Pourquoi les banques vont (et doivent) mourir

Un jour j’ai voulu ouvrir un compte bancaire dans le cadre de la création d’une société. Un simple compte bloqué de dépôt pour déposer 38000€. La banque a fait la fine bouche, il a fallu la carte d’identité de chaque actionnaire. Il a fallu passer une heure avec un conseiller pour lui raconter ma vie. Pourquoi ? pour pouvoir créer un compte de société, afin de pouvoir disposer d’un certificat de dépôt des fonds et pouvoir faire immatriculer la société au greffe.

Un jour, à titre personnel, j’ai quitté mon établissement bancaire qui facturait des frais de plus en plus importants, juste pour la tenue du compte. J’ai choisi une banque en ligne. Beaucoup moins chère il est vrai. Mais souvent, quand je me connecte à ma banque en ligne, c’est lent, très lent. Régulièrement même, impossible de m’authentifier, que ce soit avec l’application mobile de la banque, ou via un navigateur web.

Un autre jour, ma compagne, en CDI dans la fonction publique, s’est renseignée auprès de sa banque afin de souscrire un prêt immobilier : elle souhaitait acheter un appartement. La banque l’a reçue, a fait une offre, moins intéressante que celle vantée sur le site Internet de la banque. Ma compagne a néanmoins répondu positivement à l’offre. Sa conseillère lui a dit qu’elle lui enverrait une proposition écrite complète. C’était il y a 6 mois, elle attend toujours !

Plus récemment, dans la même banque, ma compagne a souscrit une offre de prêt à la consommation pour quelques milliers d’euros. La réponse sur Internet fut positive : une offre serait envoyée dans les jours qui venaient. C’était il y a un mois, silence radio depuis.

Un autre jour, j’ai constaté que la banque de ma société, en plus des frais de tenue de compte, prélève régulièrement une “commission de mouvement” qui est un pourcentage des flux de trésorerie qui transitent sur le compte. Négociable ? non, à part le taux dans certains cas.

Vendredi dernier, un virement est parti d’un compte bancaire professionnel, vers un autre compte bancaire professionnel, d’une banque A vers une banque B. Samedi, la banque A était fermée. Lundi, c’était la banque B qui était fermée. Le crédit correspondant au virement a pu être constaté seulement mardi : J+4. Le virement a été facturé plusieurs euros.

Qu’est-ce qu’un virement ? une transaction électronique instantanée, vaguement sécurisée, de coût marginal quasi nul.

Hier, un ami m’a raconté que dans une banque en ligne connue, faire inscrire des titres non cotés sur un PEA est une opération facturée… 500 €.

Conclusion : les banques vont mourir.

Pourquoi ? d’une part, le service offert est mauvais, parfois lamentable. D’autre part, il est totalement inutile. Le système bancaire a réussi à s’imposer comme un tiers de confiance incontournable pendant des décennies, et elle vit grassement en offrant des services qui sont le plus souvent automatisés et leur permettent de réaliser des marges gigantesques, pour un service rendu proche de 0.

Aujourd’hui, commence une révolution : BitCoin, Ethereum, c’est à dire, la technologie du “Blockchain”, permettent de réaliser des transactions financières sécurisées à 100%, de gré à gré, gratuitement, et sans devoir passer par un tiers de confiance. Particuliers et entreprises peuvent dorénavant se régler des biens et des services, vont pouvoir se prêter de l’argent, sans avoir besoin de passer par un établissement bancaire.

Les banques vont mourir, et rapidement, c’est une certitude. Et pas grand monde ne va les regretter.

Like what you read? Give Gwen Lynn a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.