Les influenceurs oubliés

#ADiComDays2017 ! Nous avons tous vu ce mot-clé passé dans nos fils d’actualité sur twitter au moins une fois durant la 1ère édition des Africa Digital Communication Days qui s’est tenue à Paris du 02 au 03 Mars 2017 avec la présence des ‘influenceurs’ de la cité de Kama.

Le rapport entre le nom et le lieu ou s’est tenu l’évènement vous a sans doute fait tiquer. Ne vous sentez pas gênés. Ce fut comme pour beaucoup d’autres personnes mon cas également. Mais là n’est pas la raison qui m’a poussé à ce billet.

En fait, certaines personnes populaires dans leur communauté ont jugé injuste de n’avoir pas été conviés à ce grand évènement du numérique. Des théories de favoritisme ou du complot à la Shakespeare ont été très vite étalées sur les réseaux sociaux tels que Twitter et Facebook par ces ‘influenceurs oubliés’, spécialement en Afrique subsaharéenne. J’ai bien envie de glisser très subtilement que la plaie réside chez nous les francophones, mais ce serait lancer un débat pour lequel je ne me sens pas du tout prêt.

Cachés derrière un faux sarcasme ou un humour 2.0 qui laisse à désirer, certains de ces ‘influenceurs oubliés’ n’ont pas hésité dans leurs publications à se moquer de ceux qui étaient conviés aux #ADiComDays2017, voire s’en prendre à leurs propres compatriotes qui y étaient pendant que sous d’autres cieux ç’aurait été une fierté que leur pays soit représenté par l’un de leurs valeureux acteurs du numérique. Pour faire court, il y avait de l’aigreur en l’air.

Et c’est ce malencontreux constat qui m’a poussé à rédiger ce billet, pour lâcher ce que j’attends personnellement d’un influenceur.

Avant de prétendre être un influenceur, la moindre des choses serait d’être une personne crédible mais surtout de pouvoir se présenter comme telle. Nous faisons tous face d’une certaine manière à ce défi au quotidien : bâtir notre crédibilité auprès de nos clients, afin qu’ils puissent croire en nous; auprès de notre employeur, afin qu’il nous considère comme un haut potentiel dans son entreprise; auprès des membres de nos associations, afin qu’ils accordent de l’importance à nos points de vue; auprès de nos amis, afin de leur faire partager nos idées.

Nul ne peut être influencé s’il n’a du respect pour vous.

Ce n’est pas le paraître qui vous garantit le respect. Nous ne vous respecterons pas tout simplement parce que vous nous avez dressé une liste de vos titres honorifiques. Personnellement, vous pouvez me dire que vous êtes diplômé de la Harvard Business School, aviez travaillé durant vos dix dernières années pour l’autonomisation des femmes ou contre le chômage des jeunes etc., si vous avez un comportement exécrable dans votre communauté ou que je pense que vous êtes un filou, cela ne changera rien du tout. Le respect se mérite, il est surtout mutuel.

Avoir une facilité à malmener, rudoyer ou intimider sur les réseaux sociaux avec une masse de groupies à votre queue ne fait pas de vous un influenceur. Quand vous êtes aussi trop mous, peu importe l’importance de votre audience sur les réseaux sociaux, vous ne nous influencez pas.

Pour cependant ne pas paraître comme ceux là qui critiquent sans rien proposer de concret, je trouve qu’on peut déjà partir des points ci-après pour mieux nous entendre prochainement.

S’effacer / Ne pas défendre ses idées.

Être humble est une chose, s’effacer en est une autre. Être calme est une chose, manquer de poigne en est toute autre. Restez trop effacé ne renforce en rien du tout votre crédibilité, ni inspirer du respect. Personne n’a envie d’être un figurant alors il est très peu probable d’arriver à influencer qui que ce soit.

Discréditer vos propres idées ou accepter qu’elles soient rejetées au second rang sans même essayer de les défendre est un manque de confiance et cela ne va pas du tout dans le sens de la crédibilité. Quand on vous donne par exemple la parole pour apporter une solution, commencer par exemple par «cela ne marchera peut-être pas, mais nous pourrions …» est une chose à éviter. A bien y réfléchir, si le but est de rester humble ou non-dogmatique, un «que diriez-vous si nous essayons …» ferait bien l’affaire.

Quand on dit cornu, il dit fourchu!

J’ai dit plus haut que le respect est mutuel. Cette mutualité s’exprime aussi par le fait de savoir donner du crédit aux autres quand ils le méritent même si cela ne vous arrange pas. Avoir l’esprit de contradiction, ne jamais donner raison aux autres, toujours trouver votre avis meilleur, n’est définitivement ni constructif, ni respectueux.

Faire tout tourner autour de votre personne.

Si vous êtes l’un de ceux-là qui croient qu’en tournant une conversation autour de leur personne, on les trouvera importants et dignes de respect, vous êtes définitivement à côté de la plaque car c’est FAUX. Si la meilleure réponse que vous ayez à servir aux propos des autres est du genre « Oui, c’est tout comme quand je … », vous ne construisez pas votre crédibilité. En fait, à force de vouloir tout le temps vous faire passer pour une personne meilleure aux autres, les gens ne verront en vous qu’un pauvre narcissique de plus dans leur communauté.

Je m’en voudrais de m’arrêter ici sans vous parler de quelqu’un de particulièrement dangereux qui à lui seul correspond à plusieurs des profils ci-dessus.

Le faux citoyen modèle populaire.

Vous en avez déjà rencontré je parie. Cette personne sans qui votre communauté ne se développera jamais, cette personne qui dénonce h24 la mentalité et le système du pays sans avoir elle-même laissé de traces tangibles des preuves qu’elle a faites. Il sait poser les problèmes d’une manière si accusatrice qu’il est difficile de distinguer les vrais problèmes de ses griefs personnels. Grincheux de nature, il trouve toujours à (re)dire sur tout et sent le besoin d’avoir toujours raison. Doté d’une malice et d’une sournoiserie qui ne courent pas les rues, il fera des insinuations, des remarques sous cape et des taquineries pour ébranler les autres. Le contredire, il faut l’éviter. Il a cette facilité à être hautain si vous osez le contredire, on dirait un soupe-au-lait.

Il est claire qu’avec un caractère aussi fâcheux, peu importe votre popularité vous aurez du mal à nous influencer nous autres simples citoyens.

Il n’est pas toujours facile de se contrôler, je le sais. Mais qui vous a dit qu’être un influenceur était une chose facile ?

Si vous pensez que cet article est à votre encontre, vous avez probablement raison. #AmNotAFriendOfYours !

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Momboladji BALOGOUN’s story.