Quel est votre âge biologique?

Les effets thérapeutiques du jeûne sur le cancer et autres pathologies

Résumé

Dans ce document, nous allons explorer les liens qui existent entre le jeûne, le rajeunissement, et le “nouvel” (encore trop nouveau en France) espoir que cela constitue dans la lutte contre le cancer en général.

“Contrairement à ce que l’instinct nous dicte, jeûner ne fait pas mourrir de faim “ — Valter Longo
Vidéo en anglais — Fasting: Awakening the Rejuvenation from Within | Valter Longo | TEDxEchoPark
Vidéo en français — Extrait de “jeûne et cancer”sur arte

Introduction

Dans la communauté scientifique internationale, certains individus sont venus à s’interroger sur le fait que le jeûne ne semble avoir aucune incidence négative sur la longévité des bouddhistes ni des pratiquants du ramadan.

Par ailleurs, des chercheurs ont démontré qu’un rat de laboratoire qui mangeait N pourcents en moins, vivait N pourcents de plus, jusqu’à atteindre les 40%.

Une hypothèse surgit: “Notre corps active progressivement la force vitale au fur et à mesure que la sensation de faim s’instaure, ce qui produit un effet rajeunissant”.

C’est alors que des travaux sur la découverte de l’existence d’une famille de protéines chez les macaques, les sirtuines (trouvées auparavant la première fois dans la levure) est publiée.

L’évolution alimentaire récente d’homo sapiens

Sur environ 315 mil ans d’évolution, homo sapiens n’est sédentarisé que depuis le Néolithique, soit un maximum de 12 500 ans (cela dépend des régions du globe et des sources). Cela illustre le fait qu’il ne mange à sa faim que depuis 4% de son évolution.

En d’autres termes, le corps d’homo sapiens n’a pas encore eu le temps d’évoluer pour s’habituer à la nouvelle alimentation de 3 à 4 repas par jour (pour les “chanceux” de la planète), surnutrition névrosée des peuples occidentalisés, due aux traumatismes d’après guerre, manifestement restés très présents dans la mémoire collective.

Les gènes de survie

Ces gènes sont la raison pour laquelle notre espèce (et bien d’autres) ne se sont pas éteintes au cours des centaines de millénaires d’évolution. Ce qu’il faut comprendre c’est qu’en mangeant trop, ces gènes n’ont plus de raison de s’activer et restent dormant.

  1. Le gène “épargnant”: sert à combattre la faim. Il est capable de puiser tous les nutriments vitaux alors que peu de nourriture est ingérée
  2. Le gène de “jouvence”: aide à subsister en temps de famine en produisant la protéine sirtuine, assimilée à la réparation de l’ADN.
  3. Le gène “reproducteur”: augmente le taux de natalités
  4. Le gène “immunitaire”: aide à vaincre les infections
  5. Le gène “anti-cancérogène”
  6. Le gène “réparateur”: aide à lutter contre les maladies ou la vieillesse

Les sirtuines

Les sirtuines sont une classe d’enzymes (type de protéine). Elles sont produites par le gène de jouvence, dormant en situation normale, qui fait parti des gènes de survie comme nous venons de le voir.

Ces gènes se déclenchent lorsque le corps est exposé à des conditions extrêmes environnementales telles que le froid glaciale, et la famine généralisée, soit en situation de restriction calorique extrême.

Tel était le cas lors de la dernière ère glaciaire qui a commencée il y a 120 mil ans environ (selon les sources) et homo sapiens a effectivement bien survécu à ces conditions extrêmes, la preuve, nous sommes là; pourtant les conditions favorables du Néolithique sont apparues seulement près de 100 mil ans plus tard.

Par conséquent, le style de vie alimentaire et sédentaire n’est pas responsable de la survie de notre espèce. Nos gènes le sont.

Les effets rajeunissant du jeûne

En simulant un environnement extrême par la restriction calorique, donc en jeûnant, les gènes dormant se réveillent. Un processus se déclenche alors afin d’identifier les cellules biologiquement “vieilles”. Ceci va permettre de donner plus de chance à la “créature” de survivre à l’hostilité de son environnement, et ce pendant plus longtemps.

“Vous pouvez rester sans manger pendant 60 jours“
— Valter Longo

En 1910, Upton Sinclair dévoile plus de 250 cas de patients souffrants de différentes pathologies ayant été guéries grâce au jeûne. Se livre s’intitule “The Fasting Cure” (La cure par le jeûne).

Le lecteur est invité à consulter le billet “Chronologie de la “découverte” du jeûne thérapeutiquepour accéder aux références qui ont permis la rédaction de ce document.

La division cellulaire

Le facteur de vieillissement qui intéresse ici est la division cellulaire. Après chaque division, 1 million par seconde, les télomères (voir ci-dessous) se raccourcissent. Une fois que les télomères sont complètement usés, alors les chromosomes sont définitivement abîmés et les cellules se meurent.

Les télomères, témoins de l’âge biologique

Les télomères sont les extrémités des chromosomes comme le montre le diagramme suivant.

Calcul de l’âge biologique d’une personne en fonction de la taille des télomères

Il est possible aujourd’hui de réaliser un test qui consiste à mesurer leur longueur afin de déterminer l’âge biologique d’une personne.

La science des cellules qui ne vieillissent jamais

https://www.ted.com/talks/elizabeth_blackburn_the_science_of_cells_that_never_get_old

La division des cellules cancéreuses

Lorsque les cellules sont cancéreuses, la division de celles-ci s’effectue beaucoup plus fréquemment que la division de cellules en “bonne santé”. Ceci a pour effet de faire avancer très rapidement l’âge biologique d’une personne. Le cancer est donc en réalité le processus d’un vieillissement accéléré.

Conclusion

Il est certain que le jeûne thérapeutique doit accompagner les traitements conventionnels, notamment la chimiothérapie car il apaise les effets dévastateurs de ces traitement lourds grâce à la réparation des cellules. Ceci évite un certain nombre de cycles de divisions et permet alors d’augmenter la longévité de ces dernières.

  • Le jeûne active la régénération cellulaire
  • La régénération cellulaire économise des cycles de division cellulaire
  • L’économie de ces cycles augmente la longévité des cellules

A l’étranger, non seulement cela est assimilé, mais déjà bien plus mis en pratique qu’en France.

Alors, à quand le jeûne ?

References

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.