«LA PUERTA»…

J’ai vu la porte.

Lumière éteinte,
Suis resté près de la fenêtre.
J’avais peur, j’avais froid,
Le cœur pourtant à l’intérieur,
Rêvant l’étreinte…
Peur d’entrer,
Et peur surtout d’arrêter la musique…
Lorsque s’arrêtera la voix,
Mon horloge s’affolera…
C’est l’heure de la traversée du retour,
Le cœur pulvérisé,
Con dolor…

Gilbert Mervilus,«L’hiver catalan» 
Originally published at plus.google.com.

Like what you read? Give Don Gilberto a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.