L’ambassadeur Georges Ouégnin

L’Ambassadeur Georges Ouégnin livre des secrets d’Etat: «Bédié est à la base du sang versé des ivoiriens depuis la mort d’Houphouët »

Publié le Samedi 27 Août 2016 pat IvoireBusiness

Dans une interview diffusée par nos confrères de 5 minutes info.com, l’ambassadeur Georges Ouégnin, l’ex chef du protocole des plusieurs chefs d’Etat en Côte d’Ivoire, a fait de grave révélations. Il affirme, dans cet interview, que le président Henry K Bedié est à la base de tout le sang des ivoiriens versé, depuis la mort d’Houphouet Boigny.

Georges Ouegnin a dit : « La seule fois de ma vie où j’ai demandé pardon au Président Bédié, c’était le mardi 21 décembre 1999. Ce jour-là, il était encore le Président de la République de Côte d’Ivoire et je l’ai trouvé dans sa chambre. Il préparait le message qu’il devait adresser le lendemain à la Nation, à l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire.
Je me suis mis à genoux, je dis bien, à genoux devant le Président Bédié, il ne peut démentir ce que je dis aujourd’hui.

Je lui ai tenu les pieds, le suppliant presque, pour lui dire : M. le Président, libérez les dirigeants du RDR, Henriette Diabaté, Hamed Bakayoko et tous les autres que vous avez fait emprisonner en novembre 1999, à la suite d’une manifestation organisée pour réclamer des réformes démocratiques en vue des élections de 2000.
Je lui ai dit : faites comme le Président Houphouët-Boigny, profitez de votre passage devant l’Assemblée nationale à l’occasion de votre message à la nation, pour libérer, devant le peuple de Côte d’Ivoire, tous ces dirigeants du RDR. Vous leur diriez, bientôt c’est la fête de noël, bientôt c’est la Tabaski (cette année-là, ces fêtes coïncidaient presque), bientôt, c’est l’an 2000, le nouveau millénaire. Profitez de cela M. le Président et dites-leur, rentrez chez vous, allez retrouver vos familles, on va travailler tous ensemble pour la Côte d’Ivoire, notre patrie commune.

L’ambassadeur Georges Ouégnin et feu le président Félix Houphouët-Boigny

Le Président Bédié m’a dit textuellement : « Non, non, tu vas voir ce que je vais faire… »
Et je lui ai dit, toujours à genoux devant lui : non, M. le Président, votre image est à terre, et en Côte d’Ivoire et à travers le monde ; vous devez vous ressaisir. Franchement, si vous faites ce geste, vous rentrerez dans l’histoire. C’est ce que le Président Houphouët-Boigny a fait quand il a libéré les prisonniers de Yamoussoukro. Il les a amenés à l’Assemblée et il a dit : « nous avons commencé à construire la Côte d’Ivoire, allez, rentrez chez vous et mettez votre pierre dans cette construction… »
Le Président Bédié m’a, de nouveau, répondu : « Oui, oui, tu vas voir mon discours… »
La suite, on la connaît…et je n’en dirai pas plus !
Je reconnais donc que là, je lui ai demandé pardon, Dieu m’en est témoin. Et il est témoin que, en novembre 2011, lorsque je lui ai rendu visite avec toute ma famille, ce n’était pas pour le supplier de faire de ma fille la candidate du PDCI.
Si mes supplications avaient de l’effet sur M. Henri Konan Bédié, il n’y aurait jamais eu le 24 décembre 1999 et la Côte d’Ivoire aurait fait l’économie de toutes les meurtrissures, toutes les haines, toutes les fractures, tout le sang du peuple ivoirien versé inutilement depuis la disparition du père fondateur, Félix Houphouët-Boigny.
Je n’en dirai pas plus… »

Christ Boli
Source: Imatin.net
L’ambassadeur Georges Ouégnin concertant avec un officier supérieur