si elle avait été présentée par l’UMP.

Salutations citoyennes

Notes:
[1] http://www.bortzmeyer.org/fabriquer-sa-bombe.html
[2] http://blog.fdn.fr/?post/2014/09/07/pjl-cazeneuve-le-filtrage-administratif-encore-vraiment
[3] http://labs.hadopi.fr/sites/default/files/ressource/4844/files/livrevertfiltragedocumentv2_0.pdf
[4] https://presumes-terroristes.fr
[5] http://www.mediapart.fr/journal/france/140914/le-projet-de-loi-antiterroriste-vise-internet
[6] http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/09/15/terrorisme-un-projet-de-loi-dangereux_4487639_3218.html
[7] http://www.cnnumerique.fr/terrorisme/

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Gaëtan Duchaussois’s story.