Bosser en pyjama rend-il moins efficace ?

Quand tu es freelance, les gens croient que tu travailles toujours de chez soi et habillé n’importe comment voire en pyjama. Cela voudrait-il dire que de ne pas être dans un bureau de 8h à 18h, on est forcément sale et désorganisé ? De toute façon, selon une étude, aller au bureau avant 10h ne rend pas plus efficace, alors pourquoi pas rester en pyjama ? Mais vous savez, vu qu’on bosse aussi la nuit et le weekend, on s’habille en pyjama vampire ou chauve-souris (Batman, vous savez celui que vos parents vous ont offert quand vous étiez petit). Et de toute manière, qui ira vérifier qu’on est en pyjama si le boulot est fait et bien fait ? Certains freelance ne bossent pas en pyjama mais en chaussettes trouées et alors ? Vous savez, les chaussettes cousues par sa grand-mère, ou en babouches même ! Comble de la “mode” freelance ce sont les 3 combinés : pyjama Batman, chaussettes trouées et babouches !

Personnellement, je me lève à 7h tous les matins. J’écoute la matinale de France Inter. Je fais ma revue de presse et réseaux sociaux avec mon café, toujours en pyjama. Je liste les tâches de ma journée sur mon tableau velleda, toujours habillé en pyjama. Je mets de la musique électro (ou Sigur Ros parce que parfois je suis mélancolique et ai besoin d’inspiration) chez moi pour avoir une ambiance de travail qui me convienne. Parfois j’accueille même d’autres freelance à la maison et on organise des pyjamas party ! Pourtant vous aussi vous jouez à Candy Crush, et vous juge-t-on pour cela ? Non, nous sommes tolérants et non-violents. Et oui, à partir de 10h, je me pose sur mon canapé-lit, avec mon Mac Book Air sur mes genoux, une “bombija” de maté à côté (pour rester dynamique toute la journée). J’arrive même à écrire un communiqué de presse, relire un dossier de presse, écrire une stratégie social média et live-tweeter un événement, en pyjama ! Et à la fin de mon contrat … je touche mon chiffre d’affaire (réf : Cyrano de Bergerac), comme tout freelance qui a bien fait son job.

Peut-être que ce journaliste a peur de se faire remplacer par une armée de freelance ! Dort-il en costard (sans cravates) la nuit ? Allez, avec des potes on va créer une ligne de vêtements “freelance”. J’en connais qui sont freelance “machines à coudre” !

Car oui, avec d’autres freelance là, on est “colère” même “trahison”

Références (articles) :

Un article sur les nouveaux espaces de travail (Cercles Les Echos)

Une étude sur le confort de travail au bureau (Blog Mode d’Emploi)

Travailler avant 10h, pas forcément mieux (l’Express)

L’article à l’origine de mon indignation (le Figaro, par Quentin Périnel) partagée avec d’autres freelance, d’ailleurs