Le Décodex, une insulte à notre intelligence.

Depuis le fameux 11 septembre un nouvel adjectif est apparu dans la langue française: “complotiste”. Ce terme est né pour qualifier et disqualifier toute personne qui oserait remettre en question la version officielle de cet événement.

La première question qui nous viendrait à l’esprit dans de telles circonstances serait de savoir pourquoi les médias refusent un quelconque débat ouvert et objectif sur ce sujet qui marqua un tournant fatidique sur la scène internationale (mais ce serait s’éloigner du sujet)?

Il s’ensuivit notamment la destruction du Moyen-Orient par le bloc occidental atlantiste en contradiction avec le Droit international dont ils se portent eux-mêmes garants.

Pour fuir ces guerres illégales, les populations se sont vu dans l’obligation de quitter leur pays et leurs familles au risque de leur vie. Face à une immigration sans précédent les populations européennes sont dans le désarroi, un terrain propice au développement du racisme et de l’intolérance dont nous sommes tous témoins.

Alors je vous le demande, qui tire profit de ce grand désordre?

Pour en revenir au thème initial, le Décodex, pourquoi avoir parlé du complotisme? Tout simplement parce que le complotisme est au coeur du Décodex. Qu’est-ce qu’une fake news si ce n’est un article taxé de complotisme?

À l’heure où tout le monde s’accorde à “penser” que la CIA, à titre d’exemple, a effectivement mis sous écoute les chefs du gouvernement allemand et français, entre autres, sans que personne de réagisse, pas même les personnes concernées, le fait de le mentionner ouvertement nous donne droit à une étiquette de complotiste. Ce qui revient à admettre que toute personne qui questionnerait les dérives de la classe dirigeante de l’axe atlantiste serait disqualifiée.

Ne sont-ce pas-là les traits d’un régime fasciste (ou communiste, au choix)?

Et le Décodex, ce “décodeur de fake news”, l’Index Librorum Prohibitorum de l’inquisition des temps modernes, ne serait-il pas l’outil médiatique idéal pour nous faire taire et nous obstruer la vue?

En admettant que leur intention soit réellement de nous protéger d’informations pernicieuses qui nous empêcherait de discerner le vrai du faux, notre intelligence n’est elle pas suffisante à cet effet?

H.R.