#2017action : l’État doit-il sauver Belfort à tout prix ?

Nous avons sollicité la communauté d’experts de l’Institut de l’entreprise en leur posant la question suivante : “L’État doit-il sauver Belfort à tout prix ?”. A 61,54%, les contributeurs ont voté NON. Florilège des commentaires au débat.

Une mesure à “court-terme et électoraliste”. Une décision “hautement symbolique et non stratégique”. Le sauvetage de Belfort ne correspond pas, selon nos contributeurs, à une politique industrielle de long terme, et ne fait que retarder la restructuration de l’outil industriel. “Le politique se mue subitement en actionnaire, client, fournisseur, en faisant fi de toutes les règles de concurrence française, européennes et mondiales ”, souligne un expert.

L’Etat devrait se contenter de vérifier que l’entreprise s’acquitte de ses obligations de reconversion professionnelle des salariés du site. Et s’attèle à créer les conditions pour que les sociétés, telles qu’Alstom, puissent “maintenir sur le territoire national les activités à valeurs ajoutées telles que la R&D, l’ingénierie et les usines d’équipements.”

Malheureusement, ceux qui ont voté OUI n’ont pas justifié leur point de vue.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.