Conte russe

Vassilissa la très sage et pensive, serrait les miches sur son vaisseau d’infortune:
J’avais le choix entre un père tyran et un prince charmant. La vieille histoire ouais, que c’est lassant!
Un père la sainte vérité et ses châtiments. Justes hein! C’est pour le bien commun.
Et ce chevalier servant, mon cul! Pardonnez ce langage, c’est que sur ce loup aussi gris que mon libre arbitre j’ai l’humeur inconfortable.
Mon cul si précieux, en déséquilibre permanent, parce qu’il faut que ça soit joli, faut que ce soit élégant! “Vous voulez pas qu’on vous prenne pour une putain, princesse?” 
Bien sûr que non, mon cher Ivan, moi je voulais juste être un garçon sans ses ornements.
Gamine vrai garnement, grandie en se diminuant, tiens! En v’là du contre nature!
Attendez que la bête s’arrête j’vais vous en faite voir du happy end! 
À coup de ceinture de chasteté dans la tête!

Illustration pour le conte Ivan Tsarevitch et le loup gris (et sa potiche)

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.