Chine : Marché locatif et évolution des modes de vie

Une voiture, un appart’, sinon rien !” [有车有房], voilà quel était jusqu’alors l’archétype du gendre idéal, des confins de la Mongolie intérieure au delta de la rivière des Perles. Ou tout le moins, le pré-requis pour être un homme respectable en Chine.

Seulement voilà, comme le dit l’adage, il n’est qu’une chose permanente : le changement.

Depuis deux ans déjà, le marché locatif prend son essor dans les grandes métropoles chinoises. L’hebdomadaire Lifeweek [三联生活周刊] y consacrait récemment un dossier spécial, dressant le portrait de ces nouveaux locataires.

Bien sûr, ce phénomène touche d’abord les grandes villes et les post-90 [九零后], et la symbolique de la propriété est encore bien ancrée dans les mentalités. Mais le marché se développe. Et il faudra probablement compter sur les acteurs du home sharing chinois comme Tujia 途家 qui, à l’inverse du modèle Airbnb, possède de l’immobilier en propre.

Les post-90 n’achètent pas d’appart (car ils ne le peuvent pas !)

Le sujet de l’accès au logement et à la propriété nourrit depuis plusieurs années la culture et la création. Vous avez probablement entendu parler de la “tribu des fourmis” [蚁族], jeunes diplômés partageant un appart’ en banlieue en attendant de trouver un boulot stable. Mais connaissez-vous les “maisons escargot” [蜗居], popularisées par une série éponyme devenue le symbole de la bulle immobilière chinoise.

Autre série à signaler : “Naked wedding” [裸婚时代], qui met en scène Tong Jiaqian et Liu Yiwang, dont le couple est mis à l’épreuve lorsqu’arrive l’âge du mariage. Le très célèbre show en ligne Qipashuo [奇葩说] accorde logiquement une large part à ce sujet au sein de ses fameuses joutes oratoires. Extraits :

“房子是一个人的根 能够提醒你有家可归。”

Xiao Xiao : “L’appartement, c’est la base même d’un individu, ça vous permet d’avoir quelque part où vous raccrocher, un port d’attache.

“买房会捆绑住自己,年轻要勇于追求幸福。”

Yan Rujing : “Acheter un appartement, ça vous enchaîne. Un jeune doit oser aller à la rencontre du bonheur.

Qiu Chen : “Louer, ça ne va pas sans problème non plus. C’est à vous de choisir.

“现代幸福观应该逐幸福而居,不要过早把根扎。”

Chen Ming : “La vision moderne du bonheur, c’est justement de le chercher. Il ne faut donc pas s’enfermer prématurément.

“房子代表家,有爱人就一定要有家。如果没有爱人,那就四海为家”

L’appartement symbolise la famille, si l’on aime quelqu’un, on doit avoir une famille. Si l’on n’a pas d’amoureux(se), alors sa maison, sa famille, c’est le monde entier”. (extrait d’une conversation sur le forum ZhiHu 知乎)

A l’expression “avoir une voiture et un appart…” [有车有房], s’est ensuite ajouté “…et les parents sont occupés” [父母双忙]. Dans le modèle familial dominant, les mariés doivent aussi s’occuper de leurs beau-parents, et parfois même les loger. C’est la fameuse piété filiale [孝], pierre angulaire du système confucéen. En trouvant un partenaire qui a une voiture, un appart’, et dont les parents sont “occupés”, on s’assure donc un mariage tranquille, sans trop de contraintes.

Dans la culture ACGN (Animation, Comic, Game, Novel), l’expression a également donné lieu à de multiples détournements. “父母双亡,有妹有房”, que nous n’expliciterons pas ici ;-)

Alors, quoi ? La fameuse formule “une voiture, un appart” ne serait plus de mise ? D’autant plus qu’avec la pollution, les embouteillages, et les géants du partage de vélos que sont OFO ou Mobike, la voiture ne serait bientôt plus mandatory ?

;-)