Les “Beatnicks” du monde du travail

Cela fait maintenant 6 mois que mon associée Perrine Corvaisier et moi nous sommes lancées dans l’aventure Human Learning eXpedition, qui n’avait bien sûr qu’un nom de code à ses débuts.

En ces temps de pause estivale caniculaire, je ressens l’envie de revenir sur cette période à la fois euphorisante et structurante qui a vu émerger la formulation d’une conviction qui nous unit, Perrine et moi (« Soft is the new Strong ! », comprenez: ce sont les Soft Skills, ou compétences comportementales, qui permettent aux individus comme aux organisations de réussir), une marque (Human Learning eXpedition ou HLX), une offre de services (des programmes de développement des Soft Skills dans le contexte professionnel à destination des individus ou des organisations), et une empreinte (notre approche est résolument positive, holistique, expérientielle, innovante et évolutive).

Je me dois d’évoquer aussi les prémices de notre podcast, le secret le moins bien gardé de la place, qui verra le jour dans le courant de l’été, promis.

Enfin, j’ai appris pendant cette première moitié d’année ce qu’est une association fructueuse, j’ai découvert la joie d’avancer à deux dans son projet professionnel, l’audace que l’on se découvre en duo, et toutes les ressources que m’apporte cette « sororité professionnelle » que j’ai la chance d’avoir trouvée avec Perrine.

Nous avons connu mon associée et moi des parcours similaires en entreprise, nous sommes tombées dans le Digital au début de notre carrière il y a maintenant 20 ans, et nous avons porté parfois à bout de bras des transformations digitales dans des organisations traditionnelles, provoquant la surprise, l’inconfort, la jalousie, l’incompréhension, mais surtout, in fine, de superbes opportunités de business et de nouvelles façons de faire les choses.

Ce qu’est et fait HLX tient aujourd’hui en quelques lignes, mais c’est bien sûr le fruit d’innombrables itérations, et je vous passe ces fausses bonnes idées qui se sont révélées être des impasses et que nous avons bien rangées dans un tiroir, avec l’intention plus ou moins avouée de les ressortir un jour, peut-être.

Au cours de ces 6 mois, nous avons rencontré des dizaines de personnes, de notre cercle ou hors de notre cercle, nous avons mené chacun de nos programmes au moins une fois sur des populations parfois cobayes (je renouvelle l’expression de ma gratitude envers Pauline, Audrey, Héloïse, Cécile, Isabeau, André, Alban et François) ; nous avons éveillé aux Soft Skills des salariés, des auto-entrepreneurs, des présidents d’associations, des dirigeants de PME ou de TPE, des personnes en transition, des étudiants, des équipes entières à la recherche d’un fonctionnement plus harmonieux…

Nous avons reçu et continuons à recevoir des verbatims de participants à notre programme qui nous donnent des ailes (on nous a récemment relaté des retours « dithyrambiques » à l’issue de l’un de nos ateliers de découverte des Soft Skills). Nous avons par ailleurs entendu ou lu des pépites que nous notons précieusement dans notre « hall of fame » et que je relis au moins une fois par semaine pour me faire du bien (car ça marche) : « C’est génial ce que vous faites ! », « Vous arrivez pile au bon moment. », « J’adore votre projet ; où est-ce que vous avez appris à faire tout ça ? ».

Nous avons aussi inspiré une surprenante colère chez un acteur de la formation/conseil/coaching auquel j’expliquais nos intentions. Après réflexion, je me dis que si on dérange certains, c’est qu’on est sur la bonne voie…

Et puis on a essayé de nous mettre dans des cases aussi : « Ce que vous faites, c’est de la formation ou c’est du coaching ? » qui ne manque pas de me faire penser au « ça dépend, ça dépasse » du Père Noël est une Ordure (j’assume mes références culturelles, je vous le dis tout de suite).

Mais la réflexion qui m’a le plus amenée à réfléchir, c’est celle que nous avons entendue tout récemment : « N’avez-vous pas peur de passer pour des Beatnicks en entreprise ? », nous a-t-on dit. Cela nous a d’abord fait beaucoup sourire, et Perrine a eu ensuite cette géniale répartie : « Vous savez, il y a 20 ans, on passait déjà pour des Beatnicks en entreprise en criant partout que le Digital allait tout changer… »

Aujourd’hui, nous sommes convaincues que le développement des Soft Skills est la « New Frontier » du monde du travail ; que connaître et faire grandir ses compétences fondamentales et celles de ses co-équipiers est LE moyen de faire la différence dans une vie professionnelle tant au niveau individuel que collectif ; que les émotions ne doivent plus être un sujet tabou dans les organisations ; qu’il faut oser sortir des cases pour arriver à faire tout ça… Les retours d’expérience de nos premiers programmes nous ont montré que notre approche innovante des Soft Skills fonctionnait, parfois au-delà de nos espérances ; et ça, cela suffit à nous convaincre de continuer à suivre nos intuitions.

Si « être Beatnick », c’est être anticonformiste, alors, oui, traitez-moi de « Beatnick ». Pour une ex-première de la classe qui se soigne, c’est un signe supplémentaire que je suis sur la voie de la guérison.

Amélie Dagues

Co-fondatrice, Human Learning eXpedition