PETITE HISTOIRE D’UNE GRANDE AMITIÉ

J’ai découvert S…, au Beta video club. C’était l’époque de l’embargo.
Nous avions atteint une complicité telle, qu’elle choisissait pour moi, avec ses doigts et son intelligence, les films à voir.

Je ne sais pas si j’allais au Beta pour causer avec S…, ou à la recherche de nouveaux films. J’y étais plusieurs fois par semaine. Elle m’a une fois invité au restaurant. Aujourd’hui encore je me rappelle les notes de son parfum. S… prit beaucoup soin de moi, après ma rupture avec la catalane. Elle avait jugé et me l’avait déclaré qu’après 10 ans, une rupture peut provoquer des déchirures.

Entre-temps, vers la fin des années 90, S…voyagea.
Plus de 15 ans sans nouvelle, j’ai cherché récemment à en avoir. Justement parce que je parlais à mon épouse de la La Liste de Schindler, (Spielberg,1993), un parmi les beaux films d’hier, choisis par S…

S…s’est mariée et visiblement dans son couple, c’est elle le mari. Dans un manque de tact mêlé d’émotion, je lui adressai quelques lignes, en commençant par «Chère Madame…». C’était sans arrière-pensées, car nous étions des amis sincères, honnêtes et heureux.

Toutefois, j’avais pris un plus de vingt ans, pour comprendre une situation complexe. Vingt ans, au cours desquels mes dictionnaires ne m’avaient pas réellement aidé! J’avais été son prof d’espagnol pendant quelques mois; et S…, avant, pendant et après cette période m’appelait «el conquistador»!

Je n’avais jamais compris!

Gilbert
29 août 2016

Photos:Salvador Dali, muchacha en la ventana, 1925. Affiche Schindler ,www.labullefle.fr

Originally published at plus.google.com.