Le climat change c’est vrai.
dani niang
13

Il eut été appréciable que votre commentaire ne commence pas par une remarque idéologique. Moults scientifiques ont pour boulot d’estimer l’impact de l’activité humaine (entre autres) lorsqu’ils modélisent le climat, on les appelle généralement des climatologues.

Je passerai sur les généralisation, simplifications et autres insultes à la méthode scientifique et au raisonnement qui parsèment votre texte qui réussit quand même le tour de main d’expliquer grâce à la météo de la seule ville de Dakar une situation d’échelle planétaire.

Ceci étant dit vous avez piqué ma curiosité, et vu que vous ne donnez aucun lien vers vos sources, j’ai du les chercher moi même. Je suis alors tombé sur cet article de blog de Médiapart. Dans l’un des commentaires on retrouve le même genre d’argumentation en un peu plus détaillé et cadré. Un des lecteurs de cet article a jugé utile de démonter la dite argumentation reposant autour de la vapeur d’eau, je vous la copie colle intacte sauf le PS qui n’est qu’une communication privée et n’a rien d’intéressant :


Le fait que le CO2 soit en petite quantité et donc incapable de supplanter l’effet de la vapeur d’eau bien plu abondante est un des arguments classiques du bon sens climato-sceptique.

Il faut préciser tout d’abord que 400 molécules par million, cela ne semble pas beaucoup mais cela fait quand même 10 à la puissance 16 (10 millions de milliards) molécules par centimètre cube au niveau du sol, ce qui ne parait plus si négligeable. Avec cette concentration, la spectroscopie nous dit que l’atmosphère est opaque sur 20 cm au coeur des raies d’absorption du CO2. On est passé de 280 avant l’ère industrielle à 400, soit une augmentation de 42% avec une croissance actuelle de 2 par an allant en s’accélérant.

Il faut préciser aussi que si l’eau est très abondante au sol, jusqu’à 400 fois plus que le CO2, elle varie beaucoup dans l’atmosphère, dans un rapport de 1 à 10000, en raison de la température, alors que le CO2 est pratiquement homogène hors du voisinage immédiat du sol. L’eau est ainsi 250 fois moins abondante que le CO2 dans la stratosphère et les deux gaz sont en proportion voisine en altitude, là où la pression est de l’ordre de 300 mb et la température -40°C et d’où se fait une grande partie de l’émission infra-rouge vers l’extérieur. C’est cela qui compte et pas la densité au sol. Vous pouvez ajouter autant de gaz à effet de serre près du sol, cela ne produira aucun effet de serre tant que sa température est voisine de celle du sol; l’effet de serre ne fonctionne qu’avec les couches de l’atmosphère bien plus froides que le sol. C’est un aspect généralement mal perçu dans les vulgarisations et pourtant essentiel. Cela ne veut pas dire qu’on peut ajouter impunément du CO2 car bien entendu il ne reste pas au sol et se répartit dans l’atmosphère.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.