Prêt à relever vos challenges de la rentrée ?

C’est la rentrée. Y compris pour les challengers que nous sommes, ce moment est souvent source de stress. Dans cet article je vais vous partager 7 clés que j’utilise pour gérer mon stress. Mais, avant je vais définir cette notion et porter la lecture sur l’estime de soi du challenger.

Une vie sans stress n’est pas possible. Alors, quand vient le temps de reprendre le travail, les transports, les activités annexes, être au taquet toute la journée est très éprouvant.

La rentrée donne aussi le coup d’envoi de relever un nouveau défi. Or, si l’on stresse trop cela peut être bloquant et freiner notre croissance.

Tout est prêt pour lancer mon blog de développement personnel. Mais, plus le jour J approche plus je repousse l’écriture des articles. Voilà que je stresse. De sorte que je stagne et mon blog aussi. Je décide alors de faire une pause et un arrêt sur image.

Le stress est souvent associé à une réaction négative de notre organisme face à une situation nouvelle potentiellement agressive physiquement ou psychologiquement, réelle ou imaginaire. Or, il est une réaction naturelle et nécessaire pour s’adapter à un changement négatif ou positif.

Il est donc humain de stresser quand on challenge car tout ce qui est nouveau est source de stress. Il est un signe que l’on se prépare à donner le meilleur de soi en cas de combat ou d’exposition à la menace.

Le problème c’est que nous stressons pour tout et n’importe quoi. Même quand il n’y a pas lieu de s’inquiéter, ou de risques à prendre.

N’ayant pas de visibilité du futur, on projette dans notre tête. Et, ce n’est pas le meilleur scénario que l’on imagine. Nous tendons plutôt à nous faire un film du pire dans lequel nous occupons le rôle du vaincu. Nous nous voyons échouer et finissons par croire dans les mauvaises pensées.

Notre confiance en nous-même diminue alors considérablement. Pris au piège de l’angoisse, le sentiment d’être au bout de sa vie nous envahit alors. Tout cela par ce que dans l’instant présent, l’on supporte difficilement de ne pas contrôler la situation à venir.

Certains d’entre-nous, vont alors renforcer leurs conduites addictives, d’autres vont se replier sur eux-mêmes, avoir du mal à se lever le matin et arriver en retard au travail.

Dans ce cas, il nous faut vite dépasser ce stress. Car, il risque de s’installer. Et, au lieu de vivre l’éventualité d’une fin heureuse, il peut nous ralentir dans la progression de notre challenge.

Quand vient le temps du challenge pour le challenger, il ne le consacre plus à la préparation mentale, physique et durable, ni même à l’hésitation de changer mais au développement de lui-même par des actions concrètes. Il ose se lancer.

Or, sans le stress, le challenger ne pourrait pas le faire. Car, c’est seulement en forgeant qu’on devient forgeron. Et, le chemin qu’il doit traverser, qu’il soit en perpétuelle évolution hostile, ou bienséante ne se dévoile à ses yeux qu’en pratique. De sorte qu’il utilise le stress à son avantage.

Alors qui est le challenger ? Comment gère-t-il son stress ?

Il ne naît pas challenger, il le devient. « To challenge » en anglais signifie « inviter au combat ». Le challenger est une personne qui est faite pour relever le défi qui se présente à lui qu’il a le choix d’accepter ou pas.

Il est naturellement équipé pour défier son adversaire. Il est combatif, compétent, charismatique. Il influence plus qu’il n’est influençable. Il fixe des objectifs atteignables, à court terme pour aller jusqu’au bout de son but.

Il n’est pas facile de rester dans sa zone de confort pour le challenger. Car, il n’est pas fait pour reculer mais pour avancer dans la vie. Il a retenu que ce qu’il est appelé à bâtir dans la vie, rajoute de la valeur à qui il est.

Il lui arrive d’avoir des montées d’adrénaline et de se sentir en insécurité. Pour autant, il ne se laisse pas abattre. Il persévère en se montrant courageux. Il n’a pas peur d’avoir peur. Il est prêt à prendre des risques. Il est plus important pour lui de « Faire » que d’« Être ».

Alors, il trouve et dispose de procédés pour avoir du succès. Un empereur célèbre disait « l’art d’être tantôt très audacieux, et tantôt très prudent est l’art de réussir ». En fait, le challenger entreprend ce qu’il a minutieusement imaginé dans sa tête. De sorte, qu’en route il transforme les obstacles qui se présentent à lui en opportunité de s’améliorer.

S’il sait bien que le résultat de réussite ou d’échec de son challenge ne lui appartient pas, il est capable d’assurer la part qu’il a à faire chaque instant pour y arriver. Il a la rage de vaincre, car il croit qu’il peut gagner.

Mais, encore faut-il utiliser 7 Clés pour gérer son stress

1-Lâchez prise pour se libérer des amarres du stress. Le challenger dédramatise en faisant le vide dans sa tête. Il accepte de faire ce qu’il peut avec ce qu’il a ici et maintenant. Il se déleste ainsi de ses résistances internes tels que les doutes et la peur de l’inconnu.

2-Acceptez d’éprouver de douter des circonstances et de lui-même. Le challenger ne repousse pas ce sentiment même si ce n’est pas agréable. Il assume le fait de ne pas avoir de certitude. Il reste concentrer sur l’essentiel en procédant par étape. Il peut ainsi se tenir vigilant.

3-Confrontez la peur de l’échec. Le challenger sait bien que la peur n’écarte pas le danger et qu’il peut faire des erreurs mais il a appris à en tirer parti. Il ne les voit pas comme une défaillance personnelle, mais comme une possibilité d’apprendre. Ainsi, il se raisonne en faisant confiance à son discernement, son expérience, et dans les moyens qui lui ont permis d’obtenir dans le passé des victoires.

4-Croyez en vous. Le challenger se connaît bien. Il peut alors évaluer ses fragilités, ses forces et travailler son esprit de conquête. Au lieu de croire dans la pensée décourageante « je suis mauvais », il choisit de croire dans la pensée motivante « je suis capable ».

5-Croyez dans votre projet. Avant de se lancer, le challenger conçoit une stratégie. Il élabore un plan et visualise sa route dans les moindres détails. Il met tous ses talents au service de sa réussite. De sorte que lorsque « c’est trop dur », il croit qu’il n’a plus qu’à fournir les efforts nécessaires.

6-Soyez intentionnel. Le challenger dégage du temps afin de façonner aujourd’hui l’entreprise qui verra le jour demain. Pour cela, il pose des actions quotidiennes.

7-Reposez-vous. Le challenger s’impose un moment de détente indispensable dans sa course au succès pour rester en forme, créatif, et constant. Une fois par semaine, il prend soin de son capital énergétique, intellectuel et relationnel.

Ainsi, il évite le stress qui abîme sa réserve de santé et peut se tenir prêt à relever chaque challenge.

Psychologue Psychothérapeute, je vous partage des clés essentielles à la connaissance de soi et pratiques pour votre développement personnel.

Psychologue Psychothérapeute, je vous partage des clés essentielles à la connaissance de soi et pratiques pour votre développement personnel.