#FlashTweetEdu, la naissance d’un média scolaire dans les pas de #FlashTweet

Pour que les élèves apprennent à collaborer, à s’informer et informer tout en développant leur #EspritCritique.

FlashTweetEdu est né, en mars 2016, d’une rencontre sur Twitter entre une professeure documentaliste, Nadia Lépinoux-Chambaud et d’une journaliste Emmanuelle Leneuf qui a créé, en mars 2015, un journal live sur Twitter, avec les 10 infos clés sur l’innovation et la transformation digitale #FlashTweet.

Bannière utilisée par les élèves sur Twitter pour #FlashTweetEdu 2017

Pourquoi FlashTweet ?

Avant le lancement du projet, j’avais différents objectifs pédagogiques. Le premier était de préparer des élèves de 3ème au passage en lycée, en leur permettant d’acquérir plus d’autonomie et de développer leur esprit critique. Il faut rappeler ici que la première année de lancement du FlashTweetEdu était aussi ma première année au Collège de Montrésor. Je ne voulais donc pas laisser partir des élèves de 3ème au lycée sans formation. Il fallait envisager de former les élèves à la recherche documentaire, à la veille informationnelle, apprendre à collaborer dans un travail d’équipe et en ligne, utiliser des outils numériques, connaître les médias, parler de présence numérique, de réseaux sociaux et apprendre à publier, autant de priorités pédagogiques à proposer à mes collègues disciplinaires dans un temps court pour ne pas perturber les programmes en vue du DNB notamment.

Utilisatrice de Twitter, voire même addicte, je croise FlashTweet sur les chemins de ma veille. Le modèle média live en 10 tweets colle en tout point à mes besoins pédagogiques. En janvier 2016, je contacte en “DM” Emmanuelle Leneuf pour lui expliquer mon projet et avoir son accord pour utiliser/copier FlashhTweet en classe.

FlashTweet est construit comme un journal, un média en 1400 caractères. FlashTweetEdu, c’est donc à la fois, une nouvelle écriture journalistique avec ici, un concept innovant d’information médiatique, une ligne éditoriale précise avec une information sérieuse qui ne se prend pas au sérieux et enfin un point d’entrée, ici pédagogique, pour des twittos apprentis, ici des élèves. Le projet se construit et tous les objectifs visés trouvent leur place au sein d’un travail d’équipe, à l’image d’une véritable rédaction : éditer et hiérarchiser de l’information qu’il ne faut pas rater, trouver une information qualifiée, triée et ciblée (= antidote à l’infobésité et rempart contre les fake news) et diffuser de l’information. Les élèves, portés par FlashTweet, vont devoir créer du contenu intéressant, de qualité, aller à la rencontre de leurs lecteurs et affronter la pression de la diffusion en temps réel sur les réseaux sociaux. Selon Emmanuelle Leneuf, Twitter est une mine d’information mais on peut rater l’information si on n’est pas devant sa TL” (= timeline). Sources : lemeunierquidort.com #FlashTweet : le mini-uber de la presse ?

Depuis 2 ans, en classe de 3ème au Collège de Montrésor, nous faisons vivre le média scolaire @MédiaMontrésor à travers ce projet de publication d’un flash info sur Twitter. Cette année, @RacanMédia du Collège de Neuvy-le-Roi, nous a rejoint dans l’aventure avec leur professeur documentaliste Roselyne Berthon.

Cette expérience de publication, en temps réel et en ligne, est une véritable plus-value pour stimuler les apprentissages à la fois par l’immédiateté, imposée avec Twitter et par la visibilité offerte avec FlashTweet, accompagné de toute sa communauté de followers, et enfin pour susciter la motivation des élèves par l’engagement d’un groupe en mode collaboratif.

Tweet de @nicolaslatour 2 mai 2017

Comment construire un FlashTweetEdu ?

Ce projet transversal (Voir le poster présenté à la Conférence nationale “Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information à Lyon en janvier 2017) est introduit par un apport de notions autour des médias, des réseaux sociaux et de la présence numérique (Voir la fiche descriptive de l’activité pédagogique sur le site de la documentation de l’Académie d’Orléans-Tours).

Rencontre avec Emmanuelle Leneuf en avril 2017 — CDI du Collège de Montrésor

Le professeur documentaliste, accompagné du professeur de lettres, abordent l’écriture numérique à contraintes, à travers la diffusion de l’information et l’utilisation du réseau social Twitter et présentent le modèle de journal en ligne proposé par FlashTweet.

En 2017, les élèves rencontrent Emmanuelle Leneuf au Collège de Montrésor. Elle leur parle de son parcours, de FlashTweet et du métier de journaliste. Le projet devient pour les élèves de plus en plus concret.

C’est quoi une ligne éditoriale ? Rencontre avec Emmanuelle Leneuf en avril 2017 — Collège de Montrésor
Utilisation des outils numériques Padlet et Dotstorming pour collaborer en ligne

Entre temps, les élèves sont sensibilisés aux actualités scientifiques avec leur professeur de physique-chimie et initier à la curation avec le professeur documentaliste (sélectionner sur le web et ailleurs, éditer sur un mur collaboratif en ligne et partager des contenus dans le cadre de l’équipe formée par chaque classe).

Les élèves sont lancés et se préparent en participant à cette veille collaborative pour la publication d’un FlashTweetEdu par classe.

Flyers FlashTweetEdu pour le Collège de Montrésor et le Collège de Neuvy-le-Roi

Le professeur commence par annoncer l’événement avec un flyer précisant les rendez-vous média à prendre.

Le jour J, les élèves annoncent la parution de leur journal sur Twitter. La séance démarre avec une heure de préparation. Ils se répartissent les tâches : une équipe de journalistes pour écrire les articles (ici, les tweets), une équipe pour publier les tweets du journal et pour suivre en temps réel les interactions sur Twitter, et enfin une équipe de rédacteurs en chef pour répartir le travail et prendre des décisions dans l’urgence. Ils font le point sur la ligne éditoriale choisie lors de la venue de la journaliste. Ils s’accordent sur les sujets d’actualité rassemblés et complètent leurs recherches d’information pour rassembler les 10 infos clés à ne pas rater en fonction de leur ligne éditoriale. (Voir le document utilisé pour collaborer le jour J)

Tweet n°1 du FlashTweetEdu sur les avancées de la médecine de la classe de 3èmeB du Collège de Montrésor en mai 2017

Le premier tweet de l’édition du jour est lancé. Les élèves disposent donc d’une heure pour boucler leur journal, c’est-à-dire 10 tweets, chacun numéroté pour permettre au lecteur de l’identifier rapidement. Auxquels s’ajoutent le tweet pour annoncer la fin de la publication et le tweet de remerciements pour la journaliste Emmanuelle Leneuf présente à distante pour les encourager et soutenir les interactions avec sa communauté FlashTweet.

Des paroles d’élèves :

Tweet n°10 du FlashTweetEdu sur les avancées de la médecine de la classe de 3èmeB du Collège de Montrésor
Tweet de fin du FlashTweetEdu sur les avancées de la médecine de la classe de 3èmeB du Collège de Montrésor

“Cette activité me prépare au lycée. J’ai appris à m’informer et à faire de la veille.” Théo

“Cela nous a obligé à tous bien nous entendre.” Angèle

“J’étais contente de voir les publications, les commentaires et notre travail accompli.” Julie

“J’ai trouvé ma participation importante car j’ai publié des articles sur Twitter.” Kyllian

“J’ai appris à me servir de Twitter correctement.” Mathéo

Quelques chiffres : En 2017, 115 élèves ont publié 5 FlashTweetEdu (3 pour le Collège de Montrésor et 2 pour le Collège de Neuvy-le-Roi). Les interactions sur Twitter dépassent tous nos espoirs avec 969 favoris, 774 retweets et 102 commentaires. Un succès qui impacte directement sur la prise de conscience de leur responsabilité en tant que diffuseur d’infos et sur la motivation de leur engagement dans le travail d’équipe.

Les paroles des élèves et les interactions soulignent un projet efficace avec des élèves responsabilisés, engagés et motivés, et un projet efficient avec une production concrète et réaliste, au plus proche du monde médiatique. Twitter apporte le côté interactif à la production, mais c’est le partenariat avec FlashTweet, sa communauté et donc avec un “vrai” média, une “vraie” journaliste, qui rendent possible la dimension concrète et réaliste duprojet.

Aujourd’hui, nous souhaitons faire connaître, partager et mutualiser ce projet avec d’autres enseignants. Le projet sera, d’ailleurs, présenté par Emmanuelle Leneuf le jeudi 26 octobre à l’occasion de “The Global MIL Week” 2017 organisée par l’UNESCO (Voir sur le site du Figaro étudiant par Sophie de Tarlé). Une petite équipe se monte petit à petit, soutenue par le CLEMI (Centre de Liaison de l'Enseignement et des Médias d'Information), pour que le modèle FlashTweetEdu puisse servir à d’autres. En 2018, FlashTweetEdu continue… le rendez-vous est pris, alors, #SuivezLes3ème sur Twitter pour leurs prochains #FlashTweetEdu à la manière de @FlashTweet avec Emmanuelle Leneuf.

Nadia Lépinoux-Chambaud