👵 MAMIE N’EST PAS DUPE

8h du mat. Je suis dans un aéroport vietnamien pour prendre l’avion et aller dans le nord du pays.

Je fais la queue pour m’enregistrer sur mon vol, et je m’aperçois qu’une yeuviette me guette (une vietnamienne vieille). Je la regarde. Elle me regarde. Combat de regards. Elle s’égare. Elle me prend pour son petit mais je crois qu’elle a pas captée que j’ai la certif oeil de gare du RER B.

Le combat continue, puis elle me lâche quelque chose qui semble être un prétexte pour me doubler. Je fais mine de ne pas comprendre, mais elle recommence. Et là je discerne clairement qu’elle me dit “Mamie”. Ok, elle n’est plus toute jeune et je pourrais faire le mec cool en la laissant me doubler, mais ce que j’ai oublié de vous dire c’est qu’une armée de mamies l’accompagne. Si je la laisse passer, son gang va me faire perdre 20 mn et je n’aurai plus le temps pour une pause kinder Bueno.

Je réfléchis. Enfin non, je ne réfléchis pas car je lui sort du non sens en lui disant “Papi”. Là, elle se claque une bar de rire mais Mamie n’est pas dupe. Je suis plus jeune qu’elle mais elle est clairement plus souple que moi en négociation.

Mince, cette armée de yeuviettes va me faire une walking dead et je n’ai plus de munitions. Le combat semble perdu, mais tel un épisode de série télé l’inattendu se produit.

Une des hôtesses aux banques d’enregistrements opposées appelle Monsieur et Madame Nguyen. Victoire !!! La moitié de la file se dirige vers elle dont le gang de yeuviettes.

Je suis sauvé (yes). En deux et trois mouvements je profite de ce moment d’égarement pour aller m’enregistrer.

Morale de l’histoire : ne jamais lâcher l’affaire pour un kinder Bueno.

Fin

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.