[:fr]L’Accorderie ; une banque de temps sociale[:en]Accorderie : a social time bank[:]

[:fr]

Dans un couple il y a des sujets qu’il faut parfois ne pas aborder, des sujets où les désaccords existants peuvent créer une ambiance houleuse, déclencher des passions. Il y a le sujet classique des beaux-parents, de l’ex, des sujets sur le temps passé au travail, sur le temps consacré à passion, mais pas pour nous. Par contre ne venez pas parler de l’Accorderie, vous vous mettriez dans l’embarras. Bien que… le voyage, le temps, les découvertes ont aussi permis d’accorder nos visions, mais ça reste un sujet important, puisque Audrey y a travaillé 3 ans, on s’est rencontré là-bas, puis quand elle a quitté j’ai eu son poste pendant 2 ans. Heureusement que l’effet jeune couple était présent lorsqu’on parlait du sujet alors !

Qu’est-ce qu’une Accorderie ?

accorderie

Une Accorderie fait partie de ce que l’on appelle un : système d’échange locale (SEL). En étant plus précis, elle est une banque de temps, un réseau d’échange de services ; c’est-à-dire que ses membres vont s’inscrire pour créer ensemble un réseau afin de pouvoir s’échanger des services avec comme monnaie : le temps.

Son fonctionnement est différent du troc, car il faut voir son fonctionnement de manière triangulaire. Prenons l’exemple que vous offriez 2 h de jardinage à votre voisin. Celui-ci n’a pas à vous rendre un service en échange, il doit cependant vous payer 2 h de son compte de temps. Puis avec ce 2 h, vous pouvez soit les utiliser pour prendre un cours d’allemand, ou alors prendre 1h de cuisine avec une autre personne et 1h d’Allemand avec une autre. Un compte dans la banque de temps, c’est comme de l’argent on le dépense comme on veut.

À la différence des monnaies nationales toutefois, la banque de temps permet que la valeur des services ne soit pas basé sur une quelconque valeur abstraite que la société donne aux savoirs, mais au temps humain investi par la personne qui vous rend service. Si vous aidez quelqu’un pendant 1h à monter une table, cela à la même valeur qu’une heure de conseil juridique ou une heure à vous accompagner dans une démarche administrative.

Mais quelle différence entre une Accorderie et une banque de temps ?

Un Accorderie va comporter 2 différences majeur qui vont la différencier d’un SEL ou d’une banque de temps classique ; la première est que l’Accorderie à une mission sociale de : lutte à la pauvreté et contre l’exclusion sociale. Afin de pouvoir mener à bien cette mission, sa deuxième différence fait qu’elle a des employés. Dans les faits, un SEL est la plupart du temps un regroupement de personnes volontaires et autonome à vouloir créer ce genre d’entité, que ce soit par un désir de fonctionner en dehors du système capitalisme ou de vouloir recréer un réseau local. Ils n’auront donc pas de personne tierce pour les gérer, mais le feront par eux, dans leur communauté.

Selon les études, un SEL ne pourra cependant rarement dépasser une cinquantaine de personnes, sinon il implose, son but étant de recréer un réseau, un nombre trop grand de membres fait qu’ils ne se connaîtront pas et n’échangeront pas. Une Accorderie peut dépasser cette barrière grâce au rôle des employés qui appliqueront la mission et qui seront le ciment lui permettant de tenir.

Un peu d’histoire

accorderie
Fête de noël en 2015

Afin de mieux comprendre la mission de l’Accorderie, il est important de savoir la raison de sa création. Au début des années 2000, le centre-ville de Québec n’était pas le quartier gentrifié que nous connaissons maintenant. Saint-Roch est historiquement un quartier ouvrier et il était, est, le lieu où se trouvent beaucoup d’organismes d’aide à la personne. La fondation Saint-Roch organisait un groupe d’achats, c’est-à-dire un groupe ou des citoyens se regroupent afin d’acheter en grosse quantité ensemble afin d’économiser individuellement, cependant, une perte de financement l’empêcha de continuer. Dans le même temps, la Caisse d’économie solidaire Desjardins, membre des caisses populaire, mais avec encore un fond de social contrairement au mouvement, faisait de crédit solidaire, mais se voyait contraint d’arrêter. Or, les deux organismes voulaient continuer d’offrir leur service respectif, en se concertant mutuellement de là est née l’idée de créer un organisme qui y pallierait.

Alors que l’on était encore dans les balbutiements de l’organisme, l’idée du SEL germa petit à petit ; et s’il était possible de s’en servir comme d’un ciment afin de créer du lien entre les personnes. L’Accorderie naissait. Quand on explique son principe, on l’a définie comme le désir de récréer un village à petite échelle, de se faire un réseau de connaissance afin de s’entraider. Il est important de comprendre que ce n’est pas par sa grosseur que l’on peut qualifier le bon fonctionnement d’une Accorderie, mais par le lien tisser entre ses membres.

Lutte à la pauvreté et contre l’exclusion sociale

Quand j’y travaillais, l’Accorderie de Québec avait 26 % de personnes étant nées hors Québec, contrairement au 12 % des statistiques de la ville. Il y a plusieurs manières d’être pauvre, tout comme la richesse monétaire n’indique pas forcément une richesse humaine, la pauvreté monétaire n’est pas forcément un manque de connaissance. La mission de l’Accorderie en fait casse-tête à qui souhaite la penser ou la catégoriser. Est-ce un organisme communautaire ou un regroupement d’activistes ? Les deux. Est-ce que c’est un organisme pour les personnes pauvres ? Non et oui. Est-ce un lieu pour rêver à l’après-capitalisme ? Oui et non.

Riche ou pauvre, l’Accorderie à une mission de mixité sociale, en son sein, le docteur ou le chômeur sont à égalité devant le temps que nous avons. Les gens viennent parce qu’ils se sentent seuls ou aiment le principe qu’elle défend, on y vient parce qu’on a besoin de s’en sortir au delà du système monétaire ou tout simplement parce qu’on ne veut pas y rentrer.

Le rôle de la personne employé est de faire que cette mixité puisse exister et d’épauler une population plus fragile à pouvoir participer à pied égale dans ce système. Ce n’est pas parce que l’on a pas d’argent ou de travail que l’on a pas de talent, cependant cela peut être la cause d’un manque de confiance en soi et il faut alors réapprendre à faire le premier pas.

Accorderie donnerie
Donnerie 2016, un évènement aux valeurs de l’Accorderie

Faire une demande de service pour du gardiennage d’enfants peut être plus compliqué qu’une demande de correction de texte si on ne connaît pas la personne, c’est aussi pour cela que l’on a besoin d’avoir un réseau, une communauté qui se connaît et qui peut se faire confiance. Avoir des activités de groupes et collectives et tout aussi important pour la communauté que pour la richesse des échanges individuels. Dans un Accorderie il y a souvent d’organiser des activités ouvertes à tous afin que les nouveaux et anciens puissent se connaître et se conseiller, c’est un des piliers de son fonctionnement afin que le ciment puissent fonctionner,

Alors que le groupes d’achats et le micro-crédit à la base de sa création en 2002 avaient été pensé renforcer par l’implantation du SEL, c’est lui même qui se retrouve renforcer par le groupe d’achats et la chimie créer entre ses membres. En 2014 le groupe d’achats de l’Accorderie de Québec du stopper à cause d’un manque de fond et d’une réduction de personnel. Un an après c’est un nouveau groupe d’achats qui naquit fruit d’un labeur des membres de façon autonome. Leur travail collaboratif a permis à celui-ci de subsister, mais aussi à créer de nouveau lien et un adhérence à l’organisme par les membres qui s’impliquaient.

Sa force comme sa faiblesse, mais elle grandit.

Née en 2002, l’Accorderie de Québec a été la première et elle a fait de nombreuses poussent depuis. Jusqu’en 2006 elle devait s’occuper de son fonctionnement et d’aider d’autres à se créer, alors cette année-là un réseau se créa avec pour mission d’épauler et d’encadrer les Accorderies afin d’en faire un plus grand réseau. À ce jour il y a maintenant 15 Accorderies au Québec avec une nouvelle née il y a quelques semaines. Depuis 2012, son modèle s’est exporté outre-atlantique et il y a maintenant plus de 20 Accorderies en France, mais il y a en a aussi une en Belgique et au Maroc.

Le modèle s’exporte et il le mérite, mais l’Accorderie a la faiblesse d’être un organisme qui nécessite de l’argent pour fonctionner, ce qui fait sa force sur le SEL en fait aussi sa faiblesse, l’Accorderie ne peut exister par elle-même. Alors oui, on innove et ses membres se l’approprient, on peut par exemple faire des tâches au sein de l’organisme et se faire payer en heures, ce qui permet d’échanger des services avec d’autres, ce n’est pas donc pas du bénévolat. Mais jusqu’à quel point si la mission de l’organisme est d’inclure, peut-on aller dans cette logique ?

L’Accorderie est un organisme qui accueille et aide tout le monde par l’entraide de chacun et cela les aides financières ne le voit pas d’un bon œil, puisque le résultat n’est pas quantifiable par des statistiques faites par un employé de bureau. Le fait de ne pas être un organisme communautaire venant en aide à une population défavorisée spécifique, l’empêche de beaucoup de financements, mais c’est justement cette ouverture qui permet de remplir sa mission.

Comment palier à cette problématique ? Au Québec, 5 d’entre-elles, dont celle de la ville de Québec, se sont transformée en coopérative. Afin d’aller chercher un autre moyen de financement ou de renforcer l’aspect démocratique, cela n’a pas encore fait ses preuves, mais la démarche de subsister se fait sentir, Les membres veulent être présent et jouer un rôle. Comment un organisme citoyen pourrait-il exister si sa mission est de faire naître une chose que la politique se joue à éteindre ?

Social ou autonome ?

J’ai tendance à dire que l’Accorderie est un peu comme une auberge Espagnol, c’est-à-dire qu’on y trouve ce que l’on y apporte. Entre activisme et travail social si vous le cherchez vous le trouverez sûrement, mais n’en faites surtout la raison d’être de l’Accorderie, ce n’est que la vôtre, c’est que l’on a compris dans nos discussions en couple :)

[:en]

In a couple there are topics that sometimes you need to not speak about, topics where existing disagreements can create a stormy atmosphere, trigger passions. There is the classic subject of the parents-in-law, the ex, the subjects about the time spent at work, the time spent a passion, but not for us. On the other hand do not come to speak about the Accorderie, you will be in the embarrassment. Although … the travel, the weather, the discoveries also allowed to give our visions, but it remains an important subject, since Audrey worked there 3 years, we met there, then when she left I had her job for 2 years. Fortunately the effect of being a young couple was present when talking about the subject then!

What is an Accorderie ?

An Accorderie is part of what is called a Local Exchange System (LETS). Being more specific, it is a time bank, a network of exchange of services; that is to say that its members will register to create a network together in order to be able to exchange services with a currency: the time.

Its operation is different from barter because you have to see that it works in a triangular way. Take the example that you offer 2 hours of gardening to your neighbor. This one does not have to give you back a service in exchange, he must however pay you 2 hours of his account of time. Then with this 2 hours, you can either use them to take a German course, or take 1h of cooking with another person and 1h of German with another. An account in the time bank is like money you spent as you want.

Unlike national currencies, however, the time bank allows the value of services not to be based on any abstract value society gives to knowledge, but on the human time invested by the person who serves you. If you help someone for one hour to set up a table, it is worth the same as an hour of legal advice or an hour to accompany you in an administrative process.

What is the difference between an Accorderie and a time bank ?

An Accorderie will have two major differences that will differentiate it from a conventional LET or time bank; the first is that the Accorderie has a social mission of: fight against poverty and against social exclusion. In order to carry out this mission, its second difference is that it has employees. In fact, a LET is mostly a group of volunteers and autonomous willing to create this kind of entity, whether it is a desire to operate outside the capitalism system or want to recreate a local network. They will not have any third party to manage them, but will do it through them, in their community.

According to the studies, a LET will however rarely be able to exceed fifty people, otherwise it implodes, its goal being to recreate a network, a too large number of members makes that they will not know each other and will not exchange. An Accorderie can go beyond this barrier through the role of the employees who will carry out the mission and who will be the cement to hold it.

A bit of history

accorderie
Christmas party in 2015

In order to better understand the mission of the Accorderie, it is important to know the reason for its creation. In the early 2000s, downtown Quebec City was not the gentrified neighborhood we now know. Saint-Roch is historically a working-class district and it was, is, the place where there are many organizations of assistance to the person. The Saint-Roch Foundation organized a group of purchases, meanning that a group of people get together to buy whole quantities and separate it individually to save money, however, a loss of funding prevented it to continue. At the same time, the Caisse Solidaire Desjardins, a member of the caisses populaires (credit union), but still with a social fund, unlike the movement, was a micro-credit supporter, but was forced to stop. However, the two organizations wanted to continue to offer their respective services, in consultation with each other from where was born the idea of ​​creating an organization that would compensate.

While we were still at the beggining of the organism, the idea of the SEL germinated little by little; and thinked it could be use as a cement to create a link between people. The Accorderie was born. When one explains its principle, it has been defined as the desire to recreate a village on a small scale, to build a network of knowledge in order to help one another. It is important to understand that it is not by its size that one can qualify the smooth functioning of a Accorderie, but by the link weave between its members.

Figth against poverty and social exclusion

When I worked there, the Quebec Accorderie had 26% of people born outside Quebec, unlike the 12% of city statistics. There are many ways to be poor, as monetary wealth does not necessarily indicate human wealth, but monetary poverty is not necessarily a lack of knowledge. The mission of the Accorderie is a puzzle for anyone who wants to think or categorize it. Is it a community organization or a group of activists? Both. Is it an organization for poor people? No and yes. Is it a place to dream about post-capitalism? Yes and no.

Rich or poor, the Accorderie has a mission of social mixity, within it, the doctor or the unemployed are equal before the time we have. People come because they feel lonely or like the principle they defend, they come because we need to get out of the monetary system or simply because we do not want to be in the system .

The role of the employee is to make this diversity possible and to support a more fragile population to participate equally in this system. It is not because one has no money or work that one does not have talent, however it can be the cause of a lack of self confidence and one must then relearn to do the first step.

accorderie
“Donnerie” a Free-give-away event, an event with the valor of the Accorderie

Applying for babysitting services can be more complicated than asking for text correction if you do not know the person, which is why you need to have a network, a community that knows and can trust each other. Having group and collective activities are just as important for the community as for the richness of the individual exchanges. In an Accorderie, there is often a need to organize activities open to all so that new and old people can know each other and advise each other. This is one of the pillars of its operation so that the cement can work.

While the purchasing group and the micro-credit at the base of its creation in 2002 had been thought to reinforce by the implementation of the LET, it is now the LET who finds himself reinforced by the purchasing group and the chemistry createad between its members. In 2014 the purchasing group of the Quebec Accorderie ends because of a lack of funds and a reduction of staff. A year later, it’s a new group of purchases that was born out of the work of the members independently. Their collaborative work allowed him to survive, but also to create new links and adherence to the organization by members who were involved.

His strength as her weakness, but it grows up.

Born in 2002, the Quebec Accorderie was the first and has been growing since. Until 2006 it had to take care of its operation and help others to create, so that year a network was created with the mission to support and supervise the Accorderies to make it a real bigger network. Today there are now 15 Accorderies in Quebec with a new born few weeks ago. Since 2012, its model has exported overseas and there are now more than 20 Accorderies in France, but there is also one in Belgium and Morocco.

The model exports and deserves it, but the Accorderie has the weakness of being an organization that requires money to operate, which makes its strength on the SEL also makes it weak, the Accorderie can not to exist by itself. So yes, we innovate and its members appropriate it, we can for example do tasks within the organization and get paid in hours, which allows to exchange services with others, this is not not volunteering. But up to where can do that if the mission of the organization is to include, can we go in this logic?

The Accorderie is an organization that welcomes and helps everyone through the mutual aid of everyone and that the organism that gives fund does not see a good eye, since the result is not quantifiable by statistics made by an office employee. The fact of not being a community organization helping a specific disadvantaged population, prevents it from a lot of funding, but it is precisely this openness that allows to fulfill its mission.

How to overcome this problem? In Quebec, 5 of them, including that of Quebec City, have turned into a cooperative. In order to find another means of financing or to strengthen the democratic aspect, this has not yet been proven, but the process of subsistence is felt, Members want to be present and play a role. How could a citizen organization exist if its mission is to bring about something that politics is about to extinguish?

Social ou autonomous ?

I tend to say that the Accorderie is a bit like a Spanish hostel (french idiom), that is to say, you will find what you bring in. Between activism and social work if you seek it you will surely find it, but do especially the raison d’être of the Accorderie, it is only yours, it is that we understood in our discussions in a relationship with :)

[:]


Originally published at Horizon Transition.