This story is unavailable.

Bon billet en passant et qui alimente ma réflexion sur le véritable impact que des plateformes comme Twitter et Facebook ont sur le discours politique, l’engagement civique et la participation électorale. Et pour moi c’est important, dans la mesure où comme stratège Web et gestionnaire de médias sociaux et de communauté depuis plusieurs années maintenant, le Web social c’est mon pain et mon beurre, notamment avec des partis politiques comme la Coalition Avenir Québec.

Mettons donc les choses au clair, une plateforme comme Facebook pour ne nommer que celle-là, à cause de sa taille surtout, n’a jamais été conçue pour susciter l’engagement civique ou même les discussions politiques. Et Twitter, on l’a vu avec la dernière présidentielle américaine dans l’utilisation qu’en faisait démocrates comme républicains, tire sa force surtout dans sa capacité d’influencer l’agenda médiatique, donc ce que couvre ou pas les médias, plutôt que comme plateforme d’engagement politique. Il existe bien des initiatives qui émergent ici et là, parrainée ou pas par les partis politiques, comme par les organisations civiques, mais tout reste à faire, surtout pour rejoindre les personnes qui ne se sentent pas concernées par le débat public. C’est sans compter évidemment la nature passive de la plupart des utilisateurs de médias sociaux qui préfèrent consommer plutôt que contribuer aux discussions. Et là, je ne parle même pas du défi de les activer, d’inciter les utilisateurs à poser un geste, un défi qui reste entier.

Pour ce qui est des trolls, une chose que j’ai appris depuis pas mal d’années maintenant, c’est qu’on est toujours le troll de quelqu’un sur le Web social, de manière accidentelle ou comme sous-produit d’une stratégie délibérée. Et ma courte expérience remonte à Usenet… Donc, comme professionnel, c’est une réalité avec laquelle j’ai dû composer et qu’il faut encadrer. Mais je ne vois pas le jour où elle disparaîtra, car elle fait partie du logiciel politique de la pratique en ligne. Mais je comprends qu’elle puisse agacer les nouveaux utilisateurs, et quelques fois les utilisateurs plus expérimentés.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.