Madame Max Adolphe
Don Gilberto
1

Colonel Albert Pierre

«Albert Pierre était un tortionnaire redoutable. Il était constamment sollicité par le pouvoir pour rétablir l’ordre et s’exécutait à l’aide de méthodes violentes qui lui étaient propres. Il a été mis à la retraite en janvier 1986 par le président Jean-Claude Duvalier […]. Malgré des dénonciations à l’encontre de Albert Pierre faites par le public haïtien concernant l’assassinat et la torture de prisonniers, Namphy a permis à Albert Pierre, alors chef de la police, de quitter en février 1986. […]. A partir du dossier «Haïti : informations à l’effet que Albert Pierre dit Ti-Boulé — était commandant de la caserne de Croix des Bouquets. A-t-il toujours des liens d’autorité avec le système? » Canada: Immigration and Refugee Board of Canada; 25 May 1990-STOP

«Escorté par des soldats et des policiers, l’ex chef de la police, le colonel Albert Pierre, et son épouse sont montés à bord d’un avion privé Lear en direction de Panama dimanche soir [ 23 février 1986 ]. Un porte-parole de l’ambassade du Brésil a déclaré que le colonel Pierre avait obtenu l’asile politique au Brésil. […]

Le colonel Pierre, âgé de 50 ans, connu ici sous son surnom de Ti Boule, a occupé divers postes clés et dirigé depuis longtemps la police secrète, responsable de la détention et de l’interrogatoire de personnes accusées de délits politiques. […]. D’anciens prisonniers politiques ont déclaré avoir été interrogés et torturés par le colonel Pierre à la tristement célèbre caserne Dessalines, au quartier général de la police et au pénitencier national. Selon de nombreuses informations non confirmées, le colonel Pierre serait responsable de la mort de prisonniers». A partir de l’article,«Haitian Junta Lets Former Police Chief Leave» Feb 25 1986