“L’école conventionnelle”, garante exclusive de l’humanisation et de l’instruction?
Abdul Lee
92

“ La langue ne devrait, à mon avis, aucunement constituer le seul critère de pertinence, d’intelligence ou d’intellectualité. Elle n’est qu’un moyen de partage et de vulgarisation du savoir qui, lui, n’est la propriété d’aucun peuple, d’aucune culture mais surtout d’aucune langue.”

La langue n’est qu’un outil de communication et en tant que tel ne peut, en aucun cas, constituer un critère essentiel, une condition sine qua non pour distinguer la pertinence de deux idées ou l’intelligence et l’intellectualité de deux personnes.

L’intellect, tant qu’il est défini en référence avec la faculté de l’esprit, n’est l’apanage d’aucune culture, d’aucune nation, d’aucune langue…

Personnellement, le mot “intellect” me renvoie en arabe au mot “Fourkhane” qui signifie discernement et en ce sens je définis l’intellectuel comme celui qui a la capacité de discernement, qui sait mettre en avant son esprit en toute circonstance. Et à ce que je sache, on ne nous apprend guère à être intelligent à l’école. Je peux comprendre que l’école “française” participe à affûter notre intellect, mais de là à penser que tous ceux qui ne sont pas issus de cette dite école ne pourraient être considérés comme “intellectuels”, ne serait que sentence subreptice.

Bref, je pense surtout que la confusion, si confusion est, ne provient que d’une erreur sémantique, d’un mauvais sens qu’on donne au mot “intellectuel”. L’usage populaire, en mon sens, définit ce terme comme les produits de l’école française, godiches et avertis compris. Le cas échéant, pas de quoi foutter un chat.

PS : je salue ton courage !