Il y a certains souvenirs,

Qu’on fait semblant d’oublier,

On se convaint de l’avoir fait,

Pour ne plus souffrir.

Si on ne prefere pas s’en rappeler,

C’est qu’il y a une bonne raison.

Une raison cruelle et dure,

Où on obtient pas le pardon.

Ni le mien ni le sien.