Bonjour Marucs.
Naofal Ali
31

Bonjour Naofal Ali,

Merci pour cette importante contribution.

Il est vrai que la question de l’accès à Internet et aux terminaux de connexion est incontournable lorsqu’on veut parler des start-up d’Afrique francophone, mais de nombreux efforts sont en train d’être fait dans ce sens dans certains pays d’Afrique. Je peux citer le Sénégal, que je connais mieux pour y être installé.

Bien que la qualité de la connexion laisse parfois à désirer, et que le coût, par rapport à d’autres pays, demeure élevé, les populations, celles du moins détentrices de Smartphones, tablettes et/ou ordinateurs, trouvent le moyen d’être connectées. Il n’y a qu’à voir leurs activités sur Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat, Youtube, Seneweb, pour ne citer que ceux-là, pour s’en convaincre.
 
De l’autre côté, les startuppers du Sénégal peuvent se targuer d’avoir une connexion leur permettant, sinon de gérer leur business online, du moins de les y lancer. Bien entendu, la taille du marché demeure réduite si on ne se focalise que sur celui local, car une grande partie n’a pas encore accès à Internet, ce qui est un problème, et la raison de la pertinence de ta contribution; mais j’ai foi que les choses changeront pour le meilleur.

De plus en plus de gens disposent aujourd’hui de Smartphones. Les marques telles que Tecno, Huawei, Samsung, pour ne citer que celles-là, démocratisent l’accès à ces terminaux de connexion. Il ne faudrait pas oublier VMK, du Congo, qui fait aussi un travail dans ce sens. J’ai même entendu dire qu’il y avait une nouvelle marque de mobile venant de la Côte d’Ivoire. C’est dire que les gens sont conscients de ce problème et essayent de le résoudre.

Concernant la connectivité, des combats sont en train d’être menés afin qu’Internet soit accessible à davantage de gens. Les structures en charge de le faire sont constamment interpellées à ce sujet. J’ai d’ailleurs écrit un billet, celui sur le FABY, où ce sujet est revenu. Outre cela, des entrepreneurs, tels que Bacely Yorobi de SocialSpot, veulent également apporter une solution à ce problème. Cela pour dire que ces deux cas dont tu parles ne sont pas ignorés, et que le travail est en cours. Nous espérons voir des améliorations dans les temps à venir.

PS: Je me ferai une joie de lire tes billets et voir ce que tu proposes.

Ibuka.

Like what you read? Give Ibuka Ndjoli a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.