Pas avant le deuxième tour
Nicolas Grégoire
53568

Merci pour l’opiniâtreté et le courage. Et je sais qu’il en faut pour tenir bon à un déni généralisé. 
Dans les moments d’incrédulité face à l’indécence, je me réconforte en me disant que même si nous ne sommes pas nombreux, nous nous tenons bien meilleure compagnie que toutes ces tristes personnes. 
Il est important de continuer à témoigner de ce genre d’histoires : peut-être que c’est grâce à elle qu’un jour un autre lanceur d’alerte prendra courage !