Que boire en lisant “Pactum Salis” d‘Olivier Bourdeaut ?

Antoine Blanchard
Nov 11, 2018 · 3 min read

Le livre

Après l’Asie et les Etats-Unis précédemment, je vous invite aujourd’hui à la découverte du pays de l’or blanc à travers “Pactum Salis” d’Olivier Bourdeaut. Cap sur La Baule, Batz-sur-Mer, Guérande, et au milieu, les marais salants. C’est l’histoire de deux trentenaires que tout oppose et dont les chemins vont se croiser.

Le premier, Michel, professionnel de l’immobilier en quête d’opportunités toujours plus juteuses, a quitté Nantes pour s’établir à la capitale où ses affaires prospèrent. Prêt à tout pour parvenir à ses fins, il rencontre un succès certain en affaires. Séducteur et flambeur, il mène sa vie grand train et roule fièrement en Porsche.

Le second, Jean, a eu la démarche inverse en ayant fait le choix de quitter le tumulte parisien après être tombé amoureux des marais guérandais pour venir s’y installer en tant que paludier. Ascète introverti, passer plusieurs semaines sans adresser la parole à ses congénères ne l’effraie guère.

Alors que le premier s’offre quelques jours de vacances dans un palace baulois, il va subitement faire irruption un petit matin d’été dans la vie du second après une nuit trop alcoolisée. C’est ainsi que Jean, le paludier, va trouver Michel, endormi sur son travail, échoué sur sa récolte de gros sel.

Leur rencontre se fait quelque peu désirer pour finalement n’intervenir qu’à la moitié du livre environ, cette première moitié du livre servant à brosser dans le détail les portraits des deux protagonistes. Enfin, l’histoire tant attendue peut débuter ! Après cette rencontre matinale, les deux jeunes hommes vont faire connaissance, l’un initiant l’autre au travail du sel et à la contemplation de la faune du marais, le second poussant le premier à développer ses aptitudes de séducteur.

C’est un roman qui offre peu de surprise si ce n’est le final : comment s’achèveront ces quelques jours passés en compagnie l’un de l’autre ?

L’accord livre-boisson suggéré

Cette histoire d’amitié née d’un malentendu débute dans l’acidité. Le piquant, le mordant, tel le contact du sel sur la peau de Michel après une nuit passée sur un tas de sel. Piqué, Jean l’est également, à vif, furieux de découvrir un ivrogne sur le fruit de son travail.

L’histoire continue avec une note d’amertume en toile de fond, les deux protagonistes éprouvant à plusieurs reprises des regrets l’un envers l’autre, conséquence de leur maladresses. Enfin, se profile un final avec une grosse déception à la clé.

A la façon d’un portrait chinois, ces deux notes ou saveurs, l’acide et l’amer, m’orientent vers un cocktail qui offre de plus l’originalité de pouvoir se déguster avec une pointe de fleur de sel : la Margarita.

Pour réaliser vous-même votre Margarita, vous aurez besoin de :

  • 4 cl de triple sec (exemple : Grand Marnier) ;
  • 4 cl de tequila ;
  • 2 cl jus de citron ;
  • un petite quantité de fleur de sel pour glacer votre verre.

Ajoutez les trois premiers ingrédients dans un shaker puis agitez. Versez ensuite votre préparation dans un verre à cocktail contenant de la glace pilée et que vous aurez au préalable glacé à la fleur de sel.

Bonne lecture & bonne dégustation !
Avec modération bien sûr.

“Pactum Salis” & une Margarita
Antoine Blanchard

Written by

Côté face : consultant et facilitateur indépendant (UX designer pour les intimes) / Côté pile (de livres) : amateur de romans, romans graphiques et BD

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade