[:fr]Manuel de transition chapitre 7–8; la puissance d’une vision positive[:en]Transition handbook chapter 7–8; the power of a positive vision[:]

[:fr]

Si le modèle des initiatives de transition rencontre un succès chez les moins militants, c’est sûrement pour sa vision positive et concrète. Dans le chapitre 7, Rob Hopkins met de l’avant le fait d’imaginer un futur dans lequel nous voudrions être.

L’exercice est simple, il suffit de se laisser aller. Dans quel monde voudriez vous vivre ? Racontez-le et essayons de voir ce que l’on doit changer pour y arriver. C’est une manière de faire qui peut s’adapter pour beaucoup de projets alternatifs quand on y pense. Un travail collectif afin de penser projet dans sa globalité, comment nous souhaitons y arriver.

Dans le chapitre 8, c’est l’application de cette pensée. À Totnes, là où s’est créé la première initiative de transition, ils avaient créé un journal du futur qui racontait en 2030 comment cela se passait maintenant sans les énergies fossiles et comment ils en étaient arrivés là.

Proposer plutôt que subir

Un jeu est également proposé parmi les outils pour la transition. Initialement conçu par John Croft de la Fondation Gaïa. Ce peut être une excellente activité à faire lors d’une soirée ou au lancement d’un nouveau projet. Idéal pour un groupe de 6 à 8 personnes, si plus penser à faire des sous groupes. Cela permet à chacun d’avoir la parole.

Le jeu commence avec une simple question relative à l’objectif du projet, ex : « Comment pouvons-nous arriver à ne plus produire de déchets ? »

Lors de la première étape, chaque participant donne les idées qu’il a en tête. Faire plusieurs tours si nécessaire. Par la suite, pour la deuxième étape, identifier les différentes tâches qu’il faudra faire pour arriver à la situation voulue. Dans son modèle, John Croft estime qu’il y a 4 stades à un projet : Rêver, planifier, faire et célébrer. Il s’en sert afin de classifier et ordonner les différentes tâches.

Troisième étape : relier en ordre chronologique les différentes étapes de la réalisation du projet. Quatrième étape : rendre cela possible et demander aux différentes personnes de quelles tâches ils veulent s’occuper.

Laisser aller l’intelligence collective

Les processus de construction collective sont souvent plus enrichissants qu’ils n’y paraissent. Il n’y a pas simplement le résultat final qui compte, mais bien la mobilisation que ce genre d’exercice peut créer. En faisant ce travail réflexion avec une communauté ou un large groupe, c’est s’ouvrir à des idées que l’on aurait pas eu, mais également d’avoir un rôle inclusif. Parce que telle personne a participé à la réflexion elle aura envie de participer au projet.

Bien que nécessaire, la position écologiste traditionnel qui alarme semble beaucoup moins attirante. La population réagit moins bien lorsqu’on fait simplement critiquer un fait ou une posture. Cependant, si on vient critiquer tout en proposant une solution et une manière d’y arriver ce peut être beaucoup plus tentant de s’inscrire dans un tel projet.

Écrire un journal du futur peut être une bonne idée pour exprimer le monde tel qu’on voudrait qu’il soit. Ce peut être aussi une manière originale de proposer ses idées en les inscrivant harmonieusement avec le reste d’un système. Ce peut être aussi une manière originale de proposer ses idées en les inscrivant harmonieusement avec le reste d’un système.

[:en]

If the model of transition initiatives is successful among the less militant, it is surely for its positive and concrete vision. In Chapter 7, Rob Hopkins puts forward imagining a future in which we would like to be.

The exercise is simple, just let go. In which world would you like to live? Tell it and try to see what needs to change to make it happen. This is a way of doing that can be applied to many alternative projects when you think about it. A collective work to think about a project globally, how we want to get there.

In chapter 8, it is the application of this thought. In Totnes, where the first transition initiative was created, they had created a newspaper of the future that told in 2030 how they were doing now without fossil fuels and how they got there.

Propose rather than suffer

A game is also offered among the tools for the transition. Originally designed by John Croft from the Gaia Foundation. It can be a great activity to do by itself or when launching a new project. Ideal for a group of 6 to 8 people, if more think about doing subgroups. This allows everyone to speak.

The game begins with a simple question about the purpose of the project, ex: “How can we stop producing waste? “

In the first step, each participant gives the ideas he has in mind. Make several turns if necessary. Then, for the second step, identify the different tasks that will have to be done to arrive at the desired situation. In his model, John Croft believes that there are 4 stages to a project: Dream, plan, do and celebrate. He uses it to classify and order the different tasks.

Third step: to link in chronological order the different stages of the realization of the project. Fourth step: make it possible and ask the different people what tasks they want to take care of.

Let collective intelligence go

Collective construction processes are often more rewarding than they appear. It’s not just the end result that counts, but the mobilization that this kind of exercise can create. In doing this reflection work with a community or a large group, it is opening up to ideas that one would not have had, but also to have an inclusive role. Because such person has participated in the reflection she will want to participate in the project.

Although necessary, the traditional ecologist position that alarm seems much less attractive. The population reacts less well when we simply criticize a fact or a posture. However, if you come to criticize while proposing a solution and a way of getting there it can be much more tempting to enroll in such a project.

Writing a journal of the future can be a good idea to express the world as one would like it to be. It can also be an original way of proposing one’s ideas by integrating them harmoniously with the rest of a system. It can also be an original way of proposing one’s ideas by integrating them harmoniously with the rest of a system.

[:]


Originally published at Horizon Transition.